Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Production de fontaines-abreuvoirs par la fonderie de Varigney dans les Vosges

Dossier IA88031194 réalisé en 2016

Voir

Les 132 fontaines relevées dans les Vosges qui proviennent de la fonderie de Varigney sont réparties en plusieurs foyers. Tout d'abord, une partie est située dans la Vôge, à proximité du site de production (environ 13% du corpus relevé). La plupart est implantée dans le centre des Vosges, autour de Châtel-sur-Moselle, de Rambervillers (45%). Cet espace est facilement accessible depuis la Haute-Saône grâce au canal des Vosges et surtout aux voies de chemin de fer qui le bordent. Ceci constitue un avantage important pour Varigney par rapport aux fonderies de Meuse et de Haute-Marne, plus lointaines.

On peut également observer une concentration des productions de Varigney dans l'ouest du département (25%) et dans le Nord-Est (15%) dans des zones où les communes ont massivement fait le choix d'utiliser la fonte pour remplacer ou créer des fontaines.

Carte de répartition des productions d'édifices liés à l'eau réalisées par des fonderies, relevés dans les Vosges.Carte de répartition des productions d'édifices liés à l'eau réalisées par des fonderies, relevés dans les Vosges.

Comme pour les autres fonderies, la diffusion des productions de Varigney semble liée au fait que les communes ont tendance à imiter leurs voisines afin d'affirmer leur prospérité et leur modernité. A Girmont par exemple, le procès verbal d’adjudication des travaux de 4 nouvelles fontaines en 1893, mentionne qu'elles seront avec des "moines octogonaux du type de ceux qui existent à Golbey provenant de Varigney" (AD88 - 2O210/9).

Les installations de fontaines et bassins provenant de Varigney s'étalent entre 1848 et 1922, mais 85% des éléments datés ont été installés dans les années 1860 à 1890. Cette période correspond à l'époque d'équipement des communes en fontaines publiques pour répondre à la demande croissante d'eau potable et d'hygiène. Mais elle correspond aussi au moment où Albert Ricot, ingénieur des Ponts et Chaussées, dirige la fonderie de Varigney (de 1862 à 1902) et recentre l'activité sur la fonderie de seconde fusion. Le haut fourneau est progressivement abandonné et la production d'abreuvoirs, de lavoirs, de fontaines ainsi que de poteaux indicateurs, de poêles et de matériel ferroviaire se développe.

Graphique représentant le nombre de fontaines et bassins datés produits par la fonderie de Varigney relevés dans les VosgesGraphique représentant le nombre de fontaines et bassins datés produits par la fonderie de Varigney relevés dans les Vosges

Une production de fontaines-abreuvoirs peu variée mais adaptable.

L'ensemble des fontaines-abreuvoirs produit par la fonderie de Varigney s'appuie sur un modèle de colonne d'alimentation unique. De section octogonale, elle est ornée d'une frise de grecques et de tridents qui peuvent aussi être interprétés comme des tiges de lotus ou des flambeaux. Elle est surmontée d'un toit conique formant des vagues, couronné d'une pomme de pin. Le jet d'eau est agrémenté d'un mascaron à mufle de lion. Elle est toutefois disponible en trois dimensions différentes, adaptable en fonction des besoins : de 1.70 mètre de haut pour le modèle n°1, à 2.30 mètres pour le n°3.

Lavoir de la Rue Neuve à Midrevaux, vue de détail de la fontaine-abreuvoirLavoir de la Rue Neuve à Midrevaux, vue de détail de la fontaine-abreuvoir

Le même principe est mis en œuvre pour les bassins. Quelques formes différentes sont disponibles sur le catalogue mais leur taille est réalisée sur mesure :

- L'abreuvoir rectangulaire le plus communément employé. Il présente un profil courbe, à structure évasée et contour galbé (62% du corpus). Il mesure généralement 1 mètre de large pour une hauteur d'environ 70 cm et est posé sur un socle en pierre de taille, souvent monolithique. Il est possible d'assembler plusieurs abreuvoirs pour former une file de bassins. Dans ce cas, les extrémités sont adaptées pour s'ajuster et établir un ensemble cohérent.

Fontaine-abreuvoir de la rue Lauroux à Domptail, vue d'ensemble depuis le sudFontaine-abreuvoir de la rue Lauroux à Domptail, vue d'ensemble depuis le sud Borne fontaine - abreuvoir de Châtel-sur-Moselle, vue d'ensemble.Borne fontaine - abreuvoir de Châtel-sur-Moselle, vue d'ensemble.

