Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 46 sur 46 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Maconcourt - rue Haute - en village - Cadastre : 2012 B 133
    Historique :
    prévoyait la réparation de l’ancien réservoir, le remplacement des conduites en poterie par des tuyaux de bois de chêne scellés dans le ciment (diamètre : 6,5cm) avec un assemblage avec des frettes (viroles colonne d'alimentation (appelée château d'eau) qui possédait une fondation en pierre soutenant un Paix », le refond était à remplir de couleur noire broyée à l’huile. Pour compléter ce projet de , et de deux autres bassins en bois. L'eau alimente ensuite le lavoir qui est séparé de l'abreuvoir par un muret et des bornes de pierre. Sur ce plan, l'architecte Abel Mathey a employé le terme de "Cippe d'inscription). En 1866, le mur de soutènement adossé aux auges du lavoir-abreuvoir est rétabli, selon les plans
    Description :
    des ouvertures reprend le modèle de la serlienne, ce qui est atypique dans le département des Vosges
  • Architecture rurale de la commune de Hagnéville-et-Roncourt
    Architecture rurale de la commune de Hagnéville-et-Roncourt Hagnéville-et-Roncourt
    Historique :
    ), puis au sieur de Stack (originaire d'Irlande) en 1784. Le château de Roncourt est semble-t-il à certainement apparus lors de la vague de peuplement entre le 7e et le 9e siècle ap. J.-C. Toutefois, la carte famille à la famille Menu qui vient d'être anoblie par le duc Charles III de Lorraine (sources : Pelletier l'abandon au 18e siècle, le comte de Fresnel ne s'en servant que rarement comme un "pied-à-terre de chasse ferme du château porte les dates 1794 et 1859. L'ensemble des fermes des deux hameaux a été établi entre le 17e siècle et la fin du 19e siècle, avec un développement plus important au 18e siècle et dans chanvre. Le vignoble d'Hagnéville donnait un vin de bonne réputation dans les années favorables. En de Gendreville, le seul commerçant des environs. Celui-ci voyageait notamment dans le sud de la , les deux villages subissent une baisse démographique continue depuis le milieu du 19e siècle : En 1836
    Référence documentaire :
    . Conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon. Numérisé le 3 févr. 2012 et consulté le 29 nov. 2017 : https
    Description :
    ou hors du village. C'est le cas notamment pour l'ensemble particulier du Château de Roncourt, qui reprises récentes en béton ou bois. Elles sont le plus souvent couvertes d'une charpente à longs pans sur bois, briques de laitier, IPN ou ciment. Dans cette commune, le patrimoine bâti est majoritairement généralement parallèles à la voie (87%) et mitoyennes (79%). Celles qui ne le sont pas, se situent en bordure dans le logis, il faut utiliser une porte piétonne dans 75% des maisons. En l'absence de cette porte plus profonds que larges. Leur cuisine s'ouvre alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière ) prenant la lumière sur l'usoir. Il est à noter le cas particulier de plusieurs maisons du centre de la rue bénéficier de meilleures conditions climatiques, le logis de ces fermes a été placé à l'arrière de la grange et de l'étable, en façade sud-est, vers le jardin (cf. IA88031493, IA88031494, IA88031495, IA88031524 observable dans 9% des cuisines. Le bâti conserve des éléments de décor variés (niches, statues, agrafes
  • Présentation de la commune de Racécourt
    Présentation de la commune de Racécourt Racécourt
    Description :
    rues secondaires : rue du Château d’eau, route d’Ahéville, puis chemin des Acacias. Le ban communal est cette dernière. Le village est installé en bordure du ruisseau de la Gitte, qui possède à cet endroit de nombreux affluents, dont le Robert. Les plus anciennes constructions sont mitoyennes, implantées le long , menant à l’origine vers Dompaire. L’Église et le presbytère sont construits en surplomb au nord suite à le long de la Rue Principale pour effectuer une liaison entre ces deux quartiers. Des fermes isolées et du moulin. Les habitations récentes sont construites en périphérie nord du village, le long de
    Illustration :
    Racécourt. Vue d'ensemble du village depuis le nord-est IVR41_20188839719NUC2A
  • architecture rurale de la commune de Saint-Ouen-les-Parey
    architecture rurale de la commune de Saint-Ouen-les-Parey Saint-Ouen-lès-Parey
    Historique :
    ". Lors du siège de La Mothe de 1634, le Château de Saint-Ouen est détruit et Parey est incendié : 92 Lorraine, et le René II confirme la charte d'affranchissement en 1490, qui s'inspire probablement de la loi habitations se sont aussi étendues au nord, le long de la route départementale, formant le quartier de Parey bâtie plus récemment. Deux fermes se trouvent en écart : la Ferme du chapitre qui est aussi appelée le
    Description :
    fermes sont construites en moellons de grès. Elles sont le plus souvent couvertes d'une charpente à longs de laitier, IPN et ciment. Dans cette commune, le patrimoine bâti est majoritairement composé de une porte piétonne. En l'absence de porte piétonne, on entre dans le logis par la porte charretière s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Dans le cas d'une maison à plan en L , c'est le poêle qui est bâti en avant sur l'usoir. Un petit jour (rectangulaire ou oculus) est parfois les greniers (40%). Le bâti conserve des éléments de décors (niches, statues, chaînes d'angle
  • Architecture rurale de la commune de Bazegney
    Architecture rurale de la commune de Bazegney Bazegney
    Historique :
    « Le Château », Ferme n°13). Le recensement de la population du village de 1906 (sources : AD88 La carte archéologique signale que la commune se trouve sur le tracé de la voie romaine Langres (Lepage et Charton. 1845). Le village a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans, et seuls 1841 avec 369 habitants. Puis cette population chute progressivement pendant le siècle et demi suivant maison). Le moulin banal est signalé depuis 1371. Le moulin a fonctionné jusqu’au début du 20e siècle et conserve encore une partie des mécanismes dont la roue (parcelle 2018 B 311). Le droit de vaine pâture, en début du 20e siècle. Les principales cultures étaient le blé, l’orge, l’avoine et les pommes de terre pour le compte de quelques habitants de Bazegney, qui les revendaient ensuite à Mirecourt. (Nicolle, A -lavoirs (1838), l’école, le logement de l’instituteur et le presbytère (1831, 1835) (sources AD88 - 2O42 /10). L’éclairage public dans le village est installé à partir de 1929 (sources AD88 - 2O42/12).
