Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Production de fontaines par la fonderie de Tusey dans les Vosges

Dossier IA88031193 réalisé en 2016

Fiche

Voir

Dans le département des Vosges, 23 fontaines ont été identifiées comme produites par la fonderie de Tusey. Elles ont été construites entre 1837 et 1898, plus précisément dans les années 1830 et 1840 (60%), vers 1860 et vers 1890.

Graphique figurant les dates de production des fontaines en fonte de Tusey relevées dans les Vosges.Graphique figurant les dates de production des fontaines en fonte de Tusey relevées dans les Vosges.Carte de répartition des productions d'édifices liés à l'eau réalisées par des fonderies, relevés dans les Vosges.Carte de répartition des productions d'édifices liés à l'eau réalisées par des fonderies, relevés dans les Vosges.

La première période correspond aux débuts de la production de l'usine de Tusey, située à coté de Vaucouleurs (Meuse), et crée en 1832 par Pierre Adolphe Muel qui est issu d’une famille de maîtres de forges vosgiens installée à Sionne. Ce site produisait déjà des éléments pour l'adduction d'eau, tel que le rappelle la mise en place d'une file en tuyaux de fonte en remplacement de ceux de bois pour l'alimentation de la fontaine de la Grande Place de Bruyères en 1830 (AD88 - 2O 82/9) ; soit deux ans avant que Pierre Adolphe Muel établisse la fonderie de Tusey.

Les archives conservent aussi la mémoire de la fabrication du vase de la fontaine de Mesdames à Remiremont (AD88 - 2O401/14), conçue en 1829 par Muel frères, alors qu'ils étaient "propriétaires des foyers de Sionne". Ce vase a été fondu à partir d'un modèle en bois sculpté par Jacques Laurent (menuisier à Remiremont), pour 50 centimes le kilogramme.

Dès sa création, l'établissement de Tusey se spécialise justement dans la fonte d'art, et le catalogue de 1840, montre déjà toute la variété des productions qui va contribuer à diffuser la statuaire en fonte (en plus des vases, fontaines et garde-corps…) au milieu du 19e siècle : représentations de saints, de dieux antiques, de naïades, de personnages politiques…

A ce moment, la fonte devient le matériau par excellence pour la construction des fontaines, de leur bassin et de l'adduction. Les propriétés du matériau sont mises en avant en raison de la longévité, la salubrité et du peu d'entretien, malgré un coût d'achat plus élevé que la pierre traditionnellement utilisée. La fonte bénéficie en plus du soutien des autorités en matière de constructions publiques, tel que l'illustre la fontaine circulaire de Robécourt initialement prévue en pierre en 1846. Toutefois, le préfet du département menaçant de ne donner aucune suite au projet si le conseil municipal persistait dans sa première décision, la fontaine est finalement commandée à la fonderie de Tusey (AD88 - 2O408/10).

Vers 1890, la fonderie de Tusey jouit d'une période faste de développement. Louis Gasne, propriétaire de la fonderie de 1884 à 1896, porte également de l'intérêt à la statuaire qui est davantage mise en avant par rapport aux autres productions de la fonderie. Ces ornements soignés sont relativement coûteux et sont surtout employés dans les communes les plus aisées souhaitant montrer leur prospérité.

Les fontaines relevées dans les Vosges, produites par la fonderie de Tusey sont principalement situées dans l'ouest de la plaine (78 %). Les autres se trouvent dans les communes dynamiques du piémont : Bains-les-Bains, Remiremont, Saulxures-sur-Mosellotte, Vagney et Celles-sur-Plaine.

Des fontaines monumentales sur catalogue et personnalisées

La plupart des fontaines produites par la fonderie de Tusey possèdent un caractère ostentatoire affirmé. Près de 65% d'entre elles sont à bassin circulaire, mises en valeur au centre d'une place. Les colonnes d'alimentation relèvent de deux modèles proposées dans le catalogue : soit la colonne d'alimentation n°2 de la planche 347, soit celle n°3 de la planche 346 (références du catalogue de 1892).

