Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • temple de Raon-l'Etape
    temple de Raon-l'Etape Raon-l'Étape - - 23 avenue du Général de Gaulle
    Genre :
    de protestants
    Historique :
    1888, le conseil presbytéral de Saint-Dié acquiert un terrain propriété de la ville de Raon-l’Etape et menuiserie à Jean Redelberg,tous deux de Raon-l’Etape. Dans la maçonnerie auraient été repris les moellons . Lors de l'enquête, la communauté protestante s’étend de Senones à Raon-L’Etape et à Baccarat (Meurthe La présence protestante est attestée à Raon-l’Etape au 17e siècle (3 familles) puis au 19e siècle devis et plans du temple de Raon furent rendus en mai 1888. Les travaux furent exécutés par . Après 1871 et l’annexion de l’Alsace et de la Moselle, des optants principalement de la Confession d’Augsbourg vinrent s’établir et demandèrent dès 1871 l’autorisation d’utiliser une salle de la mairie pour fut pourvu par Genthon (ou Genton), pasteur réformé de nationalité suisse. Dès lors la paroisse fut rattaché à celle de Saint-Dié et quoique de culte réformé, elle conserva certains usages luthériens. En issus de la démolition de la maison Prud’homme, ancien oratoire de la communauté juive de la ville (trad
    Observation :
    -de-Dôme), Les Batignolles en 1895-1898 à Paris, puis Dijon en 1896 (Côte d’Or). Le modèle servit à l’architecte de Mirecourt, Clasquin, pour édifier la chapelle anglicane de Contrexéville. C’est aussi un des derniers temples à se référer à un style néo-gothique simplifié qui eut son heure de gloire dans l’architecture protestante des pays francophones de 1840 aux années 1890.
    Référence documentaire :
    Anonyme. 1889-1989. Cent ans de protestantisme à Raon-l’Etape. Edition chez l’auteur, Raon-l’Etape Construction du temple de Raon-l'Etape Communautés juive et protestante de Senones CHIPON Léone,Communautés juive et protestante de p. 231-240 L’architecture protestante dans le pays de Saint-Dié. L’architecture protestante dans le pays de Saint-Dié. In : Journées d'études vosgiennes (23-25 octobre 2015 ; Saint-Dié). 2016, 231 7 V 15 autorisation d'utiliser les salles de la commune pour le culte AD 88 7 V 15 demandes d'autorisation de célébrer le culte dans 4 temples ou chapelle
    Murs :
    grès pierre de taille granite pierre de taille
    Description :
    Situé à l’entrée ouest de la ville, entre l’avenue du Général de Gaulle et l’impasse du temple foyer paroissial et une maison à fonction de presbytère le long de l’avenue. Presbytère et temple sont précédés d’un jardinet séparé de la rue par une grille de fer. Le temple de plan rectangulaire à chevet plat est couvert d’un toit à longs pans et pignon découvert. Il est construit en moellon de grès enduit sur un soubassement de granite local en opus incertum. Les encadrements des baies, les chaînes d’angle amortie par un pignon offre une façade en pierre de taille (grès rose) orné d’un tympan en tiers-point (pas accessible lors de l’enquête) et d’une arcade supportant la cloche, elle aussi amortie d’une croix latine. La charpente à fermes de sapin est couverte d’ardoise (à l’origine ardoise du Moulin Sainte-Anne de Fumay, Ardennes) Le volume intérieur est un rectangle éclairé par trois baies en lancette percées dans chacun des murs gouttereaux. Dépourvues de vitraux, leur fenestrage évoque sobrement l’art
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Heili
    Localisation :
    Raon-l'Étape - - 23 avenue du Général de Gaulle
    Titre courant :
    temple de Raon-l'Etape
    Annexe :
    pasteur auxiliaire de Saint-Dié est en résidence à Raon-l’Etape (ADV 7 V4). En 1888, le conseil presbytéral de Saint-Dié acquiert un terrain propriété de la ville de Raon-l’Etape et lança une collecte celle de Raon-l’Etape. Durant la première guerre mondiale, le temple fut provisoirement occupé par les l'enquête, la communauté protestante s’étendait de Senones à Raon-L’Etape et à Baccarat (Meurthe-et-Moselle Historique La présence protestante est attestée à Raon-l’Etape au 17e siècle (3 familles) puis au devis et plans du temple de Raon furent rendus en mai 1888. Le projet est sobrement néo-gothique alors 590 francs. La peinture fut confiée à J. Schnell et la menuiserie à Jean Redelberg, tous deux de Raon -l’Etape. Dans la maçonnerie auraient été repris les moellons issus de la démolition de la maison avril 1889 en présence des pasteurs de Saint-Dié, Rothau, Epinal, Raon et du rabbin. La réalisation de Raon est restauré en même temps qu celui de Senones. La salle paroissiale est sécurisée par la
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Elévation de la façade antérieure, 1888 IVR41_20108838336NUC4A Huisserie des baies de la nef : projet non retenu, 1888 IVR41_20108838337NUC4A Modernisation de l'espace intérieur, 1958 IVR41_20108838335NUC4A Modernisation de l'espace intérieur : coupe, 1958 IVR41_20108838334NUC4A
  • château d'eau
    château d'eau Raon-l'Étape - Papetrie - rue Emile Zola - isolé - Cadastre : 2017 D 733
    Historique :
    Le château d'eau situé à coté de la papeterie de Raon l'Etape a été établi probablement au cours du 1er quart du 20e siècle. Il est directement lié à l'approvisionnement en eau de l'usine, notamment en cas d'incendie. Il est construit selon le type Hennebique. Ce système de construction est breveté en 1892-1893 par François Hennebique (maçon-entrepreneur) qui permet l'édification de bâtiments industriels, d'ouvrages d’art, d'immeubles ou de citernes en béton armé, en s'appuyant sur les piles porteuses , des dalles et des étriers de renforcement en fer. Cette technique inédite nécessite peu de qualification particulière pour les ouvriers, les délais de construction et les coûts sont relativement faibles relevé établi sur la base de ce procédé, dans un cadre industriel.
