Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Etang réservoir de Réchicourt
    Etang réservoir de Réchicourt Réchicourt-le-Château
    Historique :
    étang de Réchicourt, le seigneur peut faire labourer l'étang pleine quand il lui plaira..." (AD54 E129 L'étang de Réchicourt est un étang réservoir du canal de la Marne au Rhin ; il alimente son versant cultivé, servait de pâturage et de réserve de poisson "Les habitants ont le pâturage dans ladite neuve , 1670). Avant la construction du canal, il servait aussi à alimenter le canal d'un moulin situé à son extrémité ainsi que le canal de flottage de bois pour les salines de Moyenvic. "Vidé tous les deux voire Gondrexange, au moyen d’un canal de communication établi dans le lit du ruisseau du Sanglier. Sa profondeur initiale était de 2 m en 1857, elle est de 6 à 7 m. L’étang, en 1857, est séparé en deux par le canal, la partie droite faisait 82 ha et celle de gauche 27, elles étaient réunies par un aqueduc sous le canal . C’est dans le grand côté que se trouvait tous les ouvrages notamment la bonde de fond." (refAD54 3S327 ). Pour l'alimentation du canal de la Marne au Rhin, il est agrandi et exhaussé entre 1854 et 1855. Le
    Description :
    L'étang réservoir de Réchicourt a une capacité utile de 4 millions de m3. Depuis son utilisation comme réserve d'eau pour le canal de la Marne au Rhin il a subit plusieurs transformations , agrandissements et exhaussements. Pour le passage par la grande écluse remplaçant le trajet contournant l'étang par l'échelle des 6 écluses une digue a été aménagée au centre de l'étang et la digue maçonnée le
    Localisation :
    Réchicourt-le-Château
    Titre courant :
    Etang réservoir de Réchicourt
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Etang de Réchicourt, jonction entre l'ancien tronçon du canal et le nouveau traversant l'étang Vue sur l'étang de Réchicourt depuis la nouvelle digue aménagée pour le passage de la grande écluse Vue de l'ouverture sur la digue maçonnée ouverte pour le passage du nouveau tracé du canal sur Etang de Réchicourt, vue de la digue maçonnée, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20135710316NUC4A Vue aérienne sur l'étang de Réchicourt, vue de l'ancienne chaîne d'écluses et de la digue centrale Vue sur l'étang de Réchicourt. IVR41_20125711307NUC4A Vue sur l'écluse de grande chute de Réchicourt. IVR41_20125711310NUC4A Vue aérienne du site de la grande écluse de Réchicourt. IVR41_20125711311NUC4A Vue aérienne sur l'étang de Réchicourt, ancienne châne d'écluse et digue centrale
  • Portes de garde, prises d'eau, déversoirs  de fond et de superficie de l'étang de Gondrexange
    Portes de garde, prises d'eau, déversoirs de fond et de superficie de l'étang de Gondrexange Gondrexange
    Historique :
    du canal. Il s’agit du déversoir de superficie de droite et du déversoir de fond sur le pont, tous encore en fonction au niveau de la jonction avec le canal des houillères. Un second déversoir, à gauche IVR4120135710321). Le texte suivant éclaire le fonctionnement des déversoirs : projet de prise d'eau et proposons les ouvrages. Le débit de la vanne de fond est calculé sur 3m par seconde au maximum, c’est le . Le second déversoir doit être placé au point B à droite du canal, il sera appuyé contre un pont en bon état qui existe sur le déversoir actuel. Il est indispensable d’établir entre la décharge de fond vider le fond. Il n’est pas nécessaire d’établir un déversoir de superficie de chaque côté de l’étang
    Description :
    Le déversoir est un ouvrage par lequel s'écoule le trop plein du réservoir. Il est de superficie ou et évacuer les eaux excédentaires soit dans une rivière parallèle, soit dans le bief inférieur. Les déversoirs de fond permettent de vider le réservoir. Les quatre déversoirs de Godrexange encore en fonction forme semi-circulaire. D'après les documents concernant le second déversoir, la chaux provient des fours de Hochfelden (Bas-Rhin), le sable pour la maçonnerie des carrières de Bühl et pour le rejointoiement du lit de la Sarre. Les moellons d'une carrière ouverte dans le village de Gondrexange et les pierres aux vantelles. Les eaux déversées dans le canal de fuite sont récupérées par une prise d'eau établie à