Fontaine de Houécourt, vue d'ensemble avec une la colonne d'alimentation du modèle n°2 de la planche 347 du catalogue de Tusey de 1892.Fontaine de Houécourt, vue d'ensemble avec une la colonne d'alimentation du modèle n°2 de la planche 347 du catalogue de Tusey de 1892. Fontaine de Sionne, vue de la colonne d'alimentation du modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey de 1892.Fontaine de Sionne, vue de la colonne d'alimentation du modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey de 1892. Fontaine de Roncourt, vue de détail des décors de la colonne d'alimentation n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey.Fontaine de Roncourt, vue de détail des décors de la colonne d'alimentation n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey. Fontaine de Roncourt, vue de détail du sommet de la colonne d'alimentation n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey.Fontaine de Roncourt, vue de détail du sommet de la colonne d'alimentation n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey.

Le premier modèle, de grande taille (environ 3 m de haut) est plutôt antiquisant avec des ornements de longues palmettes, des fleurs de lotus, des frises d'oves et de raies de cœur, l'ensemble étant coiffé d'un vase ou d'une urne. Il a été employé à Celles-sur-Plaine, Longchamps-sous-Châtenois, Houécourt, Midrevaux, Robécourt et Vagney. Le second modèle plus petit (1.25 m de haut) présente un décor de panneaux avec un foisonnement de rinceaux surmontés de frises et d'une pomme de pin, qui est visible à Crainvilliers, Liffol-le-Grand, Rocourt et Sionne.

Il existe aussi un exemplaire de la colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de 1892 à Fréville, et de la n°4 à Villousexel . fontaine de Fréville, vue d'ensemble de colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Fréville, vue d'ensemble de colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Fréville, vue de détail du sommet de la colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Fréville, vue de détail du sommet de la colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Fréville, vue de détail de la base de la colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Fréville, vue de détail de la base de la colonne d'alimentation n°1 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Villouxel, vue d'ensemble de colonne d'alimentation n°4 de la planche 346 du catalogue de Tusey. fontaine de Villouxel, vue d'ensemble de colonne d'alimentation n°4 de la planche 346 du catalogue de Tusey.

Le bassin de Pargny-sous-Mureau, qui est signé "L.GASNE /Maître de forges /à TUSEY (Meuse)" en 1891, est accompagné d'une colonne d'alimentation qui pourrait aussi provenir de Tusey, mais qui ne figure pas au catalogue. Ce même modèle est visible dans les communes voisines de Jainvillotte, Freville et Liffol-le-Grand.

Fontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue d'ensembleFontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue d'ensembleFontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail du sommet de la colonne d'alimentationFontaine-abreuvoir circulaire à Pargny-sous-Mureau, vue de détail du sommet de la colonne d'alimentation

Une des particularités de Tusey est de pouvoir proposer des projets personnalisables, soit à partir des modèles du catalogue, soit en éditant des modèles de collaborateurs (Thiriot et l'Union internationale artistique de Vaucouleurs principalement).

Il est par exemple possible d'ajouter une mention écrite particulière sur le bassin tel qu'à Rocourt " PIERRE ALEXIS HENRY / MAIRE / 1861", ou à Pargny-sous-Mureau : "1891" ; "FLEURET AUGUSTE Maire / LESMARAUX VICTOR adjoint / MORLOT JOSEPH architecte / DEMOISSON entrepr à Grand". Ce sont des références aux commanditaires (élus), plus rarement aux architectes et entrepreneurs, qui complètent la signature du fondeur.

Il est également possible de placer un texte sur la colonne d'alimentation, comme à Longchamp-sous-Châtenois en 1837 où la frise de grecques supérieure a été remplacée par "A LOUIS PHILIPPE Ier ROI DES Français". Cet ajout montre l'engagement politique du village en faveur du régime en place.

Les communes peuvent également ajouter des ornements supplémentaires. Comme toutes les fonderies de l'époque, Tusey propose plusieurs types de mascaron pour les jets d'eau, mais également des statues à placer au pied de la colonne d'alimentation (Cygne de la fontaine de la place de la Croix Blanche à Robécourt en 1846) ou au sommet (Apollon sur la fontaine de la Chapelle à Midrevaux, vers 1847).