    Canton :
    Raon l'Etape
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    Le château d'eau est situé à l'entrée l'ouest de Raon l'Etape, en bordure de la route, à proximité de la papeterie dont il dépend. Il est construit selon le procédé Hennebique, en forme en bouchon de champagne avec un réservoir cylindrique débordant du fût conique, qui est constitué de 4 piliers de béton de fer, placée à l'extérieur. Deux tuyaux en fonte permettent la circulation de l'eau (hors d'état de
    Auteur :
    [commanditaire] Papeterie de Raon-l'Étape
    Typologies :
    château d'eau en bouchon de champagne château d'eau de type Hennebique
    Localisation :
    Raon-l'Étape - Papetrie - rue Emile Zola - isolé - Cadastre : 2017 D 733
    Illustration :
    Château d'eau de la papeterie de Raon l'Etape, vue d'ensemble du reservoir IVR41_20178835372NUC2A Château d'eau de la papeterie de Raon l'Etape, vue d'ensemble. IVR41_20178835373NUC2A Château d'eau de la papeterie de Raon l'Etape, vue de détail d'un raccord de tuyaux en fonte
  • ensemble de 12 fontaines à Raon-l'Etape
    ensemble de 12 fontaines à Raon-l'Etape Raon-l'Étape - rue Abbé Claude rue Jules Ferry - en ville
    Historique :
    1900 et 1902, la commune voisine de La Neuveville-lès-Raon, rattachée à Raon-l'Etape le 1er janvier 1947, fit l'acquisition de Diane Chasseresse."(extrait de Raon l'Etape, secret d'archives de Guy . L'écrivain Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » (Édition du syndicat d'initiative de Raon l'Etape 1934), que la commune s’adresse à monsieur Brochon fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 L'ensemble de 12 fontaines est établi entre 1863 et le début du 20e siècle. 11 sont édifiées à Raon l'Etape et une à La Neuveville. "La première délibération date du 10 mai 1863 (cout de la fontaine : 1300F), la seconde du 25 novembre de la même année (installation en 1864). Le 24 mai 1865, une troisième concerne la commande de quatre nouvelles fontaines bronzées. Une autre du 15 mai 1884 indique la référence : celle de la Fontaine du Bonheur achetée au Val d'Osne (modèle Ducel) pour un montant de 2300F. […] Entre
    Observation :
    La fontaine de La Neuveville-lès-Raon n'est pas protégée au titre des Monuments Historiques.
    Référence documentaire :
    haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz. Les Fontaines de Raon l'Etape Janot, Bernard. Les Fontaines de Raon l'Etape, dans Journées d'études Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon Vosgiennes (16-18 octobre 2009 ; Raon l'Etape). Eau, Flottage et industrie à Raon l'Etape ; actes. Ed. Jean l'Etape 1934.
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Précision dénomination :
    ensemble de douze
    Canton :
    Raon l'Etape
    Représentations :
    chèvre mufle de lion ruche faisceau de licteur couronne de laurier bouquet corne d'abondance pomme de pin
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille granite pierre de taille
    Description :
    L'ensemble des 12 fontaines de Raon l'Etape est réparti le long des principales rues du centre ville, le plus souvent aux intersections de rues formant une place, seule celle de La Neuveville-lès -Raon est excentrée devant la gare. Certaines sont à leur place d'origine, mais d'autres ont été lions, fontaine de la pomme de pin, fontaine Le Bonheur, fontaine L'Enfant et le Cygne, fontaine de Fonderies Ducel et du Val d'Osne. Elles sont toutes différentes, hormis les bassins de même décors et la reprise du motifs des trois enfants dansant pour les fontaines des trois Coliches et de la Concorde.
    Localisation :
    Raon-l'Étape - rue Charles de Gaulle - en ville Raon-l'Étape - rue Jules Ferry rue Pierre Curie place de la Halle aux blés - en ville Raon-l'Étape - quai de la Victoire rue Charles Weill - en ville Raon-l'Étape - place des Martyrs de la Résistance rue Emile Marande - en ville Raon-l'Étape - rue Abbé Claude rue Jules Ferry - en ville Raon-l'Étape - rue Jules Ferry - en ville Raon-l'Étape - rue Victor Brajon - en ville Raon-l'Étape - rue Wessval rue Stalingrad - en ville Raon-l'Étape - rue Anatole France rue Gambetta - en ville Raon-l'Étape - rue Auguste Ferry rue Adrien Sadoul square Louis Joinard - en ville
    Titre courant :
    ensemble de 12 fontaines à Raon-l'Etape
    Illustration :
    Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834926NUC2A Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine à l'Enfant à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20168834853NUC2A Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine de la Chèvre à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face IVR41_20168834825NUC2A Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834878NUC2A Fontaine des Quatre Lions à Raon l'Etape, vue d'ensemble depuis le nord-ouest Fontaine Le Bonheur à Raon l'Etape, vue d'ensemble depuis le sud-ouest IVR41_20168834920NUC2A Fontaine l'Enfant et le Cygne à Raon l'Etape, vue d'ensemble IVR41_20168834906NUC2A
  • Ensemble de 9 vases d'autel réalisés dans le cadre d'artisanat de tranchée
    Ensemble de 9 vases d'autel réalisés dans le cadre d'artisanat de tranchée Vexaincourt
    Inscriptions & marques :
    14-19". Ils portent sur le fond le numéro de série.
