Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Synagogue de Bionville-sur-Nied (projet de reconstruction non réalisé)

Dossier IA57030110 réalisé en 2018
Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Région Grand Est
Adresse Commune : Bionville-sur-Nied
Précisions précision sur la géolocalisation centroïde communal

La présence juive est très ancienne à Bionville-sur-Nied. Pendant la guerre de Trente ans, plusieurs juifs originaires du village sont cités parmi les victimes de la peste de 1636 réfugiés à Metz. Un premier oratoire est daté de 1640 par le tableau statistique de 1854, ce qui en ferait le plus ancien du département en dehors de Metz. Toutefois cette information est invérifiable.

Après une longue période durant laquelle on ne sait rien, une communauté se développe à nouveau à partir de l’Émancipation (80 personnes en 1808 dont un ministre-officiant, 202 en 1840). Un premier lieu de culte, érigé au début du 19e siècle, est remplacé en 1821 par une nouvelle synagogue, restaurée en 1855 par l'architecte Cordier de Metz. Représentée sur un tableau d'Alber Marqs figurant le village (aujourd'hui à la mairie) elle est détruite par les nazis durant l'été 1940, en même temps qu'un grand nombre d'édifices juifs du département.

L'emplacement de l'ancienne synagogue est occupé dans les années 1950 par un bâtiment provisoire faisant office d'école. En mars 1960, l'architecte P. Loth de Montigny-les-Metz réalise les plans d'une nouvelle synagogue, devant être financée par les dommages de guerre. Le devis estimatif chiffre les travaux à 20 932 f. Le 2 septembre 1960, un décret autorise une reconstruction conforme aux plans mais celle-ci n'est jamais réalisée.

Le mobilier subsistant est donné à d'autres synagogues du département (un rouleau de Torah à Faulquemont, un rideau d'arche sainte à Boulay...)

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1960, daté par source
Auteur(s) Auteur : Loth P.,
P. Loth

Architecte de Montigny-lès-Metz, actif en Moselle dans le 3e quart du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Très simple, la synagogue ne devait pas comporter de tribune pour les femmes mais simplement deux rangées de cinq bancs de part et d'autres d'une allée centrale. L'entrée s'effectuait latéralement, un magen David (étoile de David) surmontant la porte.

États conservations oeuvre non réalisée
Techniques
Représentations symbole religieux
Précision représentations

symbole religieux : étoile de David

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11024
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11101
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11108
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1V156
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 2V85
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 10RP
  • Consistoire israélite de la Moselle, Metz : n. c.
Bibliographie
  • MENDEL, Pierre. Les juifs de Bionville et du Pays messin (du XVIIe siècle à nos jours). Metz : Association mosellane pour la conservation du patrimoine juif, Metz, 1995,62 p.

  • FAUSTINI, Pascal. Les Juifs et la Peste de 1636 à Metz. Revue du Cercle de généalogie juive, 1999, n° 60, p. 2-6

(c) Région Lorraine - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.