Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ecluse de grande chute
    Ecluse de grande chute Réchicourt-le-Château
    Historique :
    L'écluse de grande chute de Réchicourt-le-Château a été construite pour remplacer les six écluses manuelles qui contournaient l'étang de Réchicourt. Elle est mise en service le 15 juillet 1964. Sa construction a nécessité des aménagements sur l'étang de Réchicourt dont une digue traversant le plan d'eau. La
    Description :
    L'écluse de grande chute de Réchicourt possède une chute d'eau comprise entre 16,10 m et 15,45 m plus haute tous gabarits confondus. Le temps de passage est le même que pour une écluse normale grâce bajoyers de l'écluse facilitent le passage. L'écluse est construite en béton massif. La porte amont est une de l'écluse. Le sas contient 3768m3 d'eau, afin de na pas gaspiller les réserves d’eau, une station
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Digue traversant l'étang de Réchicourt et aménagée pour le passage par la grande écluse Vue sur la sortie de l'écluse et l'étang de Réchicourt depuis le haut de la grande écluse, ensemble Écluse de grande chute de Réchicourt, partie aval de l'écluse, vue depuis l'étang de Réchicourt Écluse de grande chute de Réchicourt, vue de la partie en aval de l'écluse depuis l'étang de Réchicourt, ensemble trois quarts droit. IVR41_20135710317NUC4A Vue sur le canal depuis le haut de l'écluse de grande chute, vers Gondrexange, ensemble face Écluse de grande chute de Réchicourt, partie en aval, ensemble face. IVR41_20135710421NUC4A Écluse de grande chute, vue depuis le haut de l'écluse sur la digue aménagée pour traverser l'étang Vue du canal vers Gondrexange depuis le haut de l'écluse de grande chute, ensemble trois quarts
  • Etang réservoir de Réchicourt
    Etang réservoir de Réchicourt Réchicourt-le-Château
    Historique :
    étang de Réchicourt, le seigneur peut faire labourer l'étang pleine quand il lui plaira..." (AD54 E129 L'étang de Réchicourt est un étang réservoir du canal de la Marne au Rhin ; il alimente son versant cultivé, servait de pâturage et de réserve de poisson "Les habitants ont le pâturage dans ladite neuve , 1670). Avant la construction du canal, il servait aussi à alimenter le canal d'un moulin situé à son extrémité ainsi que le canal de flottage de bois pour les salines de Moyenvic. "Vidé tous les deux voire Gondrexange, au moyen d’un canal de communication établi dans le lit du ruisseau du Sanglier. Sa profondeur initiale était de 2 m en 1857, elle est de 6 à 7 m. L’étang, en 1857, est séparé en deux par le canal, la partie droite faisait 82 ha et celle de gauche 27, elles étaient réunies par un aqueduc sous le canal . C’est dans le grand côté que se trouvait tous les ouvrages notamment la bonde de fond." (refAD54 3S327 ). Pour l'alimentation du canal de la Marne au Rhin, il est agrandi et exhaussé entre 1854 et 1855. Le
    Description :
    L'étang réservoir de Réchicourt a une capacité utile de 4 millions de m3. Depuis son utilisation comme réserve d'eau pour le canal de la Marne au Rhin il a subit plusieurs transformations , agrandissements et exhaussements. Pour le passage par la grande écluse remplaçant le trajet contournant l'étang par l'échelle des 6 écluses une digue a été aménagée au centre de l'étang et la digue maçonnée le
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Titre courant :
    Etang réservoir de Réchicourt
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Etang de Réchicourt, jonction entre l'ancien tronçon du canal et le nouveau traversant l'étang Vue sur l'étang de Réchicourt depuis la nouvelle digue aménagée pour le passage de la grande écluse Vue de l'ouverture sur la digue maçonnée ouverte pour le passage du nouveau tracé du canal sur Etang de Réchicourt, vue de la digue maçonnée, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20135710316NUC4A Vue aérienne sur l'étang de Réchicourt, vue de l'ancienne chaîne d'écluses et de la digue centrale Vue sur l'étang de Réchicourt. IVR41_20125711307NUC4A Vue sur l'écluse de grande chute de Réchicourt. IVR41_20125711310NUC4A Vue aérienne du site de la grande écluse de Réchicourt. IVR41_20125711311NUC4A Vue aérienne sur l'étang de Réchicourt, ancienne châne d'écluse et digue centrale
  • site de l'ancienne échelle d'écluses de Réchicourt
    site de l'ancienne échelle d'écluses de Réchicourt Réchicourt-le-Château
    Historique :
    les écluses sont entièrement manuelles et nécessitent des manipulations pour le fonctionnement, à éclusiers avaient la responsabilité de leur fonctionnement pour le passage des bateaux mais aussi de la régulation des niveaux d'eau dans le bief. A l'origine, les écluses avaient pour longueur, 34,50 m sur 5,20 m, gabarit "Becquey". Les plus grands bateaux à pouvoir passer par le canal avaient 34,50 m de longueur et 5,10 mètres de largeur. Le mouillage de 1,60 mètre permettait à ces bateaux de porter environ Sarre est en crue, utilisation pour alimenter les réservoirs de Réchicourt et Gondrexange. Tant que la Réchicourt, l’éclusier devra régler sa prise d’eau de manière à envoyer environ 40 000 m3 par 24h au bief de portes resteront en temps ordinaires dans leurs enclaves. L’éclusier doit noter le nombre de bateaux nature du chargement. Le nombre de trains ou radeaux. Le nombre d’hommes formant l’équipage des bateaux l'initiative du ministre des Travaux publics, M. de Freycinet. Le canal de la Marne au Rhin faisant partie des