    Aires d'études :
    Réchicourt-le-Château
    Illustration :
    Texte sur le fonctionnement des prises d'eau et déversoir de l'étang de Gondrexange Schéma d'élévation des portes de garde sous le pont, 1855. IVR41_20135730077NUC2A Prise d'eau sur le canal de fuite du déversoir de gauche de l'étang de Gondrexange, ensemble face
  • abreuvoir
    abreuvoir Frizon - Le Château - 230 allée des Marronniers - en village - Cadastre : 2016 D 609
    Historique :
    L'abreuvoir du château de Frizon porte la date gravée "1877". Il était à l'origine situé dans les
    Description :
    L'abreuvoir daté du château de Frizon est un bassin rectangulaire en grès, dont l'un des côtés
    Localisation :
    Frizon - Le Château - 230 allée des Marronniers - en village - Cadastre : 2016 D 609
    Illustration :
    Abreuvoir daté du chateau de Frizon, vue d'ensemble. IVR41_20168834365NUC2A
  • église paroissiale Sainte-Catherine
    église paroissiale Sainte-Catherine Provenchères-sur-Fave - Le Village - rue du Château - en village - Cadastre : 1989 B 345
    Historique :
    cette période, le troisième niveau est ajouré sur trois faces de doubles baies géminées à billettes et murées lors des transformations qui ont commencé en 1712 (date portée par le linteau de la porte latérale reconstruite à l'est de celle-ci, la tour située sur le choeur devenant tour-porche. C'est de cette campagne de travaux que date la surélévation du clocher, son double bulbe à lanternon (classé MH) et le porche néo verrières (étude, IM88003872), les cloches (baptême le 13/6/1925), les statues qui surmontent le fronton du ). Le double dôme de la tour a été recouvert de bardeaux de chêne jusqu'en 1961, puis d'ardoises et
    Localisation :
    Provenchères-sur-Fave - Le Village - rue du Château - en village - Cadastre : 1989 B 345
  • temple de protestants de Lunéville
    temple de protestants de Lunéville Lunéville - rue Charles Vue rue du Chauffour - en ville - Cadastre : 1988 AH 7
    Historique :
    château lui soit attribuée. Mais elle ne put obtenir que l'usage d'une salle dans la Justice de paix puis ) le plan d'un temple qui fut achevé à la veille de la guerre de 1870. L'arrivée des optants d'Alsace -Moselle contraignit à la construction de tribunes destinées à accuillir les fidèles dont le nombre s'était 1978 la chaire pastorale en position centrale, le poële. De nouveaux vitraux furent alors posés par l'atelier Benoit entre 1961 et 1970 pour le centenaire de la création du temple. Des travaux de restauration
    Référence documentaire :
    demande d'utiliser la chapelle du château comme lieu de culte
    Description :
    Situé dans le quartier de l'extension de la ville au 19e siècle, à proximité de la gare, le temple s'élève dans un quartier en plein essor depuis l'arrivée du train en 1852. Il occupe le centre d'une place pans en tuile mécanique. Une croupe ronde couvre l'abside. Le décor est absent à l'exception d'une croix. Le volume intérieur est composé d'un vaisseau unique couvert d'une fausse voûte sauf le choeur , surélevé par un léger emmarchement, couvert en cul de four. Le sol est dallé mais pourvu d'un plancher sous le tour de la nef et forme une avancée au dessus de la porte sans doute pour accueillir un choeur de
    Annexe :
    château de Hohenlohe pour les protestants de Lunéville 1832 3 mai : Le ministre de l‘instruction publique demande que la chapelle du château de Lunéville (déjà demandée en 1831 sous le nom de chapelle du château de manière bien complète. … par ailleurs la chapelle du château de Lunéville sert depuis le mois de Chronologie 1819 : 63 protestants à Lunéville (7 V 5) 1831 9 nov : Le ministère de l’Instruction publique et des cultes informe le préfet de la demande du pasteur de Nancy de son souhait de voir « affecté à l’usage des protestants de Lunéville une chapelle du château de Hohenlohe qui appartient au génie militaire mais dont il ne fait aucun usage actuellement. Le pasteur fait remarquer que l’on ne entre 90 et 120 personnes. 1832 mars : Le ministre de la guerre refuse d’accorder la chapelle du caserne et que c’était déjà le cas lorsque M. de Hohenlohe y était « malgré la surveillance exercée les jours où le public avait l’usage de la chapelle on s’empressa d’en détruire la cause à sa mort en