Quelques bassins sont plus simples avec des parois rectilignes (Jubainville en 1885). Celui de Châtel-sur-Moselle (daté de 1848) présente de plus un filet mouluré qui forme un panneau, ce qui est probablement un modèle plus ancien.

- Le bassin d'abreuvoir circulaire est employé lorsque la fontaine est mise en valeur au centre d'une place publique. Cette forme représente 33% des productions de Varigney identifiée dans les Vosges. Le profil est le même que pour les bassins rectangulaires et les dimensions varient de 1.50 mètre à 4 mètres de diamètre, mais le plus souvent, les bassins font environ 3 mètres de diamètre pour 1000 kg de fonte.

Fontaine de Sercoeur, vue d'ensemble.Fontaine de Sercoeur, vue d'ensemble.

Ce type de fontaine a été complété à quatre reprises par des ornements de fontes d'art que l'usine de Varigney n'avait pas la capacité de concevoir, et qui proviennent de Meuse ou de Haute-Marne : statues de Jeanne d'Arc à Bazoilles-sur-Meuse, Maxey-sur-Meuse et Médonville (fonderie de Tusey) ; groupe avec une femme, un cygne et des enfants à Bazoilles-sur-Meuse (fonderie Brousseval).

- Des bassins hémicirculaires ont été choisis dans 3.5% des cas. Cette forme particulière dénote une volonté d'esthétisme de la part du commanditaire mais qui est contrainte par la place disponible l'obligeant à l'adosser.

Fontaine de Bazoilles-sur-Meuse, vue d'ensemble de partie centrale.Fontaine de Bazoilles-sur-Meuse, vue d'ensemble de partie centrale. Fontaine de Bazoilles-sur-Meuse, vue de détail du bassin central, signé et datéFontaine de Bazoilles-sur-Meuse, vue de détail du bassin central, signé et daté

- Quelques auges arrondies sont aussi relevées. Elles sont plutôt destinées à un usage privé, agricole. Plus petites, elles sont associées à un puits et à une pompe à eau qui débitent moins d'eau qu'une fontaine. L'auge repose sur des supports en pierre indépendants, et fait entre 30 cm et 85 cm de largeur (Maxey-sur-Meuse, Ménil-en-Xaintois, Relanges, Pleuvezain).

Puits abreuvoir à Ménil-en-Xaintois, vue d'ensemble depuis le nord-estPuits abreuvoir à Ménil-en-Xaintois, vue d'ensemble depuis le nord-est

Hormis pour les auges, les bassins sont proposés d'un seul tenant ou sans fond. Les montants des bassins en fonte sont alors scellés dans la pierre de taille servant de socle et l'étanchéité est assurée par un lit de ciment. Dans la majorité des cas, les communes ont choisi cette solution moins onéreuse qui économise de la fonte. Ce principe permet aussi d'assembler plusieurs pans par des rivets et ainsi former un bassin polygonal, comme celui de Tollaincourt.

Fontaine devant la mairie de Tollaincourt, vue d'ensembleFontaine devant la mairie de Tollaincourt, vue d'ensemble Lavoir de Frizon, plans, coupe et élévations des bassins établis par Lucien Mangin, architecte, en 1875 (AD88 Lavoir de Frizon, plans, coupe et élévations des bassins établis par Lucien Mangin, architecte, en 1875 (AD88

Pour compléter la colonne d'alimentation et les bassins, tout un ensemble de fournitures est disponible en surplus. Il peut s'agir de compléments utilitaires : vidanges, tuyaux de trop-plein, barres portes-seaux, consoles pour planches à laver, gargouilles (réception et canalisation de l'eau après l'abreuvoir)… Quelques éléments de décors peuvent aussi être ajoutés : mascarons à mufle de lion, vases Medicis et coupes.

Il existe peu de mentions inscrites sur les bassins ou les colonnes d'alimentation, uniquement la signature "VARIGNEY" ou "VARIGNEY / Hte SAONE", parfois complétée de la date. Le nom des commanditaires ne figure qu'à Villotte : "1875 / VARIGNEY / Hte SAONE ; PETITJEAN/ MAIRE ; DOUCHE/ ADJOINT".