    Précision dénomination :
    échelle d'écluses de l'étang de Réchicourt
    Description :
    Cette ancienne chaîne de six écluses contourne l'étang de Réchicourt sur un tronçon de canal creusé (tige dentelée servant à transmettre le mouvement, montée et descente des vantelles, ouverture et
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Titre courant :
    site de l'ancienne échelle d'écluses de Réchicourt
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Texte libre :
    . Chaque éclusier sera prévenu qu’il doit donner de l’eau quand il verra à ras échelle d’aval le niveau de des perches ferrées est interdit dans la descente. Afin d’accélérer le passage des bateaux aux écluses les ventelles seront levées en deux fois la 1ere levée de ventelle sera de 0,25 jusqu’à ce que le sas les crémaillères dépassent le dessus du cric de 0,04 pour que les ventelles soient levées d’un l’écluse en ouvrant le ventelles et en les fermant. 3-La cote d’eau à l’échelle d’aval avant d’ouvrir les ventelles et après les avoir fermées. L’éclusier doit noter le nombre de bateau vide et plein passant chaque jour, celui des bateaux montant et celui des bateaux descendants avec la nature du chargement. Le nombre de trains ou radeaux. Le nombre d’homme formant l’équipage des bateaux vides et chargés et des trains. La limite du tirant d’eau maximum est fixée à 1,40 quand le canal a partout de tenue d’eau
    Illustration :
    l'étang de Réchicourt. IVR41_20135710252NUC4A Ecluse n°2, vue sur le mur de fuite, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20135710216NUC4A Ancienne chaîne d'écluse, prise d'eau sur l'étang de Réchicourt, ensemble face Ecluse n°4, borne ferrée pour enrouler le cordage du halage. IVR41_20135710230NUC4A Ecluse n°2, vue depuis le chemin de halage. IVR41_20135710214NUC4A Ecluse n°4, détail de la partie ferrée protégeant le haut du mur pour le passage de la corde de
  • Etang réservoir de Gondrexange
    Etang réservoir de Gondrexange Gondrexange
    Historique :
    versant du Sânon, comprise entre l’origine de ce bief et l’étang de Réchicourt." Après le conflit franco L'étang de Gondrexange a une origine médiévale. En 1373, les comtes de Linange -Réchicourt, ainsi duc de Lorraine et passe successivement entre divers propriétaires, comtes de Linange-Réchicourt, de aménagé pour "qu’il alimente non seulement le bief de partage (des Vosges) mais aussi, la partie du
    Description :
    non seulement le bief de partage, mais aussi la partie du versant du Sânon, comprise entre l'origine de ce bief et l'étang de Réchicourt, où se fera la première prise d'eau du versant" (Réf 1000m3 d'eau dans le bief de partage des Vosges (ref. IA57300035). La traversée de l'étang se fait au
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Magasin et ferme, site d'écluse n°7
    Magasin et ferme, site d'écluse n°7 Réchicourt-le-Château
    Historique :
    Cet ensemble a été construit à la fin du 19e siècle. Le café, épicerie, mercerie existent avant la est construite en même temps que le canal. La forge sert après l'arrêt du halage de guinguette pour
    Description :
    Cet ensemble est composé de trois corps de bâtiments disposés autour d'une cour. Le bâtiment principal, parallèle au canal est l'ancienne épicerie et le café, il porte encore l'enseigne. C'est un greniers sur la façade postérieure. Un petit atelier en brique est perpendiculaire à ce bâtiment. Le second
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Maison éclusière, écluse n°7
    Maison éclusière, écluse n°7 Réchicourt-le-Château
    Description :
    hangar complètent l'ensemble. La surface bâtie couvre 92m2 dont 46 pour la maison d'habitation. Le jardin affecté à la maison fait 5 ares 20. Le toit à longs pans est couvert de tuile mécanique. Les baies et les appuis de fenêtre sont en béton. Le bâtiment annexe est d'origine, construit en brique avec un essentage
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Site d'écluse n° 7
    Site d'écluse n° 7 Réchicourt-le-Château
    Historique :
    restauration dont certaines sont indiquées par une date portée sur le bajoyer. Le site d'écluse comprend une
    Description :
    Le site comprend une écluse, une épicerie et une forge construites à l’origine pour les mariniers et l'entretient du matériel flottant, une maison éclusière et ses dépendances. Le bâtiment qui de halage. Un port publique, le port Saint Blaise complétait le site. La maison éclusière a une éclusière est bâtie sur le même modèle que celle des anciennes écluses n°1 à 6 bien que restaurée au cours du 20e siècle avec des matériaux modernes comme le béton.