    Illustration :
    Vue intérieure vers le choeur IVR41_20175454801NUC2A
  • Ensemble de trois puits - abreuvoirs
    Ensemble de trois puits - abreuvoirs Sandaucourt - rue Laurine Durand - en village
    Historique :
    époque : Le puits de la rue L. Durand est identique à celui de la rue château, qui a été creusé en 1870 Les trois puits situés à proximité de Château de Sandaucourt ont probablement été établis à la même
    Description :
    Les trois puits sont situés aux abords du Château de Sandaucourt. Ils sont tous les trois composés du château et L. Durand sont identiques et bénéficient de deux reposes sceaux sculptés en saillis ciment sur un plan carré à pans coupés. Les deux pompes à noria de la rue du Château et de celle du
    Localisation :
    Sandaucourt - rue du Chateau - en village
    Illustration :
    Puits - abreuvoir de la rue du Château à Sandaucourt, vue d'ensemble depuis le sud Puits - abreuvoir de la rue du Château à Sandaucourt, vue d'ensemble depuis le nord Puits - abreuvoir de la rue du Château à Sandaucourt, vue d'ensemble depuis l'est Puits - abreuvoir de la rue du Château à Sandaucourt, vue de détail de la pompe à eau et de la Puits - abreuvoir de la rue du Château à Sandaucourt, vue de détail de la signature sur la pompe à Puits - abreuvoir près de la Mairie à Sandaucourt, vue d'ensemble depuis le nord Puits - abreuvoir de la rue L. Durand à Sandaucourt, vue d'ensemble depuis le nord Puits - abreuvoir de la rue L. Durand à Sandaucourt, vue d'ensemble depuis le sud
  • pompe à eau
    pompe à eau Sandaucourt - rue du Chateau - en village
    Inscriptions & marques :
    Le capot et la manivelle portent la signature " MORIN-GACON A DIJON".
    Historique :
    La pompe à eau est située sur le puits communal creusé devant le Château de Sandaucourt en 1870
    Description :
    La pompe à eau est placé sur le puits devant le chateau de Sandaurcourt. Cette pompe à noria en
    Localisation :
    Sandaucourt - rue du Chateau - en village
    Illustration :
    Pompe à eau du puits de la rue du Château à Sandaucourt, vue d'ensemble coté manivelle Pompe à eau du puits de la rue du Château à Sandaucourt, vue d'ensemble. IVR41_20178835287NUC2A
  • Ensemble de deux pompes à eau
    Ensemble de deux pompes à eau Sandaucourt - rue Laurine Durand - en village
    Inscriptions & marques :
    Le capot et la manivelle portent la signature " MORIN-GACON A DIJON".
    Description :
    La pompe à eau est placé sur le puits devant le chateau de Sandaurcourt. Cette pompe à noria en
  • château d'eau
    château d'eau Nomexy - rue de l'abbé Mathis - en ville - Cadastre : 2017 AH 272
    Historique :
    Le château d'eau situé à coté de l'ancienne gare de Nomexy était destiné à l'alimentation en eau des locomotives à vapeur. La ligne de chemin de fer Blainville - Epinal a été ouverte le 24 juin 1857
    Dénominations :
    château d'eau
    Description :
    Le château d'eau de la gare de Nomexy est situé le long de la voie ferrée. En forme de silo, il
    Typologies :
    château d'eau en silo château d'eau à cuve cylindrique métallique
    Titre courant :
    château d'eau
    Appellations :
    château d'eau de la gare
    Illustration :
    Chateau d'eau de la gare de Nomexy, carte postale du début du 20e siècle IVR41_20178835334NUC1Y Chateau d'eau de la gare de Nomexy, vue d'ensemble de face IVR41_20178835322NUC2A Chateau d'eau de la gare de Nomexy, vue d'ensemble de trois quarts droit IVR41_20178835323NUC2A Chateau d'eau de la gare de Nomexy, vue de détail du sommet IVR41_20178835324NUC2A Chateau d'eau de la gare de Nomexy, vue de détail du jour en dem-lune IVR41_20178835325NUC2A Chateau d'eau de la gare de Nomexy, vue de détail du linteau de la porte IVR41_20178835326NUC2A
  • Ferme n°73
    Ferme n°73 Vrécourt - 15 Grande Rue - en village - Cadastre : 2014 ZW 39
    Historique :
    pierre / a été posée par moi / Emile TROMPETTE / le 14 Juin 1859, / à l'age de 7 mois". Il s'agissait la cour, se trouve un pilier de clôture provenant du château de Vrécourt (source orale) ; un second pilier identique se trouve dans le jardin voisin (IA88030150 Ferme n°72 de la commune de Vrécourt).