    Historique :
    Ensemble de 9 vases d'autel confectionnés à partir de douilles d'obus militaires usagés, réalisés dans le cadre d'artisanat de tranchée durant la Première guerre mondiale et offert à l'église de
    Dénominations :
    artisanat de tranchée
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ensemble de 9 vases d'autel cylindriques aux décors variés : n°1 : "Alsace" avec feuilles et bogues de marronnier, n°2 : "Lorraine" avec feuilles de lierre, n°3 : Christ en croix, armes de Lorraine et
    Titre courant :
    Ensemble de 9 vases d'autel réalisés dans le cadre d'artisanat de tranchée
    États conservations :
    changement de fonction Ces vases d'autels sont issus de la réutilisation d'obus militaires usagés de la Première guerre
    Aires d'études :
    Raon-l'Etape
    Illustration :
    Vase n°3, détail de la partie supérieure. IVR41_20148810157NUC4A Vase n°3, détail de la partie inférieure. IVR41_20148810158NUC4A Vase n°4, détail de la partie supérieure. IVR41_20148810160NUC4A Vase n°4, détail de la partie inférieure. IVR41_20148810161NUC4A
  • Fontaine de Diane Chasseresse
    Fontaine de Diane Chasseresse Raon-l'Étape - Neuveville-lès-Raon (La) - rue Pasteur square Marcel Husson - en ville
    Historique :
    voisine de La Neuveville-lès-Raon, rattachée à Raon-l'Etape le 1er janvier 1947, fit l'acquisition de Diane Chasseresse."(extrait de Raon l'Etape, secret d'archives de Guy Desrues, dans Fontes n°80. ASPM -Val, qui rachète en 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Si les 11 fontaines de Raon-l'Etape le début du 20e siècle (11 à Raon l'Etape et 1 à La Neuveville). "Entre 1900 et 1902, la commune manière à tourner le dos à Raon l'Etape. Ce projet vise à multiplier les points d’eau dans la ville pour La fontaine de Diane Chasseresse fait partie d'un ensemble de 12 fontaines établies entre 1863 et - janvier 2011). La tradition orale rapporte que les habitants de La Neuveville ont établi cette statue pour ne pas être en reste vis à vis des Raonnais, et qu'ils l'ont placée près du pont les reliant, de améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies, et embellir cette commune à classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242), celle de La Neuveville n'est pas protégée. La statue au
    Observation :
    Fontaine à placer en parallèle de l'ensemble de 11 fontaines de Raon l'Etape classées MH (arrêté du
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz. l'Etape 1934.
    Canton :
    Raon l'Etape
    Représentations :
    Le groupe de Diane Chasseresse au sommet de la fontaine est figuré par une femme courant, avec de , elle attrape de sa main droite une flèche dans son carquois, fixé dans son dos. Sa main gauche, tenant tronc d'arbre sert de structure sous le ventre de l'animal. Il pourrait faire référence à la biche de Cérynie, aux bois d’or faisant partie de l’attelage d'Artémis.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    La fontaine de Diane Chasseresse est située à La Neuveville-lès-Raon, sur la rive gauche de la . Au centre, la colonne d'alimentation de section rectangulaire, en grès rose, est munie de quatre jets d'eau de fer. Chaque face est ornée d'un panneau, surmontée d'une corniche. Elle sert de piédestal au groupe de fonte représentant Diane Chasseresse.
    Localisation :
    Raon-l'Étape - Neuveville-lès-Raon (La) - rue Pasteur square Marcel Husson - en ville
    Titre courant :
    Fontaine de Diane Chasseresse
    Appellations :
    Fontaine de Diane Chasseresse
    Illustration :
    Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, carte postale du début du 20e siècle Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, carte postale du début du 20e siècle Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de face Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de trois quarts droit Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de dos de trois quarts Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de dos de trois quarts droit Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue de détail du groupe Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue de détail de la signature sur le socle de la statue IVR41_20168834901NUC2A
  • statue de Diane Chasseresse
    statue de Diane Chasseresse Raon-l'Étape - Neuveville-lès-Raon (La) - square Marcel Husson - en ville
    Inscriptions & marques :
    Le socle de la statue porte la mention "JJ. DUCEL & fils / Me DE FORGES. PARIS".
    Historique :
    , rattachée à Raon-l'Etape le 1er janvier 1947, fit l'acquisition de Diane Chasseresse." (extrait de Raon établies entre 1863 et le début du 20e siècle : 11 à Raon l'Etape et 1 à La Neuveville. Ce projet vise à , issue de ses forêts et commerces. "Entre 1900 et 1902, la commune voisine de La Neuveville-lès-Raon l'Etape, secret d'archives de Guy Desrues, dans Fontes n°80. ASPM - janvier 2011) La tradition orale des Raonnais, et qu'ils l'ont placée près du pont les reliant, de manière à tourner le dos à Raon l'Etape ; à coté d'un abreuvoir-lavoir en forme de U. Elle a été déplacée à l'extrémité de la place de la La statue de Diane Chasseresse surmonte une fontaine qui fait partie d'un ensemble de 12 fontaines multiplier les points d’eau dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, notamment celui de 1860 dans le faubourg des Maisons Rouges. C'est aussi l'occasion d'embellir et de démontrer la richesse de la commune
    Matériaux :
    fonte de fer peint
    Observation :
    statue de la fontaine à placer en parallèle de l'ensemble de 11 fontaines de Raon l'Etape classées
    Canton :
    Raon l'Etape
    Représentations :
    biche de Cérynie
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le groupe de Diane Chasseresse au sommet de la fontaine est figurée par une femme courant, avec de , elle attrape de sa main droite une flèche dans son carquois, fixé dans son dos. Sa main gauche, tenant tronc d'arbre sert de structure sous le ventre de l'animal. Il pourrait faire référence à la biche de Cérynie, aux bois d’or, faisant partie de l’attelage d'Artémis.