La fonderie de Varigney a également fourni à un grand nombre de communes des tuyaux en fonte qui permettent l'adduction de l'eau depuis la source jusqu'à la fontaine. En effet, la canalisation d'une source a souvent été l'occasion de mettre en place un réseau d'abreuvoirs alimentant toutes les parties du village ou de la ville, à l'image de Domptail qui se dote de 4 fontaines en fonte en 1863, ou l'ensemble de 8 fontaines de Celles-sur-Plaine.

Fontaines-abreuvoirs de Domptail, plans, élévations et coupes dressés par V. Adam, architecte en 1862.Fontaines-abreuvoirs de Domptail, plans, élévations et coupes dressés par V. Adam, architecte en 1862.

Parallèlement à ces productions standardisées mais adaptables présentées dans le catalogue, la fonderie de Varigney est également capable de fabriquer des éléments sur mesure ou plus décoratifs. Par exemple, le bassin en arc de cercle de la fontaine du Coin à Domptail est une commande particulière qui permet de l'adapter à la topographie spécifique : un abreuvoir en angle de rue se poursuivant par une fil de bassins rectangulaires sur l'un des côtés.

Deux fontaines plus soignées ont également été relevées. Elles ont été réalisées dans une optique plus ostentatoire, avec des éléments de décors plus raffinés. Celle de Maxey-sur-Meuse est composée d'un bassin et d'une colonne d'alimentation standard, mais le toit habituel a été remplacé par un élément de liaison servant de base à la statue de Jeanne d'Arc au sommet (produite par la fonderie Tusey). Cet entablement est orné de fleurs de lys, de blasons aux armoiries de Jeanne d'arc et de corbeaux à motifs de volutes (IA88031048).

Fontaine Jeanne d'Arc à Maxey-sur-Meuse, vue d'ensemble de trois quarts gauche.Fontaine Jeanne d'Arc à Maxey-sur-Meuse, vue d'ensemble de trois quarts gauche. Fontaine Jeanne d'Arc à Maxey-sur-Meuse, vue de détail de la colonne d'alimentation.Fontaine Jeanne d'Arc à Maxey-sur-Meuse, vue de détail de la colonne d'alimentation.

La fontaine circulaire qui a été installée dans la cours du Château de Frizon, probablement vers 1890, est d'une forme particulière : la base est de section octogonale et est agrémentée de fleurs et d'un mascaron à mufle de lion pour le jet. Au dessus, une étroite colonne, dotée d'une base et d'un chapiteau moulurés, porte deux caducées (les ailes sont remplacées par une fleur) et des fleurettes dans un cercle. L'ensemble est surmonté de deux petites vasques qui mettait en valeur un jet d'eau sommital (IA88031026).

Fontaine du chateau de Frizon, vue de détail de la colonne d'alimentation.Fontaine du chateau de Frizon, vue de détail de la colonne d'alimentation.

La grande adaptabilité de ses produits associée à des prix restreints, et probablement un bon réseau commercial, a permis à la fonderie de Varigney de mettre en place un grand nombre de fontaines-abreuvoirs dans les Vosges. Il y a 6 à 7 fois plus de fontaines et bassins provenant de Varigney que des fonderies de Haute-Marne ou de Meuse. Elles représentent plus de 10 % des fontaines-abreuvoirs relevées dans les Vosges, tout matériau confondu.

Tableau de recensement des fontaines-abreuvoirs produits par la fonderie de Varigney dans les Vosges.Tableau de recensement des fontaines-abreuvoirs produits par la fonderie de Varigney dans les Vosges.

Aires d'études Neufchâteau, Coussey, Châtenois, Bulgnéville, Lamarche, Monthureux-sur-Saône, Darney, Vittel, Mirecourt, Charmes, Dompaire, Epinal, Epinal ouest, Châtel-sur-Moselle, Rambervillers, Bains-les-Bains, Bruyères, Châtel-sur-Moselle, Epinal est, Raon-l'Etape, Senones
Période(s) Principale : 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques, porte la date

Références documentaires

Bibliographie
  • Patrimoine industriel de la Haute-Saône / Inventaire général du patrimoine culturel, Région Franche-Comté ; réd. Raphaël Favereaux ; photogr. Jérôme Mongreville ; cartogr. André Céréza. - Lyon : Lieux Dits, 2010, 112 p. - (Images du patrimoine, ISSN 0299-1020 ; n°261)

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Conseil départemental des Vosges ; (c) Région Lorraine - Inventaire général - Varvenne Vanessa