Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens

Présentation du mobilier de l'église de Pexonne

Dossier IM54303514 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Aire d'étude et canton Meurthe-et-Moselle - Badonviller
Localisation Commune : Pexonne
Adresse : place du 22 août 1944

La paroisse du Bon Père Fourier des Vosges, érigée le 9 décembre 2001, jour de la fête de son saint patron, regroupe les anciennes paroisses de Badonviller, Pexonne, Cirey-sur-Vezouze et Val-et-Châtillon. Les objets de cette paroisse paraissent avoir été souvent déplacés dans un souci de protection au cours des deux dernières décennies. Ces déplacements, non enregistrés, expliquent peut-être le nombre élevé d'objets présents dans l'église de Saint-Pierre-aux-Liens.

La population de Pexonne a connu son point culminant au début du 20e siècle, période qui correspond à l'apogée de la faïencerie, cette manufacture, créée en 1720, constitua jusqu'à la fermeture en 1954, la principale activité industrielle du lieu. En dépit de la longévité de la faïencerie, actuellement, dans l'église, aucun élément ne rappelle cette activité.

Auteur(s) Auteur : Butte Louis
Louis Butte

Louis Butte, orfèvre de Nancy dont le poinçon fut insculpé le 29 Brumaire an VII (19 novembre 1798). Dans l'annuaire de la Meurthe de 1847, il est considéré comme ''ancien orfèvre".

Poinçon de maître : l'initiale B. surmontée d'une lance dans un losange vertical.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Le mobilier présent dans l'église permet d'assurer la liturgie : la pièce la plus ancienne est le calice IM54300312, réalisé entre 1809 et 1819 par l'orfèvre nancéien Louis Butte. L'ensemble ciboire IM54300346 et calice et patène IM54300330, en argent doré, au riche décor, a été réalisé à Lyon par la maison Favier Frères au milieu du 19e siècle.

Cinq séries de chandeliers d'autel et sept de chandeliers d'église assuraient l'éclairage des autels. Aucune relique n'a été vue lors de l'étude, toutefois, deux châsses, en forme d'église à l'architecture romane, vides sont conservées.

Précisions inscription

Le mobilier présent dans l'église permet d'assurer la liturgie : la pièce la plus ancienne est le calice IM54300312, réalisé entre 1809 et 1819 par l'orfèvre nancéien Louis Butte. L'ensemble ciboire IM54300346 et calice et patène IM54300330, en argent doré, au riche décor, a été réalisé à Lyon par la maison Favier Frères au milieu du 19e siècle.

Cinq séries de chandeliers d'autel et sept de chandeliers d'église assuraient l'éclairage des autels. Aucune relique n'a été vue lors de l'étude, toutefois, deux châsses, en forme d'église à l'architecture romane, vides sont conservées.

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle - Chrétien Anne - Laumon Annette