    Localisation :
    Raon-l'Étape - Neuveville-lès-Raon (La) - square Marcel Husson - en ville
    Titre courant :
    statue de Diane Chasseresse
    Appellations :
    statue de Diane Chasseresse Diane de Versailles
    Illustration :
    Groupe de Diane Chasseresse sur la fontaine à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de face Groupe de Diane Chasseresse sur la fontaine à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de dos Groupe de Diane Chasseresse sur la fontaine à La Neuveville-lès-Raon, vue de détail de la signature Groupe de Diane Chasseresse sur la fontaine à La Neuveville-lès-Raon, vue de détail du buste de
  • fontaines de dévotion des Vosges
    fontaines de dévotion des Vosges
    Référence documentaire :
    Les fontaines qui au village pouvait guérir. L'exemple de la Meurthe et de la Meuse au XIXe siècle Aube, Jean-Paul. Les fontaines qui au village pouvait guérir. L'exemple de la Meurthe et de la Meuse au -273. Publication de sa thèse soutenue en 2006. Travail universitaire édité sur le site Internet http Les Chapelles de la montagne vosgienne. Bouvet Mireille-Bénédicte. Les Chapelles de la montagne Le culte des sources et le témoignage éventuel de la tradition dans la cité des Leuques Poncin , Marie-Dominique. Le culte des sources et le témoignage éventuel de la tradition dans la cité des Leuques Sources, Fontaines et saints guérisseurs des Vosges. Les pouvoirs curatifs de l'eau Saint-Dizier , Marie-Helène. Sources, Fontaines et saints guérisseurs des Vosges. Les pouvoirs curatifs de l'eau Le sanctuaire de l'eau de Grand d'Apollon... à Sainte Libaire Bertaux, Jean-Paul. Le sanctuaire de l'eau de Grand d'Apollon... à Sainte Libaire. Le Pays Lorrain. L'eau en Lorraine. mars 2006.
    Dénominations :
    fontaine de dévotion
    Typologies :
    fontaine de dévotion grotte de Lourdes
    Titre courant :
    fontaines de dévotion des Vosges
    Texte libre :
    Lourdes ont été érigées après la seconde guerre mondiale - Raon l'étape : oratoire et grotte de la Vierge La centaine de fontaines et sources miraculeuses ou de dévotion recensée dans les Vosges, ne %. (cf : Tableau de recensement des sources et fontaines de dévotion dans les Vosges). Toutefois leur intérêt est majeur de par leur ancienneté et leurs utilisations particulières. Présentes sur l'ensemble de l'aire d'étude, leur création s'étend de l'antiquité au 20e siècle, et témoigne des besoins et usages des probablement vénérées depuis les origines de l'humanité, en tant qu'élément fondamental de la vie, en lien d'attester la présence de certains lieux où l'on pratiquait des cultes rendus à des sources dès l'Antiquité , comme à Grand par exemple. De nombreuses sources thermales sont ainsi fréquentées et vénérées dès l'Antiquité, comme Vittel, Martigny-les-Bains, Plombières-les-Bains, Bains-les-Bains. Si de nombreuses elles ont été converties au début de l'ère chrétienne. En effet, plutôt que de détruire les sanctuaires
    Illustration :
    Fontaine de la Pucelle à Domremy-la-Pucelle, carte postale vers 1930. IVR41_20168834484NUC1Y Représentation au théatre populaire de la Grande Fosse, Saint Gondelbert recevant saint Hydulphe Tableau de recensement des sources et fontaines de dévotion dans les Vosges Carte de répartition de fontaines de dévotion et commémoratives relevées dans les Vosges
  • scieries hydrauliques de la Forge
    scieries hydrauliques de la Forge Étival-Clairefontaine - La Forge - Forge - en écart - Cadastre : 2010 A 1106 1846 A1525, 1526
    Observation :
    L'ensemble des machines est conservé. La scierie est représentative de l'évolution des techniques de sciage dans la première moitié du 20e siècle. Rare moteur thermique de cette puissance
    Hydrographies :
    dérivation de la Valdange
    Parties constituantes non étudiées :
    bief de dérivation
    Canton :
    Raon l'Etape
    Murs :
    essentage de planches
    Description :
    La scierie se compose de deux bâtiments indépendants bardés de bois, couverts de tuiles mécaniques reposant sur un sous-sol de moellon hourdi à la chaux. Le premier, adossé à une habitation, a abrité un haut-fer dont seule la roue par le dessous subsiste. Le second entouré par un quai de chargement abrite une scie de côté (Guillet et Fils à Auxerre : IM88004728), un rouleau dédoubleur (H & A Beyer à Saint ) puis par un moteur diesel monocylindre de 40 cv (7X HRE Ruston & Hornsby à Lincoln, Angleterre
    Typologies :
    scie de côté
    Titre courant :
    scieries hydrauliques de la Forge
    Illustration :
    Plan schématiques des deux scieries, rez-de-chaussée. IVR41_20118810007NUDA Scierie principale, élévation postérieure, vue de trois quarts gauche. IVR41_20118810196NUC4A Scierie principale, élévation postérieure, vue de trois quarts droit. IVR41_20118810197NUC4A Scierie principale, élévation antérieure, vue de trois quarts gauche. IVR41_20118810191NUC4A Scierie principale, vue général de l'intérieur de la scierie. IVR41_20118810201NUC4A Bâtiment annexe, ancien haut-fer, vue partielle de la roue de poitrine.. IVR41_20118810199NUC4A Scierie principale, élévation antérieure, vue de trois quarts droit. IVR41_20118810193NUC4A Scierie principale, sous-sol, courroies d'entraînement de la scie de côté. IVR41_20118810210NUC4A Scierie principale, sous-sol, ancien arbre de transmission de la turbine. IVR41_20118810211NUC4A Plan de situation IVR41_20118810376NUDA
  • scie alternative dite scie de côté
    scie alternative dite scie de côté Étival-Clairefontaine - La Forge - Forge - en village
    Historique :
    La scie de côté a été installée lors de la reconstruction de la scierie en 1917. Ce type de scie apparaît dans les scieries de moyenne importance au début du 20e siècle en remplacement du haut-fer et peut encore être employée aujourd'hui dans les scieries artisanales. De fabrication simple, elle est souvent
    Matériaux :
    fonte de fer
    Canton :
    Raon l'Etape
    Description :