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Plan du site d'écluse n°7 avec le port Saint Blaise. IVR41_20135730168NUC1A Vue depuis l'écluse n°7 sur le port Saint Blaise, ensemble face. IVR41_20135730227NUC2A Date portée sur le bajoyer de l'écluse n°7, 1894, ensemble trois quarts droit
  • Gare d'eau, gare, darse
    Gare d'eau, gare, darse Moussey
    Historique :
    Avricourt à Dieuze, ouverte en 1864. Le projet d’établissement de la gare d’eau à Réchicourt était décrit ainsi (AD54 5S142) « sur le territoire de Réchicourt, la station et la gare d’eau sont établies Cette gare ou station et gare d'eau ont été édifiées le long de la ligne ferroviaire reliant immédiatement avant la traversée du canal, le bassin de chargement aura une superficie d’environ 8900 m2, il permettra le chargement et le transport économique des matières premières et des marchandises encombrantes cet endroit a influencé la décision d’installer les usines de Bata sur le site. Grâce à l’activité de l’usine, la station de Moussey et la gare d’eau vont connaitre un trafic plus intense. Le canal de la Marne-au-Rhin complété par le canal des houillères de la Sarre ouvert en 1866, effectue sa jonction avec construction nécessaires à l'édification de Bataville, à partir de 1931. Le port de Moussey est réaménagé pour Bata et ses besoins, le terre-plein renforcé notamment pour le transport en camion (Doc VNF 1968
    Description :
    d'eau est composée d'un bassin de chargement d'une superficie d’environ 8900m2 ou "darse. il permet le chargement et le transport économique des matières premières et des marchandises encombrantes. D'après les effectuée sur le côté gauche du canal immédiatement en amont de l’écluse n°2 du versant de la Meurthe. Le volume de la prise d’eau sera fixé à 60m3 par 24h, l’eau sera prise dans le canal au moyen d’un aqueduc en maçonnerie construit sous le marche-pied de ce canal contre le mur de gauche de l’écluse n°2 cet aqueduc aura 50 cm de largeur entre son rampant de droite et le musoir de l’écluse. Il sera terminé par un bâtiments sur le même alignement : un entrepôt avec quai de déchargement, un grand bâtiment central sur deux , il comprenait une partie ouverte Les encadrements des fenêtres sont en béton. Le dépôt de marchandise reconstruite en parpaing de béton. Le bâtiment central est couvert d'un toit à long pan et à croupe. Trois mécanique ; les grandes baies du rez-de-chaussée, en béton, sont chanfreinées. Le bâtiment est construit en
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Plan du site d'écluse n°8 avec le port de Moussey et la situation de la gare Vue depuis le chemin de halage de l'ancienne gare d'eau, ensemble face. IVR41_20135710384NUC4A vue de la gare d'eau depuis le chemin de halage, ensemble trois quarts droit Vue de l'ancienne gare d'eau depuis le quai de chargement, ensemble trois quarts droit Vue de la bifuvue de la bifurcation entre l'ancienne gare d'eau et le canal de La Marne au Rhin Vue de l'ancienne gare d'eau depuis le quai de chargement, ensemble face. IVR41_20135730141NUC2A Ancienne gare d'eau, vue sur le canal depuis le quai, ensemble trois quarts gauche Reproduction d'une photographie de 1950 représentant la gare et le port de Moussey encore en Plan des prises d'eau et conduite des eaux épurées des usines Bata dans le canal et la gare d'eau
  • usine élévatoire des eaux de Gondrexange
    usine élévatoire des eaux de Gondrexange Gondrexange
    Historique :
    5S169). En 1921, un barrage à poutrelles est construit dans le chenal d'amenée à l'usine élévatoire. En
    Description :
    planches de bois à deux portes sur le pignon et couvert de tôle ondulée, une maison d'habitation de plan en appentis et une annexe agricole avec rez-de-chaussée en maçonnerie et essentage de planche. Le grès rose et maçonnerie avec une chaîne d'angle harpée. Le toit à long pan et couvert d'une toiture en , ils amènent le trop plein d'eau du canal et le déverse dans l'étang et inversement, ils ramènent le
