Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

quartier canonial

Dossier IA54003292 réalisé en 2015

Fiche

Précision dénomination quartier canonial
Dénominations quartier
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : rue du Manège , rue Saint-Georges , rue des Tiercelins , rue Montesquieu , place Monseigneur Ruch , rue de la Primatiale , rue Mably , rue des Chanoines

Dès la création de la ville neuve de Nancy en 1591, le duc de Lorraine Charles III réserve un emplacement pour l'édification d'une grande église qu'il souhaite être la cathédrale d'un nouvel évêché qui ne sera créé qu'en 1777. Une demande est formulée en ce sens au pape en 1597, mais seule l'érection d'un chapitre primatial est accordée par bulle du 15 mars 1602 ; le second fils du duc, Charles de Lorraine (1567-1607), est alors nommé primat de Lorraine (1602-1607). L'espace réservé se révélant trop exigu pour accueillir à la fois l'église et les maisons du primat et des chanoines, Charles III décide en 1603 de repousser plus à l'est les fortifications en cours de construction autour de la ville neuve. Le primat achète un terrain de 70 toises de Lorraine sur 50 (environ 200 mètres sur 143) dans cette extension pour y installer l'ensemble des constructions nécessaires à la vie du chapitre (concédé par lettres patentes du 2 janvier 1606). Il fait venir un ingénieur (ou architecte) de Paris, maître Lambert, pour concevoir le lotissement. Ce dernier réserve la partie nord du terrain pour la future église primatiale et le palais du primat ; la partie sud est destinée aux maisons des chanoines et des dignitaires du chapitre (grand doyen, grand chantre et écolâtre) et à la construction d'une église provisoire (dite primatiale provisionnelle). Le terrain, situé dans la zone inondable de la Meurthe, et occupé en partie par les anciens fossés des fortifications, doit d'abord être remblayé, et les premières constructions ne semblent pas débuter avant 1607 : première pierre de la primatiale posée le 4 juillet 1607, marchés de travaux pour les maisons canoniales en 1607 (AD54, 3 E 1901), 1609 pour la maison du primat (AD54, 3 E 1474), primatiale provisionnelle achevée en 1609. Si les maisons canoniales sont achevées avant 1620, les travaux de la primatiale s'arrêtent rapidement, et ne reprennent qu'en 1703 selon un nouveau projet (IA54002544). Le quartier évolue fortement au cours du 18e siècle : constructions de maisons privées sur un terrain dépendant de la primatiale (actuels 1 bis à 17 rue Montesquieu) dans le 1er quart du 18e siècle, prolongement de l'actuelle rue de la Primatiale jusqu'à la rue du Manège au travers du jardin du palais primatial en 1742 (largeur initiale de 24 pieds de Lorraine, élargie pendant la période révolutionnaire), construction de la bibliothèque du chapitre et de la maîtrise (actuel 54 place Monseigneur Ruch, 1 rue Montesquieu : IA54003325), reconstruction du palais primatial en 1762, démolition de la primatiale provisionnelle et remplacement par quatre maisons de rapport en 1769 (19 rue Montesquieu ; 24 et 26 rue de la Primatiale ; 2 rue des Chanoines : IA54003351). A la Révolution, le palais primatial (devenu palais épiscopal en 1777, IA54003324), ainsi que la plupart des maisons canoniales, sont vendus comme biens nationaux. Au 19e siècle, plusieurs d'entre elles abritent des pensionnats pour jeunes filles. Aujourd'hui l'appellation de quartier canonial s'applique essentiellement aux anciennes maisons de chanoines regroupées autour des rues des Chanoines et Mably.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle
Secondaire : 18e siècle
Dates 1603, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lambert, architecte, attribution par source
Personnalité : Lorraine de Charles, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Charles III, duc de Lorraine, commanditaire, attribution par source

Quartier délimité par les actuelles rues Saint-Georges, rue du Manège, rue des Tiercelins, rue Montesquieu, et par la place Monseigneur Ruch. La rue de la Primatiale coupe le quartier en deux parties distinctes. Au sud, les maisons canoniales sont regroupées dans trois îlots sensiblement égaux en dimensions, la taille des parcelles étant proportionnelle à la dignité de son possesseur : parcelles simples pour les chanoines (IA54003397 ; IA54003329 ; IA54002228 ; IA54003398 ; IA54003399 ; IA54003400 ; IA54003401 ; IA54003402 ; IA54003403 ; IA54003404 ; IA54003405 ; IA54003406 ; IA54003407), double pour le grand doyen (IA54003293), et correspondant à une parcelle et demi pour le grand chantre (IA54003322) et l'écolâtre (IA54003330). Toutes les parcelles donnent sur deux rues ou ruelles, et sont organisées de la même manière : une petite cour à l'ouest flanquée de dépendances donne accès à la maison proprement dite, ouverte en arrière sur un jardin lui-même accessible depuis une deuxième rue. Ce plan entre cour et jardin semble avoir été introduit à Nancy par l'architecte parisien, dit simplement maître Lambert dans les sources. L'îlot le plus à l'ouest est bordé sur la rue Montesquieu par une série de bâtiments privés ; les cours des maisons canoniales situées en arrière de ces derniers sont accessibles par une petite ruelle aujourd'hui fermée par un porche (23 rue Montesquieu). Au nord de la rue de la Primatiale, l'espace est occupé par trois entités bien séparées : à l'ouest, une série de maisons bordant la rue Montesquieu, au centre la primatiale devenue cathédrale, et à l'est, séparé de cette dernière par la rue du Cloître, l'ancien palais primatial puis épiscopal, divisé en plusieurs propriétés privées à la Révolution.

Statut de la propriété propriété privée
Sites de protection secteur sauvegardé

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales, Nancy, Cote : 1 Fi 1502.

    Archives municipales, Nancy : 1 Fi 1502.
  • Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy, Cote : Fonds Roger Henrard

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : Fonds Roger Henrard
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1926 W 125

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 1926 W 125
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1926 W 126

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 1926 W 126
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : Fonds Grandpierre, GP IV 3.

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : Fonds Grandpierre, GP IV 3.
  • Bibliothèque municipale, Nancy, Cote : FG5 DIV 28

    Bibliothèque municipale, Nancy : FG5 DIV 28
Bibliographie
  • Pfister Christian, Histoire de Nancy, 3 tomes, 1902-1909.

    - tome 1. Nancy : Berger-Levrault, 1902.XXIV-750 p., ill., plans.

    - tome 2. Nancy : Berger-Levrault, 1909. VIII-1099 p., ill., plans.

    - tome 3. Nancy : Berger-Levrault, 1908. VIII-914 p., ill., plans.

Liens web

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Communauté urbaine du Grand Nancy ; (c) Ville de Nancy - Vaxelaire Yann
Yann Vaxelaire

Architecte du patrimoine à la ville de Nancy. A participé à l'étude menée par le Service de l'Inventaire général du Patrimoine sur la ville de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.