Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

site de l'ancienne échelle d'écluses de Réchicourt

Dossier IA57030025 inclus dans Etang réservoir de Gondrexange réalisé en 2013

Fiche

Dossiers de synthèse

Texte sur la manipulation des écluses du canal de la Marne au Rhin, AD 57 2S403 1861

« il est fortement recommandé à chaque éclusier de manœuvrer les ventelles de manière à conserver la cote d’eau normale prescrite pour chaque bief. Une ventelle sera levée de 0,01 pour parer aux pertes journalières des biefs. Chaque fois qu’il y aura lieu d’ouvrir plus pour donner de l’eau les deux ventelles seront levées de 0,05 0,08 0,10 ou 0,15 et jamais plus.

Les éclusiers sont spécialement chargés de la manœuvre des crics des portes d’écluses aucun marinier ou flotteur ne doit les remplacer ni même aider dans ce travail. Les manivelles seront en conséquence conservées avec soin par les éclusiers qui en ont toute la responsabilité. Les ventelles seront toujours levées ou descendues avec la manivelle.

Les ventelles ne doivent jamais rester levées à une porte ouverte ou déchargées cette position exposant les crémaillères à être brisées par suite du choc résultant d’un déplacement quelconque du déclic.

L’eau dans les écluse sera toujours au niveau du bief d’aval et les portes resteront en temps ordinaires terrées dans leurs enclaves.

Chaque éclusier sera prévenu qu’il doit donner de l’eau quand il verra à ras échelle d’aval le niveau de l’eau inférieur à la cote prescrite et les ventelles seront levées comme il est dit plus haut.

L'usage des perches ferrées est interdit dans la descente.

Afin d’accélérer le passage des bateaux aux écluses les ventelles seront levées en deux fois la 1ere levée de ventelle sera de 0,25 jusqu’à ce que le sas soit moitié plein.

L’éclusier de la 1ere écluse est chargé de faire les jaugeages journaliers aux ventelles de cette écluse à cet effet il notera :

1-L’élévation des ventelles en se rappelant qu’il faut que les crémaillères dépassent le dessus du cric de 0,04 pour que les ventelles soient levées d’un centimètre et que la ventelle n°1 est du côté de la maison éclusière.

2-La cote d’eau à l’échelle d’amont de l’écluse en ouvrant le ventelles et en les fermant.

3-La cote d’eau à l’échelle d’aval avant d’ouvrir les ventelles et après les avoir fermées.

L’éclusier doit noter le nombre de bateau vide et plein passant chaque jour, celui des bateaux montant et celui des bateaux descendants avec la nature du chargement.

Le nombre de trains ou radeaux. Le nombre d’homme formant l’équipage des bateaux vides et chargés et des trains.

La limite du tirant d’eau maximum est fixée à 1,40 quand le canal a partout de tenue d’eau normale de 1,60. Tout bateau à pleine charge devra toujours présenter au moins 0,1 0 de hauteur de bord au-dessus du plan de flottaison. La hauteur du chargement au-dessus du plan d’eau ne devra pas dépasser 3m50. La longueur max des bateaux est fixée à 34,50m et la largeur 5,10m la navigation sera refusée à tout bateau ayant des dimensions plus grandes. La longueur min est fixée à 25m et largeur 3m50, s’ils se présentent aux écluses ils ne passeront que plusieurs à la fois et couplés deux à deux.

Dimension des trains de bois long max 33,50 long min 20,00 largeur min 4,70 tirant d’eau max1,10 mini 0,40. 1854

Précision dénomination échelle d'écluses de l'étang de Réchicourt
Parties constituantes non étudiées maison, vanne, écluse
Dénominations site d'écluse
Aire d'étude et canton Réchicourt-le-Château
Adresse Commune : Réchicourt-le-Château