    Description :
    . C'est une maison de vigneron avec une grande cave voûtée sous le logis (accès par la cour arrière) et un de fondation qui est située à droite de la porte charretière, en façade postérieure. Le logis , la "Belle Chambre" s'ouvre sur la rue, et la cuisine sur le jardin, avec une petite chambre entre les deux. Celle-ci possède une alcôve (détruite). La cuisine est munie d'une cheminée contre le mur segmentaire. Dans le jardin enclos, se trouvent un puits et un pilier de clôture provenant probablement de l'ancien château de Vrécourt.
    Remploi :
    remploi provenant de Vrécourt - chateau de Vrécourt - en village
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Ferme et maison de vigneron avec grande cave voutée sous le logis (accès par la cour arrière) et le logis
  • lavoir
    lavoir Montmotier - chemin de l'écluse - en village - Cadastre : 2012 AB 138
    Historique :
    achevés en 1840 par Antoine Jolibois et Nicolas Grandmougin (entrepreneurs associés à Fontenoy-le-Château (maçon à Fontenoy-le-Château) sous la surveillance du garde champêtre. (sources : AD88 - série 2O323 /10 du village de Montmotier, sur le chemin de Le Magny, à l'emplacement du lavoir actuel. Le village ne ) Le mur gauche est aussi rénové entre 2007 et 2009.
    Description :
    Le lavoir situé au bas du village de Montmotier est unique dans les Vosges de part sa forme , en référence à l'architecture antique. Cette forme est unique dans les Vosges ; seul le lavoir de Gruey-les-Surance était similaire (même architecte, mêmes dates, détruit). Le lavoir de Montmotier est au bassin de lavage hémicirculaire dans le lavoir. Un banc en pierre court tout le long du mur en moellons. Le sol est dallé.
  • Eglise Paroissiale Saint-Pantaléon
    Eglise Paroissiale Saint-Pantaléon Commercy - rue de la Paroisse - en ville - Cadastre : 1970 AB 342
    Historique :
    Première mention de l' église en 1033. Eglise reconstruite de 1560 (date portée par le portail) à 1575. Rattachée au château haut par un passage couvert en 1708. Tour clocher exhaussée en 1711. Vers
  • Fontaines des Vosges
    Fontaines des Vosges
    Texte libre :
    forteresse de Chatel-sur-Moselle, puits du fort d'Uxegney, fontaine du Château des Capucins de Rambervillers fontaines décoratives), conforte leur aspect ostentatoire. Le programme décoratif est principalement lié à la une source vénérée ou miraculeuse. En conséquence, le saint tutélaire y est représenté (sainte présentent une façade antérieure tournée vers le centre de la place. Deux variantes avec un bassin octogonal rectangulaires, mais les ornements sur la colonne d'alimentation et son couronnement d'une statue rendent le leur permet de porter un décor sculpté en relation avec le style de l'Epoque (Renaissance pour celles -sous-Châtenois (1837 - fonderies de Tusey), Midevaux (1839), Jainvillotte (1840), Liffol-le-Grand (1841 -Marne. Le choix de la fonte se fait aussi régulièrement dans une émulation locale qui conduit par monumentales, elles sont isolées par des bornes de protection qui évitent que le bétail n'aille y boire, et qui bétail le balancier et les tuyaux qui dépassent du sol (sources : AD88 - 2O242/9). Plus fréquentes que
    Illustration :
    Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A
  • lavoir
    lavoir Épinal - rue de la Maix rue de l'Abbé Friesenhauser chemin des Mulets - en ville - Cadastre : 2016 AB 1138
    Historique :
    Le lavoir Saint-Goëry a été bâti sur une source réputée aux vertus miraculeuses pour guérir le
    Description :
    Le lavoir Saint-Goëry est situé au centre-ville d'Epinal, au pied ouest du château, en bordure d'un
  • Ancienne synagogue de Morhange
    Ancienne synagogue de Morhange Morhange - rue de l'Eglise - en ville
    Historique :