    Référence documentaire :
    Le département des Vosges : statistique historique et administrative (Lepage et Charton) Lepage , Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy de 1975 à 1983. Le Pays lorrain. 1985 n°3.
    Description :
    Bazegney comprend 57 résidences (source INSEE - 2015), dont 25 bâtiments repérés et 4 étudiés. Le séparant le logis de l’étable (65% du corpus). Les autres fermes sont soit plus modestes avec deux travées bénéficier d’une façade antérieure à l’Est), et 76% sont mitoyens, regroupés le long de trois rues principales. On ne pénètre dans le logis par une porte piétonne que dans la moitié de ces fermes. En l'absence profondeur, avec une chambre (le poêle) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur installée à l’arrière, s’ouvrant vers le jardin en façade postérieure. Des chambres à grains sont installées au-dessus des pièces de vie, et des greniers sur le tout. Les fermes de Bazegney sont construites en (oculus) sont aussi utilisés pour éclairer le charri. Les portes charretières sont en anse de panier (40 %). Le bâti conserve quelques éléments de décor (niches, statues, ferronneries…) …), même si une d’art en Lorraine de 1975 à 1983. Le Pays lorrain. 1985 n°3.). Des ouvertures anciennes sont également à
    Illustration :
    Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Ferme n°13 de Bazegney, 1 Grande Rue, Vue de détail de la date portée sur le linteau de la porte
  • Architecture rurale de la commune de Jorxey
    Architecture rurale de la commune de Jorxey Jorxey
    Historique :
    . Hiver 2007-2008). Il y aurait eu dans le Bois de la Pitroye, un hôpital de lépreux et un château de La carte archéologique signale que la commune se trouve sur le tracé des voies romaines Langres sur le territoire communal, mais aucune fouille n’a été réalisée (source orale : Bernard Zamaron , habitant de Jorxey et historien local). Le nom de « Jorceis » est attesté depuis 1172. Le village dépendait femmes (Lepage et Charton. 1845). Le commandeur des Templiers de Xugney avait un gite permanent à Jorxey Malte. Le village était aussi muni d’une cure agricole (détruit, Ferme n°32), où quatre moines avaient Zamaron). Le village a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans et de l’épidémie de peste Vosges.1912). Juste au nord du village, le lieu-dit « Le Pré Français » aurait été le théâtre d’une (critères morphologiques et architecturaux, cadastre ancien). Le village assiste en effet à une forte jusque vers 1886, puis chute fortement pendant le siècle et demi suivant en raison de l’exode rural (70
    Référence documentaire :
    Le département des Vosges : statistique historique et administrative (Lepage et Charton) Lepage , Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy Zamaron, habitant et historien à Jorxey, le 19 juin 2018.
    Description :
    Jorxey comprend 44 résidences (source INSEE - 2015), dont 27 bâtiments repérés et 5 étudiés. Le grange séparant le logis de l’étable (78% du corpus). Les autres fermes sont de grandes dimensions, à sont parallèles à la voie, et 81% sont mitoyens. Le village est en effet concentré autour de son église , et se dé-densifie en s’éloignant le long de la rue principale. La ferme n°10 (1 rue de Bellevue) et pénètre dans le logis par une porte piétonne que dans 37% de ces fermes. En l'absence de ce passage, on (le poêle) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur pignon. Quatre pièces logis ou bénéficiant de sa propre travée, prend le jour sur le jardin en façade postérieure. Des chambres à grains sont installées au-dessus des pièces de vie, et des greniers sur le tout. Trois ciment, voire en bois ou en briques de laitier (37%). Le bâti conserve quelques éléments de décor
    Illustration :
    Jorxey, vue d'ensemble depuis le sud-est IVR41_20188839649NUC2A Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Ferme n°10 de Jorxey, 1 rue de Bellevue, Le Curtilles. Vue d'ensemble de la facade antérieure de Ferme n°10 de Jorxey, 1 rue de Bellevue, Le Curtilles. Vue de la partie droite de la facade Ferme n°10 de Jorxey, 1 rue de Bellevue, Le Curtilles. Vue de détail de la porte piétonne en facade Ferme n°10 de Jorxey, 1 rue de Bellevue, Le Curtilles. Vue de détail de la porte d'étable en facade