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Cahiers des charges pour le remplacement de la machinerie de l’usine élévatoire électrique de Cahiers des charges pour le remplacement de la machinerie de l’usine élévatoire électrique de Cahiers des charges pour le remplacement de la machinerie de l’usine élévatoire électrique de Cahiers des charges pour le remplacement de la machinerie de l’usine élévatoire électrique de
  • Portes de garde, prises d'eau, déversoirs  de fond et de superficie de l'étang de Gondrexange
    Portes de garde, prises d'eau, déversoirs de fond et de superficie de l'étang de Gondrexange Gondrexange
    Historique :
    du canal. Il s’agit du déversoir de superficie de droite et du déversoir de fond sur le pont, tous encore en fonction au niveau de la jonction avec le canal des houillères. Un second déversoir, à gauche IVR4120135710321). Le texte suivant éclaire le fonctionnement des déversoirs : projet de prise d'eau et proposons les ouvrages. Le débit de la vanne de fond est calculé sur 3m par seconde au maximum, c’est le . Le second déversoir doit être placé au point B à droite du canal, il sera appuyé contre un pont en bon état qui existe sur le déversoir actuel. Il est indispensable d’établir entre la décharge de fond vider le fond. Il n’est pas nécessaire d’établir un déversoir de superficie de chaque côté de l’étang
    Description :
    Le déversoir est un ouvrage par lequel s'écoule le trop plein du réservoir. Il est de superficie ou et évacuer les eaux excédentaires soit dans une rivière parallèle, soit dans le bief inférieur. Les déversoirs de fond permettent de vider le réservoir. Les quatre déversoirs de Godrexange encore en fonction forme semi-circulaire. D'après les documents concernant le second déversoir, la chaux provient des fours de Hochfelden (Bas-Rhin), le sable pour la maçonnerie des carrières de Bühl et pour le rejointoiement du lit de la Sarre. Les moellons d'une carrière ouverte dans le village de Gondrexange et les pierres aux vantelles. Les eaux déversées dans le canal de fuite sont récupérées par une prise d'eau établie à
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Texte sur le fonctionnement des prises d'eau et déversoir de l'étang de Gondrexange Schéma d'élévation des portes de garde sous le pont, 1855. IVR41_20135730077NUC2A Prise d'eau sur le canal de fuite du déversoir de gauche de l'étang de Gondrexange, ensemble face
  • Site d'écluse n°9
    Site d'écluse n°9 Moussey
    Description :
    bâtiments sur le même alignement une maison d'habitation, une porcherie et un bâtiment d'exploitation.
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Site d'écluse n°9, vue d'ensemble depuis le chemin de halage. IVR41_20135730214NUC2A
  • Site d'écluse n°8
    Site d'écluse n°8 Moussey
    Historique :
    L'écluse n°8 est construite en même temps que le canal et mise en eau en 1848. A l'écluse étaient est détruite en 1987. Avec le passage de la ligne locale de chemin de fer Dieuze-Avricourt, depuis 1864 le site est muni d'une gare d'eau, port privé et d'une station de chemin de fer. La présence du canal, de la ligne de chemin de fer et de la gare d'eau influencent fortement le choix d'implantation du site de l'industriel Bata, en 1930. La gare d'eau est utilisée pour le transport des matériaux de 1954, elle alimente les biefs des écluses 7 à 22. En 1949 est mis en place le halage électrique sur
    Description :
    planche. Le site comprend aussi un pont ferroviaire, une gare d'eau, une darse et une station de chemin de fer. Aujourd'hui, le site est équipé d'une station de pompage électrique.