Les anciennes écluses ne permettaient pas de franchir des chutes élevées (6 à 8 m contre 30 m actuellement). On regroupe alors les écluses les unes derrières les autres formant une échelle d’écluse. Comme les écluses sont entièrement manuelles et nécessitent des manipulations pour le fonctionnement, à chacune était affecté un éclusier vivant dans une maison éclusière avec sa famille. Deux sur les six sont encore debout mais en ruines. Chaque maison éclusière avait un jardin potager et une chambre à four. Les éclusiers avaient la responsabilité de leur fonctionnement pour le passage des bateaux mais aussi de la régulation des niveaux d'eau dans le bief. A l'origine, les écluses avaient pour longueur, 34,50 m sur 5,20 m, gabarit "Becquey". Les plus grands bateaux à pouvoir passer par le canal avaient 34,50 m de longueur et 5,10 mètres de largeur. Le mouillage de 1,60 mètre permettait à ces bateaux de porter environ 180 tonnes, à 1,40 mètre d'enfoncement. Des trains de bois provenant des Vosges passaient aussi les écluses : les radeaux étaient limités à 33,50 m de longueur sur 4,80 m de largeur, leur forme rectangulaire les rendant difficiles à manœuvrer. "La régulation des éclusées par les prises d’eau dès que la Sarre est en crue, utilisation pour alimenter les réservoirs de Réchicourt et Gondrexange. Tant que la Sarre est en crue, elle sera utilisée pour l’alimentation journalière du bief de partage et réservoir de Réchicourt, l’éclusier devra régler sa prise d’eau de manière à envoyer environ 40 000 m3 par 24h au bief de partage...il est fortement recommandé à chaque éclusier de manœuvrer les vantelles de manière à conserver la cote d’eau normale prescrite pour chaque bief. Une vantelle sera levée de 0,01 pour parer aux pertes journalières des biefs. Chaque fois qu’il y aura lieu d’ouvrir plus pour donner de l’eau les deux vantelles seront levées de 0,05, 0,08, 0,10 ou 0,15 et jamais plus. Les éclusiers sont spécialement chargés de la manœuvre des crics des portes d’écluses, aucun marinier ou flotteur ne doit les remplacer ni même aider dans ce travail. Les manivelles seront en conséquence conservées avec soin par les éclusiers qui en ont toute la responsabilité. Les vantelles seront toujours levées ou descendues avec la manivelle. Les jaugeages : l’éclusier de la 1ere écluse est chargé de faire les jaugeages journaliers aux vantelles de cette écluse à cet effet l’eau dans les écluses sera toujours au niveau du bief d’aval et les portes resteront en temps ordinaires dans leurs enclaves.

L’éclusier doit noter le nombre de bateaux vides et pleins passant chaque jour, celui des bateaux montant et celui des bateaux descendants avec la nature du chargement. Le nombre de trains ou radeaux. Le nombre d’hommes formant l’équipage des bateaux vides et chargés et des trains. » (AD57, Ordre général aux éclusiers, 2S403, voir texte libre).

En 1935,les portes en bois sont remplacées par des portes métalliques.

Après la guerre de 1870, la France a entrepris d'uniformiser les caractéristiques de ses voies navigables, par la loi du 5 août 1879, prise à l'initiative du ministre des Travaux publics, M. de Freycinet. Le canal de la Marne au Rhin faisant partie des voies de 1ère catégorie définie par le texte, les caractéristiques de ses ouvrages ont été modifiées ainsi:

- mouillage en section courante : 2,00m

- largeur des écluses de 5,20m (correspondant à l'ancien gabarit)

- longueur utile des écluses de 38,50m (allongement par la partie amont)

- hauteur libre sous les ponts de 3,70m

En 1871, de Lagarde à Strasbourg, le canal se trouve annexé par l'Allemagne. Pour ne pas perdre le bénéfice des marchés français, le gouvernement allemand dût se résoudre à uniformiser les canaux d'Alsace et de Lorraine construits par la France avant l'annexion. En 1895, on porta le mouillage à 2,20 mètres. Ces nouvelles dimensions permettent aux bateaux de 1,80 m d'enfoncement de transporter 250 à 280 tonnes de marchandises. (Réf. Schontz A. Les voies navigables en Lorraine).

Ces six écluses sont abandonnées une première fois en juillet 1964 suite à la construction de l’écluse de grande chute de Réchicourt les remplaçant. Elles sont remises en service suite à un problème technique à la grande écluse puis fermées à la navigation définitivement en 1965. Le chemin de halage qui les longe est aujourd'hui un lieu de promenade avec une flore et une faune que l'on a laissé se développer librement.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Lyautey Léon Just Emile
Léon Just Emile Lyautey (1821 - 1894)

Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, nommé à Nancy pour diriger les travaux de construction du canal de la

Marne au Rhin, 2e section. Père du Maréchal Lyautey.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Cette ancienne chaîne de six écluses contourne l'étang de Réchicourt sur un tronçon de canal creusé en pleine forêt. Les six écluses sont séparées chacune par une distance de 2400m. Écluses manuelles composées de bajoyers en pierre de taille de grès et en brique dans la partie supérieure. Les angles des bajoyers sont protégés par une bande en acier. Les bollards (servent à amarrer les navires) en acier sont de forme ovale ou ronde. Les portes en bois à l'origine sont métalliques après 1935, ce sont des portes busquées à deux vantaux. Elles sont actionnées par une corde reliée à un tourniquet. Les éclusées se font à l'aide d'un cric qui permet d'ouvrir ou de fermer les vantelles actionnant une crémaillère (tige dentelée servant à transmettre le mouvement, montée et descente des vantelles, ouverture et fermeture des vantaux).

Murs grès pierre de taille
brique
acier
Autres organes de circulations rampe d'accès
Énergies énergie hydraulique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Texte sur la manipulation des écluses du canal de la Marne au Rhin, AD 57 2S403 1861

    Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 2S403
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.