Fontaine-lavoir d'Apollon à Midrevaux, vue d'ensemble de la colonne d'alimentation du modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey de 1892, surmontée d'une statue d'Apollon.Fontaine-lavoir d'Apollon à Midrevaux, vue d'ensemble de la colonne d'alimentation du modèle n°3 de la planche 346 du catalogue de Tusey de 1892, surmontée d'une statue d'Apollon.

Pour les cas particuliers, la fonderie de Tusey a aussi la capacité de fournir des fontaines monumentales sur mesure, ce qui a fait sa renommée dès sa création (fontaine de la Concorde à Paris en 1840, celles de Vitry-le-Francois en 1842, de Chaumont en 1865…). L'utilisation de la technique de la fonte à la cire perdue qui est pratiquée en plus de la fonte au sable, permet de proposer une grande variété de figures adaptée à chaque demande.

Les fontaines vosgiennes ne sont pas d'aussi grande ampleur, mais celle de Médonville est unique en son genre. Il montre aussi l'influence des fonderies dans la diffusion des modèles de statue en fonte, notamment celle de Jeanne d'Arc. En effet, un projet de construction d'une fontaine, d'un lavoir et d'une remise des pompes à incendie au centre de Médonville est établi en 1886, par Joseph Michaux, architecte à Sartes. L'esquisse de cette fontaine montre une composition classique, avec mascarons, putti et coquillages, surmontée d'une statue nue avec un oiseau. Toutefois, l'année suivante, l'iconographie de la fontaine a été complètement repensée selon le dessin établi par Martin Pierson, fondeur de l'Union internationale artistique de Vaucouleurs. (sources : AD88 - E dpt 301/1O7 ; 2O308/10). Grâce à ce partenariat l'ensemble a été réalisé dans l'usine de Tusey. Il reprend la figure n°57 du catalogue "Jeanne d'Arc au sacre", reposant sur la colonne d'alimentation servant de piédestal d'un modèle inédit aux armes de Jeanne d'arc, encadrés de branches de laurier et de chêne, surmontés des mentions "VIVE LABEVR" (face sud) ; "1412-1431" (face ouest) ; "JHESVS MARIA" (face nord) ; "EN NOM DIEV" (face est), et soulignés de la date "MDCCCLXXXVII".

Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue d'ensemble de trois quarts droit.Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue d'ensemble de trois quarts droit. Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face sud de la colonne d'alimentation.Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face sud de la colonne d'alimentation.

Les productions courantes

En parallèle des fontaines ostentatoires, la fonderie de Tusey propose aussi une gamme de productions plus courantes qui sont accessibles aux communes rurales des Vosges. Ainsi, de simples bassins d'abreuvoir en fonte signés "L. GASNE Maître de Forges à TUSEY" équipent le lavoir d'Aureil-Maison, hameau de Lamarche (1848). La fonderie a également fourni par exemple, des plaques de fonte pour sceller les puits devant le réservoir de Chermisey (1840).

En plus des incontournables objets ménagers, spécialités de la Meuse (poêle, chenet, marmite…), la fonderie produisait également des tuyaux pour l'alimentation des fontaines, qui ont probablement été employés dans les Vosges mais les archives consultées n'en conservent pas de traces.

Aires d'études Neufchâteau, Coussey, Châtenois, Bulgnéville, Lamarche, Bains-les-Bains, Bruyères, Raon-l'Etape, Remiremont, Saulxures-sur-Moselotte
Période(s) Principale : 19e siècle, 1er quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques, porte la date

Références documentaires

Bibliographie
  • ASPM. Tusey, voir grand. Fontes n°94. septembre 2017

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Renard, Jean-Claude. L'age de la fonte. Un art, une industrie. 1800-1914. Suivi d'un dictionnaire des artistes. Les Éditions de l'Amateur, 1985. 319p.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : G META
(c) Conseil départemental des Vosges ; (c) Région Lorraine - Inventaire général - Varvenne Vanessa