Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue d'ensemble depuis le sud
Fontaine des Travailleurs - Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue d'ensemble depuis le sud
Localisation Commune : Remiremont
Adresse : rue de la Xavée , boulevard Thiers , place des Travailleurs
Auteur(s) Bresson Marie-Stanislas-Hector
Marie-Stanislas-Hector Bresson (14 février 1794 - 13 mai 1843)

Marie-Stanislas-Hector Bresson est né le 14 février 1794 à Darney, dans une famille de magistrats et meurt le 13 mai 1843 à Paris.

Il fait ses études au lycée impérial, puis son droit à Paris. Il entre en 1812 au ministère des affaires étrangères sous la Restauration.

Il s'installe à Remiremont à la fin 1816, où il est entrepositaire des tabacs. Il y est membre du conseil municipal, puis maire de 1825 à 1830 et de 1834 à 1836.

Il est élu député en 1831 et réélu jusqu'à sa mort. Il est nommé intendant civil des possessions d'Afrique en 1834. Il est à la direction de l'administration des eaux et forets (1838-1839).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Perrin Jean-Baptiste
Jean-Baptiste Perrin

Jean-Baptiste Perrin est arpenteur forestier et architecte de l'arrondissement de Remiremont (1800 - 1840). Il est aussi membre de la SEV (1834-1838).

Il réalise notamment à Plombières-les-Bains : fontaine ferrugineuses d'une pompe aspirante et foulante (1806) puis bassin (1808-1809) ; amélioration du Bain des Capucins -1809), et du Grand Bain (1810-1817) ; restauration de l'étuve Bassompierre (1811-1812) et de l'étuce romaine (1812).

Il dirige également les travaux de création des fontaines de Remiremont (1827-1829).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Stehelin Henri
Henri Stehelin

Dans la vallée de la Thur, riche en minerai de fer, exploité dès 1479. Un fourneau est crée en 1739 et fonctionne jusqu'en 1833.

Henri Stehelin l'acquière après la Révolution Française (1795) et s'associe vers 1820 avec son neveu, Johann Heinrich Huber, sous la raison sociale "Stehelin et Huber", rejoint en 1828 par Charles Stehelin. Le fourneau est abandonné ensuite, au profit d'un nouvel établissement de constructions mécaniques (machines à vapeur, locomotives, moteurs, roues et essieux pour wagons…, puis des machines pour des tissages et de filatures).

En 1837, Edouard, le frère de Charles, intègre aussi l'entreprise devenant "Charles et Édouard Stehelin", puis en 1843, "Stehelin et Cie".

Au moment de l'annexion de l'Alsace, les Stehelin se retirent à Bâle, et laissent la gérance à Martinot et Peters. En 1872, Stehelin et Cie devient les "Ateliers de construction de Bitschwiller" (A.C.B.).

En 1900, suite à la cession par Edouard Stehelin de ses actions à la famille Martinot, la raison sociale change au profit des "Ateliers de construction Martinot et Galland".

Après la fabrication de munitions, pendant la Première guerre mondiale, l'entreprise se spécialise dans le matériel textile. Puis elle est absorbée par la société "Schlumberger de Guebwiller" en 1919, et par les "Fonderies et Ateliers Mécaniques de la Thur" en 1934 (F.A.M.T.) qui fermèrent en 1983. (cf. IA 00024287).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
dossier.copyrights (c) Région Lorraine - Inventaire général
(c) Conseil départemental des Vosges