    débiter les grumes. La scie "de côté" doit son nom au fait que la grume étant placée en porte-à-faux par rapport au chariot, la lame est située sur le côté de celui-ci (et non plus au centre comme sur un haut -fer). La lame est pourvue d'une denture alternée, ce qui permet au chariot d'avancer de manière
    Titre courant :
    scie alternative dite scie de côté
    États conservations :
    en état de marche
    Appellations :
    scie de coté
    Illustration :
    Détail de la scie. IVR41_20118803208NUC2A
  • presbytère de calvinistes de Verdun
    presbytère de calvinistes de Verdun Verdun - - 19 rue Victor Schleiter
    Genre :
    de calvinistes
    Observation :
    Mélin), Epinal (1872-1873), Châlons-en-Champagne (1880-1881, Louis Gillet), Raon-l’Etape (1888-1889 qui La référence romane est fréquente dans l’architecture protestante de la seconde moitié du 19e fait partie d’un ensemble dû à l’architecte parisien Félix Paumier auteur des temples de La Bourboule
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le presbytère situé à gauche est une demeure également construite en pierre de taille sur deux ordonnancée autour d'un axe de symétrie marqué par la porte en plein cintre (décor de cercles concentriques ) et le balcon du premier étage. Le fronton de la lucarne est marquée d'une croix grecque rappelant la fonction ecclésiale de l'édifice. Le débord de la toiture à long pans brisés est simulé par la présence de corbeaux sous la corniche moulurée. A l'intérieur, le rez-de-chaussée abritait des salles à usage était surmonté du logement du gardien. En fonds de parcelle : un cabane de jardin en pans de bois et
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    presbytère de calvinistes de Verdun
    Illustration :
    Signature de L. Berthemy sur la façade du presbytère IVR41_20185530052NUC4A Signature de L. Valade et M. Meyer sur la façade du presbytère IVR41_20185530053NUC4A Détail de la porte du presbytère IVR41_20185530054NUC4A Détail du décor de la porte du presbytère IVR41_20185530055NUC4A Détail de la ferronnerie du balcon IVR41_20185530056NUC4A
  • Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Référence documentaire :
    haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz. Les Fontaines de Raon l'Etape Janot, Bernard. Les Fontaines de Raon l'Etape, dans Journées d'études Vosgiennes (16-18 octobre 2009 ; Raon l'Etape). Eau, Flottage et industrie à Raon l'Etape ; actes. Ed. Jean L'age de la fonte. Un art, une industrie. 1800-1914. Suivi d'un dictionnaire des artistes. Renard , Jean-Claude. L'age de la fonte. Un art, une industrie. 1800-1914. Suivi d'un dictionnaire des artistes . Les Éditions de l'Amateur, 1985. 319p.
    Titre courant :
    Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Aires d'études :
    Raon-l'Etape
    Texte libre :
    Raon-l'Etape établit entre 1863 et la fin du siècle. Cet ensemble classé Monuments Historiques depuis 20 fontaines dans les Vosges ont été identifiées comme provenant des fonderies Ducel ou de la fonderie du Val d'Osne. 12 d'entre elles font parties du projet d'adduction d'eau et d'embellissement de Neuveville-lès-Raon (1900), qui a été rattachée à la ville en 1947, mais également Senones, Moyenmoutier (1879), Vexaincourt et Saint-Dié-des-Vosges (1885). Deux autres fontaines de la fonderie du Val d'Osne ont été installées sur la commune de Remiremont et sa voisine Saint-Amé (1908). De manière isolée , Saint-Ouen-lès-Parey a également acquis une statue en fonte. Hormis à Vexaincourt, il s'agit de modèle de fontaines ornementales avec des statues qui pour la plupart existaient déjà sur le catalogue de la fonderie Ducel, acquise en 1829 par Jean-Jacques Ducel (maître de forges de Paris) et Paulin Viry (maître de forges en Lorraine). Cette usine située à Pocé-sur-Cisse (Indre-et-Loire) est rachetée par la
    Illustration :
    Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834926NUC2A Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine à l'Enfant à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20168834853NUC2A Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine de la Chèvre à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face IVR41_20168834825NUC2A Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834878NUC2A Fontaine des Quatre Lions à Raon l'Etape, vue d'ensemble depuis le nord-ouest Fontaine Le Bonheur à Raon l'Etape, vue d'ensemble depuis le sud-ouest IVR41_20168834920NUC2A Fontaine l'Enfant et le Cygne à Raon l'Etape, vue d'ensemble IVR41_20168834906NUC2A
  • scie alternative à cadre dite rouleau dédoubleur
    scie alternative à cadre dite rouleau dédoubleur Étival-Clairefontaine - La Forge - Forge - en village
    Inscriptions & marques :
    inscriptions : H & A Beyer Saint-Dié ; Alyson & Perrin Frères Raon-l'Etape
    Historique :
    Le rouleau dédoubleur a été installé lors de la reconstruction de la scierie en lors de sa
    Matériaux :
    fonte de fer
    Canton :
    Raon l'Etape
    Description :
    (88). Le système de relevage du "corban" à cliquet par Alyson & Perrin Frères à Raon l'Etape (88). Scie alternative à cadre de construction charpentée et métallique destinée à débiter les grumes équaries. Equipée de plusieurs lames et basée sur les principes d'un haut-fer (IM880004727), elle en cannelés lors de la remontée des lames. Le système d'entrainement est fabriqué par H & A Beyer à Saint-Dié
    Lieu d'exécution :
    Lorraine, 88, Raon l'Etape
    États conservations :
    en état de marche
    Illustration :
    détail de la face antérieure. IVR41_20118803209NUC2A Vue de la face postérieure. IVR41_20118810206NUC4A
  • Temple de calvinistes n°2 de Verdun
    Temple de calvinistes n°2 de Verdun Verdun - - 19 rue Victor Schleiter
    Genre :
    de calvinistes
    Historique :
