Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

presbytère protestant de Nancy

Dossier IA54030371 réalisé en 2018

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • four à pain
Genre de protestants
Précision dénomination presbytère protestant
Parties constituantes non étudiées four à pain
Dénominations presbytère
Adresse Commune : Nancy
Lieu-dit : Adresse : 6 rue Chanzy

Après l'arrivée du chemin de fer à Nancy (1856), la ville se lança dans une refonte qu quartier Saint-Jean avec une modification de la place du même nom (actuellement place Maginot) et le tracé de deux nouvelles rues. Ceci entraina la destruction de l'ancien presbytère protestant s'ouvrant sur la place (1882) et le déplacement de celui-ci au numéro 6 de la rue Saint-Joseph (actuelle rue Chanzy) sur un terrain fourni à titre d'échange par la ville de Nancy. Construit en 1886, aux frais de la municipalité par l'architecte Corrard des Essard, le nouveau bâtiment comprenait alors outre le logement du pasteur, une sacristie , un logement de sacristain et une salle d'instruction religieuse (Archives du consistoire déposées aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle : 25 J 76). Un jardin fut planté en 1888. La cour et le jardin disparurent au moment de la construction de la salle Saint-Jean (1922).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1886, daté par source
Auteur(s) Auteur : Corrard des Essarts Jean-Thomas-Ferdinand (architecte),
Jean-Thomas-Ferdinand (architecte) Corrard des Essarts (1822 - 1901)

Reçu à l'Ecole des Beaux-Arts en 1845, il exerce à Nancy à partir de de 1846 où il épouse la fille de son confrère Léon Grillot. Il est l'auteur de plusieurs bâtiments publics, d'édifices religieux (couvent ds Dominicains, église Saint-Georges ...) et de demeures pour les grandes familles nancéiennes tant en ville qu'en campagne (Meurthe-et-Moselle, Vosges)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le bâtiment de 1886 de plan rectangulaire est accolé au chevet du temple. Construit sur un soubassement en pierre de taille (calcaire), puis en moellon calcaire sur deux niveaux d’élévation (côté rue ; Trois côté cours) et six travées, il est couvert d’un toit à brisis percé de cinq lucarnes. Les niveaux sont marqués par un bandeau mouluré, la porte décentrée vers le temple est souligné par une haute imposte vitrée et est ornée d’un écu anépigraphe et de deux consoles à décor feuillagé. Les fenêtres à linteaux segmentaires délardés ont des encadrements à platebande à crossettes. Les agrafes sont décorées d’un motif à triglyphes feuillagés à guirlande. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont protégées d’une grille. La référence stylistique est indubitablement le 18e siècle. Un couloir permet d’accéder directement du presbytère à la sacristie puis au temple. Dans les caves, il subsiste les restent du four à pain dont l'installation remonte à l'occupation du terrain par les Prémontrés.Escalier rampe sur rampe à jour.

Murs calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans brisés
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente
Techniques sculpture
Représentations écu, feuillage, ornement architectural, ornement végétal
Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle

Annexes

  • devis 1885

    En 1885 un devis (AD 54, 25 J 76) précisa les travaux à faire pour la construction du presbytère :

    Pour la communication entre le temple et les bâtiments : deux baies seront ouvertes à droite et à gauche du chœur « dans le style du bâtiment »pour accéder directement entre le chœur et la sacristie, chacune fermée par une porte en chêne à petits cadres (en fait c’est une double porte axiale qui sera percée) ;

    - Caves : escalier en pierre de Balin rustiqué ;

    - Rez-de-chaussée : sol dallée en carreaux de terre cuite de Sarreguemines, palier et marche en pierre de Balin ;

    - Logement du concierge : parquet en frise de chêne, cuisine peinte, chambre avec papier peint, 1 cheminée capucine ordinaire ;

    - Salle de catéchisme et sacristie : plancher en frise de chêne

    - Escalier : en chêne

    - 1er étage : terre cuite de Sarreguemines et frise de chêne, faïence dans la cuisine, wc, arrivée de l’eau, menuiserie à petits cadres, tablettes des croisées en marbre, corniches dans pièces principales, rosaces dans le salon et la salle à manger, arrivée de gaz.

    - 2e étage, parquet frise de chêne, tablette des croisée en marbre côté cour, en chêne dans les autres pièces. Escalier de sapin pour les combles. Persiennes ou jalousie

    - Cour : 1 bûcher, un cabinet à l’anglaise, 1 cabinet à la turcque, 1 fontaine à coquille

    En 1888, des plantes sont acquises auprès d’Antoni Muller jardinier de Boudonville à Nancy pour orner le jardin du presbytère : 4 houx, 2 deuszia gracilis, 1 lilas, 1 shimmia, 2 chèvrefeuilles, 1 clématite odorante, 1brasacgues lalandü, 4 visgelias variés, 2 pivoines en arbre, 3 fusains, 4 cucubas, 2 cotoneaster, 1 if, 2 laurier amandiers, 20 vignes vierges et 2 althéas.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 25 J
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Gottscheck Mary