Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Première synagogue de Thionville (détruite)

Dossier IA57030122 réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Région Grand Est
Adresse Commune : Thionville
Adresse : rue de la Poterne

Les juifs étant interdits de résidence à Thionville avant la Révolution, leur présence n’est pas antérieure à l’Émancipation. La communauté se développe rapidement dans la première moitié du 19e siècle : 15 familles en 1795, 260 personnes en 1808, 289 en 1819, 310 en 1840 bénéficiant à cette date d’un ministre-officiant rémunéré par l'État.

Après s'être réunie à partir de 1795 chez un particulier, la communauté fait l'acquisition en 1803 de deux maisons rue de la Poterne dont une de 3 niveaux, le dernier étage étant réservé au logement du ministre officiant. D’un coût total de 6 944 livres, elle est financée par la vente des places et inaugurée le 18 janvier 1805. La synagogue menace déjà ruine en 1848 mais reste utilisée jusqu'en 1912, après de grosses réparations en 1864 (une plaque commémorative présente en 1913), puis en 1877-1879. Dès 1812, un bain rituel est aménagé dans le bâtiment où se trouvait déjà la tribune des femmes.

Incendiée en 1911, elle est vendue à l'hospice Sainte-Madeleine au moment de l'inauguration de la seconde synagogue. Il n'en subsiste rien, l'îlot ayant été rasé en 1964.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1805, daté par source
1864, daté par source

L’extérieur de la synagogue est documenté par une photographie ancienne publiée en 1913. Très simple, la façade est en moellon enduit, la pierre de taille étant limitée aux chaînages, aux encadrements des ouvertures et aux bandeaux séparant les étages. Sa fonction n’est révélée que par quelques détails comme les fenêtres jumelées évoquant des Tables de la Loi du dernier niveau du bâtiment principal.

A l’intérieur, la salle de prière mesure 8 m sur 16, avec une hauteur sous plafond de 8 m. Les sexes devant restés séparés, une galerie est aménagée pour les femmes dans le bâtiment annexe, disposition rappelant celle des synagogues messines détruites en 1847.

Lors des travaux achevés en 1864, quelques modification sont apportées dans l'esprit du temps : nouveaux vitraux, agrandissement de l'espace réservé aux femmes et déplacement de la tribune de lecture (almemor) devant l'arche sainte.

Murs pierre moellon
Couvertures toit à longs pans
États conservations détruit

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11024
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1V156
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 7AL129
Bibliographie
  • ROOS, Pierre. Histoire de la communauté juive de Thionville. Thionville, Archives communales : coll. Documents Thionvillois, n° 13-14, 2006, 144 p.

    p.35-38
  • KOHN, Abraham Jakob. Zur Geschichte die Juden in Diedenhofen, Festschrift zur Einweihung der neuen Synagoge in Diedenhofen, Thionville, éd. Holinger, 1913, 39 p.

    p. 33
  • Le patrimoine des Portes de France et du Pays thionvillois / réd. Mélanie Leroy, Mireille-Bénédicte Bouvet ; collab. Claire Decomps. Ars-sur-Moselle : S. Domini, 2012. 167 p., ill., plan, cartes.

    "Le patrimoine juif", p. 90-93 (Réd. C. Decomps)
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.