    Avant 1888,est prise la décision de construire un nouvel édifice confié à l’architecte verdunois Paul-Nicolas Chenevier (auteur également de la chapelle de l’institution Saint-Joseph, du Théâtre en éléments sont ajoutés à la commande « simples et caractéristique du culte réformé : croix de pierre en haut de l’édifice, une Bible ouverte au-dessus de la porte d’entrée et comme inscription au-dessus ce une église de Saint-Mihiel mais le projet fut ajourné. Le nouvel édifice fut auguré le 27 juin 1889 en présence des pasteurs de Sedan, Châlons-en-Champagne, et Charleville-Mézières (AD 55 146 J 23). L’ensemble des travaux avait coûté 16 000 francs dont 6 000 furent payés grâce à la subvention de la ville de Verdun (AD 55 146 J 23). Un vitrail provenant de l’ancien oratoire est réintégré au-dessus de la la bible posée sur la table de sainte Cène. Le temple est restauré en 1920, des lambris de demi motif de pierre précieuse, un fleuron et des motifs eucharistiques (blé, raisin) fut posée par Graff
    Observation :
    Mélin), Epinal (1872-1873), Châlons-en-Champagne (1880-1881, Louis Gillet), Raon-l’Etape (1888-1889 qui La référence romane est fréquente dans l’architecture protestante de la seconde moitié du 19e fait partie d’un ensemble dû à l’architecte parisien Félix Paumier auteur des temples de La Bourboule
    Représentations :
    Une représentation de la Bible marquée de l’alpha et de l’oméga amortit le fronton du portail. La (Charente-Maritime, 1836), elle figure au milieu d’un décor de draperie. Le motif du livre sur un fond de soleil rayonnant connaît un vrai succès en Poitou-Charentes entre 1820 et 1875, ainsi à Saint-Martin-de latine complète l’ensemble. Dans l’Est de la France la Bible est fréquente : à Chalons-en-Champagne (51 1914). Il s’agit généralement de bâtiment de la seconde moitié du XIXe siècle. A Verdun, une branche de laurier est posée sur les pages de la Bible.
    Escaliers :
    escalier de distribution escalier tournant à retours avec jour suspendu en charpente
    Murs :
    calcaire pierre de taille brique pan de bois
    Description :
    du portail supporté par deux colonnes. Le décor ornemental s’inspire librement de l’architecture romane avec des motifs de denticules et de bandes lombardes. La composition de la façade reprend avec plus de vigueur le schéma de celle de Toul (1865). Outre le décor religieux (croix et Bible), la façade est ornée d'un motif en losange dans l'appareillage de la pierre de taille. Les colonnes du portail zénithal supportée la charpente en bois portée par des colonnes engagées à mi-hauteur des murs de la nef enclavé, est proche de celui retenu aussi pour la synagogue de Verdun (1873 et 1875, par l'architecte Henri Mazilier) et la chapelle de l’institution Saint-Joseph édifiée en 1888 par le même architecte Chenevier. Le choeur est séparé de la nef par un emmarchement de deux degrés en pierre. La chaire axiale et la table de Sainte-Cène reprennent un vocabulaire néo-roman proche de celui de l’architecture. le sol est couvert d'un parquet à point de Hongrie sauf au niveau du tambour en bois où le granito, plus
    Titre courant :
    Temple de calvinistes n°2 de Verdun
    Illustration :
    Façade du temple : détail du décor : Bible et citation de l'Evangile IVR41_20185530059NUC4A Détail de la Bible : alpha et oméga encadrant le laurier IVR41_20185530060NUC4A Détail de la colonne de la porte et de lamise en oeuvre en losange IVR41_20185530061NUC4A Plan du temple et du garage, rez-de-chaussée. Lieu de conservation : archives paroissiales Plan du temple et du logement du gardien, 1er étage. Lieu de conservation : archives paroissiales Plan du temple et du logement du gardien, 2e étage. Lieu de conservation : archives paroissiales Vue d'ensemble vers la tribune : niveau du rez-de-chaussée IVR41_20185530067NUC4A Vue d'ensemble vers la tribune : le niveau de la tribune avec la rosace et la charpente visible Détail des colonnettes supportant la charpente au niveau de l'arc triomphal IVR41_20185530070NUC4A Détail de la charpente IVR41_20185530073NUC4A
  • Ensemble école et mairie
    Ensemble école et mairie Vexaincourt - Le Village - 3 rue de la Malgrange - en village - Cadastre : 2014 A 363, 364
    Historique :
    adjugés à l'entreprise Leclère de Raon-l'Etape en 1923. par les troupes allemandes en mesure de représailles. En 1920, l'architecte nancéien Paul Drouin d'alignement, le projet définitif, dressé par le même architecte et adopté en 1922, se compose de deux
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le bâtiment d'école est construit en léger retrait de la rue principale. Sa façade à deux niveaux , au soubassement et comble recouvert de moellons de granite rouge, est largement percée de fenêtres aux linteaux ornés de briques de céramique blanches ou brunes. Il accueille au rez-de-chaussée deux salles de classes (filles et garçons) et leurs vestibules séparés par le hall d'accès à l'étage. Le , n'est séparée de ce bâtiment que par le passage donnant accès à la cour d'école. Elle présente un décor similaire à celui de l'école, décor magnifié au premier étage par une large baie tripartite au linteau elliptique. Elle abrite au rez-de-chaussée un vestibule et la salle du conseil et à l'étage le secrétariat et
    Localisation :
    Vexaincourt - Le Village - 3 rue de la Malgrange - en village - Cadastre : 2014 A 363, 364
    Aires d'études :
    Raon-l'Etape
    Illustration :
    Vue générale de la rue la Malgrange avant destruction, au centre mairie-école des garçons au centre projet de nouvelle mairie-école, plans et élévations IVR41_20148803011NUC2A Vue aérienne de l'école et de la mairie. IVR41_20148830223NUC1A Accès à la cour de l'école, entre les deux bâtiments. IVR41_20148810147NUC4A Mairie, élévation antérieure, vue de trois-quarts droit. IVR41_20148810146NUC4A Mairie, élévation latérale droite, détail de la baie du premier étage. IVR41_20148830189NUC4A
  • moteur à pistons à combustion (Diesel) Ruston-Hornsby
    moteur à pistons à combustion (Diesel) Ruston-Hornsby Étival-Clairefontaine - La Forge - Forge - en village
    Historique :
    quart du 20e siècle. Il a vraisemblablement été installé lors de la reconstruction de la scierie en 1918.
