Fontaine de Sionne, vue d'ensemble
fontaine - abreuvoir - Fontaine de Sionne, vue d'ensemble
Localisation Commune : Sionne
Adresse : Grande Rue , rue La Belle
Auteur(s) Fonderies de Tusey
Fonderies de Tusey

Pierre-Adolphe Muel (issu d’une famille de maîtres de forges à Sionne dans les Vosges) construit une fonderie à Tusey à coté de Vaucouleurs (Meuse) de 1832 à 1835. La fonderie de Tusey s’orientent, dès l’origine, vers la fabrication d’objets artistiques en fonte de fer. Muel coule les deux fontaines et seize colonnes rostrales de la place de la Concorde (1837-1838).

Muel s’associera à Wahl en 1840. Puis l’usine sera reprise par Edouard Zegut (1862-1874), ancien régisseur de la fonderie du Val d’Osne. Louis Gasne lui succédera en 1874.

A partir de 1887, l’entreprise prend de l’importance, grâce notamment à une médaille d’or remportée lors de l’Exposition universelle de 1889. La fonte à cire perdue est pratiquée en plus de la fonte au sable, ce qui différencie Tusey des autres fonderies contemporaines de la région.

Entre 1896 et 1949, l’usine passera entre les mains de Dufilhol et Chapal, puis Dufilhol (1897-1904). En 1904, après la faillite de Dufilhol, l'usine est rachetée par Laurent Chevailler qui lui apporte une nouvelle prospérité. La guerre de 1914-1918 met fin à la fabrication des statues : on fabrique des grenades citrons. Après 1918, on reprend la fabrication des statues et du mobilier en fonte, tout en commençant celle de la pièce mécanique qui deviendra prépondérante après 1925 et la seule production après 1935. Les fonderies de Tusey fusionneront en 1949 avec les Ateliers et Fonderies de Meuse (ancienne Fonderie Jeanne d’Arc à Vaucouleurs), qui deviendront Fonderies de Vaucouleurs en 1961. Le site de Tusey est abandonné en 1963.

Les modèles de Tusey ont été rachetés par Capitain-Gény et Salin (maîtres de forges et beaux-frères) et un certain nombre d’entre eux figurent aujourd’hui dans le fonds de modèles Ferry-Capitain.

(cf. IA00121217)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Mathey Abel Antoine, dit(e) Mathey fils
Abel Antoine Mathey , dit(e) Mathey fils (1802 - 1869)

Abel Antoine Mathey, dit Mathey fils (1802 - Neufchâteau 1869) est le fils de Abel Pierre Mathey (architecte) et le père de Numa Charles Nicolas Mathey (architecte).

Abel Antoine Mathey est ingénieur, puis architecte départemental de l'arrondissement de Neufchâteau (1825-1869) ; inspecteur des écoles primaires de l'arrondissement de Neufchâteau (1838-1845) ; membre du service des travaux communaux pour la ville de Neufchâteau (1859-1869), du service des travaux départementaux (1860-1869), de la commission de surveillance de la prison de Neufchâteau (1860-1869).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Bastinot François Nicolas
François Nicolas Bastinot

François Nicolas Bastinot est entrepreneur à Midrevaux au milieu du 19e siècle. Il intervient notamment à Sionne (1848)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Forges d'Attignéville
Forges d'Attignéville

La forge d'Attignéville a probablement été fondée au 16e siècle et détruite au 17e siècle pendant la guerre de Trente Ans. Elle fait partie de la seigneurie du Châtelet.

Le haut fourneau est reconstruit en 1799 pour le régisseur Jean-Baptiste Pernin. Le haut fourneau cesse de fonctionner en 1805 puis est détruit.

En 1830, les propriétaires Gauguier, maître de forge à Neufchâteau, et Chevalier, maître de forge à Rebeauvoix (commune de Soulosse-sous-Saint-Elophe) rétablissent un patouillet et un bocard. A partir de 1836, Gauguier resté seul propriétaire, reconstruit le haut fourneau puis les ateliers de fabrication, la halle à charbon, les logements d'ouvriers et le logement patronal.

En 1849, Dormoy est signalé comme maitre de forge d’Attignéville.

En 1856, une machine à vapeur est installée.

Le haut fourneau s'éteint le 30 juin 1865.

(cf. : IA00127069).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
dossier.copyrights (c) Région Lorraine - Inventaire général
(c) Conseil départemental des Vosges