Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ecluse de grande chute
    Ecluse de grande chute Réchicourt-le-Château
    Historique :
    L'écluse de grande chute de Réchicourt-le-Château a été construite pour remplacer les six écluses manuelles qui contournaient l'étang de Réchicourt. Elle est mise en service le 15 juillet 1964. Sa construction a nécessité des aménagements sur l'étang de Réchicourt dont une digue traversant le plan d'eau. La
    Description :
    L'écluse de grande chute de Réchicourt possède une chute d'eau comprise entre 16,10 m et 15,45 m plus haute tous gabarits confondus. Le temps de passage est le même que pour une écluse normale grâce bajoyers de l'écluse facilitent le passage. L'écluse est construite en béton massif. La porte amont est une de l'écluse. Le sas contient 3768m3 d'eau, afin de na pas gaspiller les réserves d’eau, une station
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Digue traversant l'étang de Réchicourt et aménagée pour le passage par la grande écluse Vue sur la sortie de l'écluse et l'étang de Réchicourt depuis le haut de la grande écluse, ensemble Écluse de grande chute de Réchicourt, partie aval de l'écluse, vue depuis l'étang de Réchicourt Écluse de grande chute de Réchicourt, vue de la partie en aval de l'écluse depuis l'étang de Réchicourt, ensemble trois quarts droit. IVR41_20135710317NUC4A Vue sur le canal depuis le haut de l'écluse de grande chute, vers Gondrexange, ensemble face Écluse de grande chute de Réchicourt, partie en aval, ensemble face. IVR41_20135710421NUC4A Écluse de grande chute, vue depuis le haut de l'écluse sur la digue aménagée pour traverser l'étang Vue du canal vers Gondrexange depuis le haut de l'écluse de grande chute, ensemble trois quarts
  • temple de protestants de Lunéville
    temple de protestants de Lunéville Lunéville - rue Charles Vue rue du Chauffour - en ville - Cadastre : 1988 AH 7
    Historique :
    château lui soit attribuée. Mais elle ne put obtenir que l'usage d'une salle dans la Justice de paix puis ) le plan d'un temple qui fut achevé à la veille de la guerre de 1870. L'arrivée des optants d'Alsace -Moselle contraignit à la construction de tribunes destinées à accuillir les fidèles dont le nombre s'était 1978 la chaire pastorale en position centrale, le poële. De nouveaux vitraux furent alors posés par l'atelier Benoit entre 1961 et 1970 pour le centenaire de la création du temple. Des travaux de restauration
    Référence documentaire :
    demande d'utiliser la chapelle du château comme lieu de culte
    Description :
    Situé dans le quartier de l'extension de la ville au 19e siècle, à proximité de la gare, le temple s'élève dans un quartier en plein essor depuis l'arrivée du train en 1852. Il occupe le centre d'une place pans en tuile mécanique. Une croupe ronde couvre l'abside. Le décor est absent à l'exception d'une croix. Le volume intérieur est composé d'un vaisseau unique couvert d'une fausse voûte sauf le choeur , surélevé par un léger emmarchement, couvert en cul de four. Le sol est dallé mais pourvu d'un plancher sous le tour de la nef et forme une avancée au dessus de la porte sans doute pour accueillir un choeur de
    Annexe :
    château de Hohenlohe pour les protestants de Lunéville 1832 3 mai : Le ministre de l‘instruction publique demande que la chapelle du château de Lunéville (déjà demandée en 1831 sous le nom de chapelle du château de manière bien complète. … par ailleurs la chapelle du château de Lunéville sert depuis le mois de Chronologie 1819 : 63 protestants à Lunéville (7 V 5) 1831 9 nov : Le ministère de l’Instruction publique et des cultes informe le préfet de la demande du pasteur de Nancy de son souhait de voir « affecté à l’usage des protestants de Lunéville une chapelle du château de Hohenlohe qui appartient au génie militaire mais dont il ne fait aucun usage actuellement. Le pasteur fait remarquer que l’on ne entre 90 et 120 personnes. 1832 mars : Le ministre de la guerre refuse d’accorder la chapelle du caserne et que c’était déjà le cas lorsque M. de Hohenlohe y était « malgré la surveillance exercée les jours où le public avait l’usage de la chapelle on s’empressa d’en détruire la cause à sa mort en
    Illustration :
    Vue intérieure vers le choeur IVR41_20175454801NUC2A
  • orgue
    orgue rue de l' Eglise - en ville
    Historique :
    nancéein Jean Vautrin dans les années 1820-1830, puis en 1899-1900 par le facteur de Château-Salins quart du 18e siècle, époque à laquelle un nouvel instrument a dû être commandé. On ignore le facteur signé avec le nancéein Georges Küttinger mais cette intervention dut être limitée. L'instrument semble avoir traversé l'époque Révolutionnaire sans encombre mais fut semble-t-il restauré par le facteur complètement le buffet en remployant les façades de l'ancien instrument. Le décor du buffet est caractéristique
1