    Matériaux :
    fonte de fer
    Canton :
    Raon l'Etape
    Description :
    massif de béton. Il occupe une pièce spécifique au sous-sol de la scierie. Il développait une puissance de 40 cv à 300 tr/mn.
    États conservations :
    en état de marche
    Catégories :
    production industrielle de l'énergie
    Illustration :
    Vue d'ensemble de face. IVR41_20118803210NUC2A Détail de la plaque constructeur. IVR41_20118803207NUC2A
  • Production de fontaines par la fonderie de Tusey dans les Vosges
    Production de fontaines par la fonderie de Tusey dans les Vosges
    Référence documentaire :
    L'age de la fonte. Un art, une industrie. 1800-1914. Suivi d'un dictionnaire des artistes. Renard , Jean-Claude. L'age de la fonte. Un art, une industrie. 1800-1914. Suivi d'un dictionnaire des artistes . Les Éditions de l'Amateur, 1985. 319p.
    Titre courant :
    Production de fontaines par la fonderie de Tusey dans les Vosges
    Aires d'études :
    Raon-l'Etape
    Texte libre :
    Dans le département des Vosges, 23 fontaines ont été identifiées comme produites par la fonderie de %), vers 1860 et vers 1890. La première période correspond aux débuts de la production de l'usine de Tusey, située à coté de Vaucouleurs (Meuse), et crée en 1832 par Pierre Adolphe Muel qui est issu d’une famille de maîtres de forges vosgiens installée à Sionne. Ce site produisait déjà des éléments pour l'adduction d'eau, tel que le rappelle la mise en place d'une file en tuyaux de fonte en remplacement de ceux de bois pour l'alimentation de la fontaine de la Grande Place de Bruyères en 1830 (AD88 - 2O 82/9 ) ; soit deux ans avant que Pierre Adolphe Muel établisse la fonderie de Tusey. Les archives conservent aussi la mémoire de la fabrication du vase de la fontaine de Mesdames à Remiremont (AD88 - 2O401/14 ), conçue en 1829 par Muel frères, alors qu'ils étaient "propriétaires des foyers de Sionne". Ce vase a été centimes le kilogramme. Dès sa création, l'établissement de Tusey se spécialise justement dans la fonte
    Illustration :
    Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834250NUC2A Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face sud de la colonne d'alimentation Fontaine de Sionne, vue de la colonne d'alimentation du modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey de 1892. IVR41_20168834523NUC2A Fontaine-lavoir d'Apollon à Midrevaux, vue d'ensemble de la colonne d'alimentation du modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey de 1892, surmontée d'une statue d'Apollon Fontaine de Houécourt, vue d'ensemble avec une la colonne d'alimentation du modèle n°2 de la planche 347 du catalogue de Tusey de 1892. IVR41_20178835562NUC2A Fontaine de Roncourt, vue de détail des décors de la colonne d'alimentation n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey. IVR41_20178835565NUC2A
  • scierie hydraulique à cadre avec logement dite scierie Lajus
    scierie hydraulique à cadre avec logement dite scierie Lajus Celles-sur-Plaine - Lajus - Scierie Lajus 5 - en écart - Cadastre : 2010 C 999 1809 C 1134 1846 C1216
    Historique :
    La scierie domaniale de Lajus est déjà citée sur la carte de la principauté de Salm-Salm de 1751 . Elle est mentionnée sur les plans cadastraux de 1809 et 1846 ainsi que dans les règlements de droits d'eau des Eaux et Forêts de la fin du 19e siècle. Elle a été agrandie vers 1891. Elle est inscrite sur
    Parties constituantes non étudiées :
    bief de dérivation
    Canton :
    Raon l'Etape
    Murs :
    essentage de planches pierre de taille
    Description :
    hangar de bois sur sous-sol de moellons qui abrite la scierie. L'ensemble est couvert de tuiles mécaniques. La roue verticale par le dessous (IM88004740) est alimentée par un bief de dérivation sur la Plaine. Le mécanisme de la scie est un haut-fer à bielle manivelle dont le mouvement est transmis depuis
    Illustration :
    Plan de situation IVR41_20118810374NUDA Elévation latérale gauche des bâtiments, structure du quai de chargement. IVR41_20118810219NUC4A Elévation latérale droite des bâtiments, bief de dérivation et vanne. IVR41_20118810217NUC4A Extrait de plan. Inventaire des scieries domaniales, 1852. IVR41_20118803132NUC2A Vanne de flottage et prise d'eau de la scierie vue de l'amont vers 1893. Phototype ancien du Centre Pertuis de flottage derrière la scierie, vu de l'aval, en 1905. Phototype ancien du Centre Image Visite des étudiants de la 83ème promotion de l'Ecole Nationale des Eaux et Forêts de Nancy en 1908 Extrait de plan. Projet de reconstruction de la scierie, vers 1893. IVR41_20118803133NUC2A Intérieur de la scierie, en 1905. Phototype ancien du Centre Image Lorraine. IVR41_20138810287NUC2A
  • Bornes fontaines des Vosges
    Bornes fontaines des Vosges
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Aires d'études :
    Raon-l'Etape
    Texte libre :