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Plan du site d'écluse n° 8 avec la gare de Moussey, la maison éclusière et le débit de boisson Plan du site d'écluse n°8, usine de Bata et port, bras du canal aménagé pour le port Site d'écluse n°8, vue depuis le pont ferroviaire sur le canal et l'ancien port de Bata Site d'écluse n°8, vue sur le canal depuis le pont ferroviaire, ensemble face Site d'écluse n°8, vue depuis le chemin de halage, ensemble trois quarts droit Site d'écluse n°8, vue sur le canal et le port de Bataville. IVR41_20135710385NUC4A Sité d'écluse n°8, vue du canal depuis le pont, ensemble face. IVR41_20135710378NUC4A Plan d'installation du halage électrique sur rail sous le pont ferroviaire de l'écluse n°8, 1949
  • Maison éclusière n°9 et maison de garde
    Maison éclusière n°9 et maison de garde Moussey
    Historique :
    Cette maison éclusière a été construite et mise en service en même temps que le canal, en 1848 . Elle avait le même plan que celle des maisons éclusières des anciennes écluses (1à 6) et de l'écluse n dépendance agricole d'origine existe toujours dans le jardin. A droite de cette maison éclusière, il reste un plan allemand daté de 1898, ces deux bâtiments servaient d'étable et de dépôt et le garde logeait après l'annexion suite au conflit franco-prussien de 1870. Elle abrite, en 1949, le conducteur des tracteurs sur rails installés le long des berges pour tracter les péniches remplaçant le halage par les
    Description :
    , sur deux niveau elle reprend en partie le plan des maisons éclusières d'origine. Le toit à long pan planche. Le toit est couvert de tuile plate. Les annexes de la maison de garde, ancienne étable et magasin sont construites sur le même modèle que l'annexe agricole de la maison éclusière. Une structure en
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
  • Réseau de navigation : canal de la Marne au Rhin
    Réseau de navigation : canal de la Marne au Rhin Réchicourt-le-Château -
    Historique :
    de Réchicourt, de Moussey et de Gondrexange. L'étang de Réchicourt était utilisé pour le flottage des L’étude du tracé d’un canal reliant la Marne au Rhin, entre Vitry-le-François et Strasbourg a été en 1853. Le canal sur toute sa longueur (314km) compte, à l’origine 178 écluses, il y en a 154 aujourd’hui. C’est un canal à deux biefs de partage dont le second, le bief de partage des Vosges est alimenté par les étangs réservoirs dont celui de Gondrexange et Réchicourt, eux-mêmes alimentés par la Sarre et ses affluents. Les étangs réservoirs de Gondrexange et de Réchicourt ont subi de nombreuses correspondre au gabarit Freycinet en place depuis 1879, en France. Le passage au niveau de l’étang de Réchicourt, à travers la forêt, a nécessité la construction de 6 écluses aujourd’hui désaffectées et remplacées par l'écluse de grande chute de Réchicourt mise en service en 1964. En 1968, l'enfoncement est passé à 2,20m au lieu de 2m. Le creusement du canal a modifié un paysage à dominante forestière. Le
    Description :
    Le canal de la Marne au Rhin est un canal de jonction à bief de partage. Long de 314 km il relie la Marne (à Vitry-le-François) au Rhin (à Strasbourg). Par le canal latéral de la Marne, il est connecté au réseau navigable de la Seine vers l'Ile-de-France et la Normandie. Le canal passe dans cinq bassins de Moselle et un second entre la Moselle et le Rhin, le bief de partage des Vosges (263m). L'alimentation en sommet, la Sarre notamment et celles des étangs réservoirs de Gondrexange, Réchicourt et Parroy (54). Au niveau du bief de partage des Vosges, à Gondrexange, le canal de la Marne au Rhin rencontre le canal des maison éclusière. Ces maisons éclusières sont construites sur le même plan, elles ont 5 pièces maisons est de 46m2. En 1980, elles sont encore toutes en place mais la n°6 est vétuste et inoccupée. Le a aujourd'hui une superficie plus grande, c'est une maison reconstruite après le second conflit mondial par l'architecte agréé par le MRU, Joseph Denny. En 1921, malgré les travaux de consolidation des
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château -