    Lorraine par le duc Léopold qui, en 1721, limite à 5 le nombre de familles autorisées à Morhange (4 sur supposer qu'il existe toutefois un petit oratoire en 1737, quand Néhémie Reicher, le rabbin officiel de la de peu d'importance dans le tableau statistique de 1854 qui mentionne un oratoire, dans un local en location. Un ministre-officiant non rémunéré est attesté en 1842. En 1864, le consistoire acquiert la où elle installe un logement pour le ministre officiant. L'édifice est restauré ou reconstruit en 1901, date portée sur le pignon de la façade. En 1910, Morhange devient le siège d'un éphémère rabbinat regroupant un grand nombre de communautés des arrondissements de Château-Salins et Boulay, supprimé dès 1920
    Référence documentaire :
    3F502 : état des familles juives établies dans le baillage d'Allemagne en 1705 de S. A. M. le roi de Pologne : listes des familles juives autorisées en 1753 et 1762
    Description :
    ". Le caractère juif de l'ensemble est assez discret : une étoile de David au-dessus de la porte, une autre sur le pignon, deux sur les contreforts, une sur une porte latérale et une dernière, en fer ou en
  • Ancienne synagogue de Frauenberg (détruite)
    Ancienne synagogue de Frauenberg (détruite) Frauenberg - route R. D. 82 - en village
    Historique :
    du dit lieu, le tout donnant par derrière sur le vieux château et par devant sur la voie publique par le seigneur du lieu. En 1709, à la suite d’une agression perpétrée par une bande de détrousseurs menacés une première fois d'expulsion en 176,3 puis à nouveau entre 1779 et 1782, après que le bailliage figurant pas dans l’édit de 1753 fixant le nombre de juifs autorisés à résider dans le duché (180 familles la communauté supplie le seigneur local, M d'Aubery, de revenir sur son interdiction alors qu'elle a . En 1815, ce bâtiment apparaît sur le cadastre napoléonien. Il s'agit d'une petite maison appartenant à la communauté, la dernière de la rue, à la sortie du village, en allant vers le cimetière (parcelle. 94). Le tableau de 1838 signale simplement un "temple en réparation". Un peu plus tard, mais à sollicite le secours de l’État qui lui accorde 2000 f, puis les ajourne faute de moyens. Elle finit par contrainte d'acheter la maison pour éviter un procès avec le propriétaire. Un décret impérial du 22 janvier
    Référence documentaire :
    3F502 : état des familles juives établies dans le baillage d'Allemagne en 1705 p. 39-40 DECOMPS, Claire. "Le cimetière juif de Frauenberg" DECOMPS, Claire. "Le cimetière juif de
    Description :
    retrait de la rue, elle est accessible par le mur pignon à partir d’un escalier desservant aussi une annexe, abritant sans doute le bain rituel. A l'intérieur, l'entrée débouche sur un petit vestibule, sous la tribune des femmes. Sur le mur opposé, l’arche sainte est placée perpendiculairement à la rue. La , dispositif également recommandé par le consistoire.
    Illustration :
    Plan aquarellé de la synagogue signé le 25 février 1869 par l'architecte Shatz
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Maconcourt - rue Haute - en village - Cadastre : 2012 B 133
    Historique :
    prévoyait la réparation de l’ancien réservoir, le remplacement des conduites en poterie par des tuyaux de bois de chêne scellés dans le ciment (diamètre : 6,5cm) avec un assemblage avec des frettes (viroles colonne d'alimentation (appelée château d'eau) qui possédait une fondation en pierre soutenant un Paix », le refond était à remplir de couleur noire broyée à l’huile. Pour compléter ce projet de , et de deux autres bassins en bois. L'eau alimente ensuite le lavoir qui est séparé de l'abreuvoir par un muret et des bornes de pierre. Sur ce plan, l'architecte Abel Mathey a employé le terme de "Cippe d'inscription). En 1866, le mur de soutènement adossé aux auges du lavoir-abreuvoir est rétabli, selon les plans
    Description :
    des ouvertures reprend le modèle de la serlienne, ce qui est atypique dans le département des Vosges
1