    les dimensions réduites de la colonne d'alimentation et sa silhouette en forme de borne, le sommet plusieurs bassins servant d'abreuvoir pour le bétail (68% des cas). Afin de faciliter leur contournement de fontaine-abreuvoir), soit sur le bord du trottoir, le caniveau évacuant l'eau directement. Ces dernières ont disparues pour faciliter la circulation, sauf une à Coussey, qui sert de poteau d'incendie fontaine en fonte à un lavoir préexistant (Attigny, Harol et Romont), soit à la transformation de bornes extrémités Ouest et Est, et dans le centre le long de la Moselle. Quelques unes se situent aussi entre Bains bornes en pierre étant progressivement délaissées au profit de celle en fonte dans la seconde moitié de , et sont employées de manière traditionnelle pour permettre un accès à l'eau de manière sobre et abreuvoir (à 83%), pour une polyvalence des usages. L'installation de bornes-fontaines se fait souvent progressivement, en plusieurs exemplaires, pour alimenter chaque quartier du village, à l'image de Vexaincourt qui
    Illustration :
    Borne-fontaine de Blée à Gendreville, plans, coupes et élévations de La borne-fontaine établis par Borne-fontaine de Bains-les-Bains, plan et élévation dressés par Gahon, architecte en 1838 (AD88 Borne fontaine dans la rue du milieu à Coussey, vue d'ensemble de face. (Modèle "Victoria" de la Société métallurgique Haut Marnaise de Joinville) IVR41_20178835582NUC2A Borne-fontaine abreuvoir avenue de la Gare à Monthureux-sur-Saone, vue d'ensemble de la borne Borne-fontaine de Blée à Gendreville, vue d'ensemble de trois quarts droit, avec abreuvoirs Borne fontaine de Jubainville, vue de détail du mascaron IVR41_20168834499NUC2A Borne fontaine - abreuvoir de Châtel-sur-Moselle, vue d'ensemble de la borne Borne-fontaine abreuvoir rue de la Chalete à Aroffe, vue d'ensemble de la borne Fontaine-lavoir de Frébécourt, vue de détail de la borne-fontaine en fonte provenant de la Société
  • scierie hydraulique à cadre avec logement dite du Fossé
    scierie hydraulique à cadre avec logement dite du Fossé Moussey - Prés du Fossé - 24 rue du 24 septembre - en écart - Cadastre : 2010 A 1563,1565
    Historique :
    La scierie du Fossé a été construite en 1869 par Joseph Marchal, marchand de bois à Raon l'Etape modernisée l'année suivante. La maison d'habitation a été surélevée de deux niveaux, le sous-sol de la scierie doublé et la halle de sciage étendue au dessus du ruisseau.
    Observation :
    excellent état des machines et des turbines. La scierie est représentative de l'évolution des techniques de sciage dans la première moitié du 20e siècle. Halle restaurée ; versé 2014/02
    Parties constituantes non étudiées :
    bief de dérivation
    Murs :
    essentage de planches pierre de taille
    Description :
    Les bâtiments se composent d'une habitation à trois niveaux adossée à une vaste halle de sciage bardée de bois qui repose en partie sur un sous-sol en moellon hourdi à la chaux et sur des piliers . La sont alimentées depuis le bief de dérivation du ruisseau du Fossé par des conduites forcées et desservies par un canal de fuite maçonné.
    Illustration :
    Sous-sol de la halle de sciage, turbine Girard. IVR41_20118810449NUC4A Logement, halle de sciage et quai de chargement, vue de trois quarts droit. IVR41_20118810427NUC4A Halle de sciage et quai de chargement, vue de trois quarts droit. IVR41_20118810429NUC4A Bâtiments de la scierie, vue de trois quarts droit. IVR41_20118810425NUC4A Canal de décharge et ruisseau. IVR41_20118810457NUC4A Bâtiments de la scierie, vue de trois quarts gauche. IVR41_20118810428NUC4A Intérieur de la halle de sciage, vue d'ensemble. IVR41_20118810432NUC4A Plan schématique du sous-sol de la scierie. IVR41_20118810009NUDA Intérieur de la halle de sciage, déligneuse circulaire. IVR41_20118810433NUC4A Intérieur de la halle de sciage, rouleau dédoubleur. IVR41_20118810435NUC4A
  • église paroissiale Saint-Gengoult
    église paroissiale Saint-Gengoult Pierre-Percée - place de la Mairie
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de
    Historique :
    Cartier-Bresson dont les usines textiles de Celles-sur-Plaine et Raon-l'Etape sont proches et florissantes. Bien que située sur le diocèse de Nancy et de Toul (Meurthe-et-Moselle), cette église est administrée par la paroisse Saint-Luc du diocèse de Saint-Dié-des-Vosge (Vosges). L'église, rebâtie en 1758 , a fait à nouveau l'objet de travaux de reconstruction en juillet 1834 par l'architecte Eugène Louis . Au cours de la Première Guerre mondiale, la commune est occupée par l'ennemi, l'église a été détruite à 25 %. Le mobilier (autels, bancs) a été reconstitué en 1922. Les verrières de la nef ont été
    Représentations :
    Dans le chœur, deux verrières, en dalles de verre, cloisonnées de ciment coulé sur une armature métallique, sorties de l'atelier d'Auguste Labouret, figurent saint Gengoult et saint Nicolas. Dans la nef , quatre verrières signées William Geisler, Nancy, représentent chacune un motif (coupe de fruits, couronne fermée, la Croix et les armes de Salm) sur un fond composite de pièces de verre géométriques.
    Description :
    triangulaire. La nef de deux travées est pourvue de vitraux dues à William Geisler de Nancy. Dans le chœur polygonal, les verrières sont d'Auguste Labouret de Paris. Le mobilier est d'inspiration néo-romane.
    Localisation :
    Pierre-Percée - place de la Mairie
    Illustration :
    Vue de la nef IVR41_20175430176NUC2A
1