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur le canton Réchicourt-le-Château oeuvre située en partie sur la commune Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Vue sur le canal et le chemin du halage depuis la grande écluse à Réchicourt vers Gondrexange Ancienne écluse le long de l'étang de Réchicourt, date portée lors des travaux réalisés par Carte de 1709 des forêts de Réchicourt. IVR41_20135710363NUC1A Tronçon du canal le long de l'étang de Gondrexange et chemin de halage IVR41_20135710277NUC4A Baraque d'entretien construite pour le cantonnier du canal, ensemble trois quarts droit Tronçon du canal le long de l'étang de Gondrexange. IVR41_20135710276NUC4A Vue sur le canal depuis le pont de Gondrexange. IVR41_20135730100NUC2A Exhaussement des étangs réservoir de Réchicourt et de Gondrexange, 1854 IVR41_20135730125NUC1A Partie du canal à Réchicourt au niveau de l'ancienne écluse n°1, ensemble trois quarts gauche digue maçonnée le long du canal au niveau du col des Français, ensemble face
  • orgue
    orgue Metz - avenue Jean XXIII - en ville
    Historique :
    le vicomte Maurice du Coëtlosquet qui le fit remonter en 1896 dans la chapelle de son château de 1909 par un ouvrier de l'établissement Dalstein et Haerpfer de Boulay (57). Le buffet néo-gothique ne
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le bras sud
    Origine :
    lieu de provenance Lorraine, 57, Ars-Laquenexy, château de Mercy
  • Ancienne synagogue de Morhange
    Ancienne synagogue de Morhange Morhange - rue de l'Eglise - en ville
    Historique :
    Lorraine par le duc Léopold qui, en 1721, limite à 5 le nombre de familles autorisées à Morhange (4 sur supposer qu'il existe toutefois un petit oratoire en 1737, quand Néhémie Reicher, le rabbin officiel de la de peu d'importance dans le tableau statistique de 1854 qui mentionne un oratoire, dans un local en location. Un ministre-officiant non rémunéré est attesté en 1842. En 1864, le consistoire acquiert la où elle installe un logement pour le ministre officiant. L'édifice est restauré ou reconstruit en 1901, date portée sur le pignon de la façade. En 1910, Morhange devient le siège d'un éphémère rabbinat regroupant un grand nombre de communautés des arrondissements de Château-Salins et Boulay, supprimé dès 1920
    Référence documentaire :
    3F502 : état des familles juives établies dans le baillage d'Allemagne en 1705 de S. A. M. le roi de Pologne : listes des familles juives autorisées en 1753 et 1762
    Description :
    ". Le caractère juif de l'ensemble est assez discret : une étoile de David au-dessus de la porte, une autre sur le pignon, deux sur les contreforts, une sur une porte latérale et une dernière, en fer ou en
  • Ancienne synagogue de Frauenberg (détruite)
    Ancienne synagogue de Frauenberg (détruite) Frauenberg - route R. D. 82 - en village
    Historique :
    du dit lieu, le tout donnant par derrière sur le vieux château et par devant sur la voie publique par le seigneur du lieu. En 1709, à la suite d’une agression perpétrée par une bande de détrousseurs menacés une première fois d'expulsion en 176,3 puis à nouveau entre 1779 et 1782, après que le bailliage figurant pas dans l’édit de 1753 fixant le nombre de juifs autorisés à résider dans le duché (180 familles la communauté supplie le seigneur local, M d'Aubery, de revenir sur son interdiction alors qu'elle a . En 1815, ce bâtiment apparaît sur le cadastre napoléonien. Il s'agit d'une petite maison appartenant à la communauté, la dernière de la rue, à la sortie du village, en allant vers le cimetière (parcelle. 94). Le tableau de 1838 signale simplement un "temple en réparation". Un peu plus tard, mais à sollicite le secours de l’État qui lui accorde 2000 f, puis les ajourne faute de moyens. Elle finit par contrainte d'acheter la maison pour éviter un procès avec le propriétaire. Un décret impérial du 22 janvier
    Référence documentaire :
    3F502 : état des familles juives établies dans le baillage d'Allemagne en 1705 p. 39-40 DECOMPS, Claire. "Le cimetière juif de Frauenberg" DECOMPS, Claire. "Le cimetière juif de
    Description :
    retrait de la rue, elle est accessible par le mur pignon à partir d’un escalier desservant aussi une annexe, abritant sans doute le bain rituel. A l'intérieur, l'entrée débouche sur un petit vestibule, sous la tribune des femmes. Sur le mur opposé, l’arche sainte est placée perpendiculairement à la rue. La , dispositif également recommandé par le consistoire.
    Illustration :
    Plan aquarellé de la synagogue signé le 25 février 1869 par l'architecte Shatz
1