Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

scieries hydrauliques du Villé

Dossier IA88001782 réalisé en 2010

Fiche

Précision dénomination hydraulique à cadre
Appellations du Villé
Parties constituantes non étudiées bief de dérivation, pont
Dénominations scierie
Aire d'étude et canton Vosges - Saint-Dié ouest
Hydrographies Meurthe dérivation de la
Adresse Commune : Saint-Dié-des-Vosges
Lieu-dit : Au Moulin du Villé
Adresse : RN 59
Cadastre : 2010 A 1120 ; 1825 A6, A7, A8, A9, A10

A partir de 1835, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges rachète l'ancien moulin et les parcelles environnantes. En 1836, l'architecte départemental Alphonse Bruyant et les mécaniciens Morland frères (de Gray, Haute-Saône) dressent les plans d'une scierie hydraulique double et réserve un emplacement pour y adjoindre un moulin (qui ne sera pas construit). Le règlement de droit d'eau en confirme la construction en 1844. En 1867, l'entreprise Wiedermann de Rothau (67) dresse un devis de reconstruction de la scierie double, sur les mêmes principes mais actionnée par deux turbines. Aujourd'hui, ne subsistent qu'un pan de mur et le pont à double arche qui enjambait le canal d'alimentation.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1837, daté par source
1867
Auteur(s) Auteur : Bruyant Alphonse, architecte départemental, attribution par source, signature
Auteur : Morland Frères, entrepreneur

La scierie se composait de deux halles en prolongement, encadrées par les deux logements des sagards. Les halles étaient construites sur un sous-sol de moellon de grès hourdi à la chaux, elles étaient bardées de bois et couvertes de tuiles mécaniques. Les logements sur sous-sol comportaient un étage carré, chaque niveau comprenant deux pièces. La scierie était équipée de deux hauts-fer à deux lames avec embiellage et multiplication à deux étages d'engrenage. Une perche et roue à rochet assurait l'avance du chariot. Elle était entraînée par deux roues par le dessous alimentées par un bief de dérivation de la Meurthe. A partir de 1867, elles ont été remplacées par deux turbines d'une puissance chacune de 5 chevaux alimentées par une chute de 3 mètres et fabriquées par Wiedemann Frères à Rothau (67).

Murs grès
enduit
moellon
Toit tuile mécanique
Étages sous-sol, 1 étage carré
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
Énergies énergie hydraulique
Typologies roue par le desous (2), haut-fer (2), turbine (2)

<publication MCC>versé 2014/02/07 EP</publication MCC><import cindoc>0198</import cindoc>

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Jean-Yves Henry