Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
église paroissiale Saint-Côme et Saint-Damien

orgue

Dossier IM54004867 réalisé en 1994

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
Dénominations orgue, buffet d'orgue, tribune d'orgue
Aire d'étude et canton Vézelise
Adresse
Emplacement dans l'édifice tribune
à l'ouest
au dessus de l'ancienne entrée de l'église

La présence d'un orgue est attestée à Vézelise dès le 16e siècle. Réparé et agrandi au 17e siècle, il fut remplacé à l'époque de la révolution par le grand instrument de l'abbaye cistercienne de Beaupré qui avait été commandé le 2 février 1772 au facteur d'orgue Kuttinger, de Nancy, qui devait terminer le positif pour Noël 1772 et l'ensemble pour le 20 août 1774. En fait le nouvel orgue ne fut reçu que le 23 décembre 1775 par Nôtre, organiste de la cathédrale de Toul. L'instrument fut entretenu par Jean François Vaultrin. Il est mentionné dans l'inventaire du 29 avril 1790. Sa vente fut fixée au 12 juin 1792 où il fut adjugé à J.F. Salle, maire de Vézelise. Le transfert de l'instrument et son montage à Vézelise furent adjugés pour 500 livres au menuisier Augustin Laurent qui se fit aider du facteur Nicolas Génot. Le 20 octobre 1792, J.F. Salle dut se rendre à Beaupré pour racheter la tribune et ses 4 colonnes au nouveau propriétaire de l'abbaye. Le 31 juillet 1793, les travaux furent reçus par l'architecte François-Joseph Martellet. Jean-François Vaultrin retrouve l'orgue en 1816. Son élève Joseph Cuvillier propose un devis en 1840. Les travaux furent reçus le 24 août 1840 par Abarca, organiste de la cathédrale de Nancy. Jean-Nicolas Jeanpierre intervient en 1867, puis Jean Blési en 1880 et 1890. Les travaux de 1880 furent salués par Romary Grosjean, organiste de la cathédrale de Saint-Dié et Léopold Gigout, architecte à Nancy. Un ventilateur électrique fut installé en 1935 par Zoepfel, de Nancy. En 1936,la maison Jacquot-Lavergne de Rambervillers transforma l'instrument. Les travaux fur

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1772
1775
1792
1816
1840
1867
1880
1890
1935
1936
Lieu de provenance Édifice ou site : Lorraine, 54, Beaupré
Auteur(s) Auteur : Kuttinger, facteur d'orgues
Auteur : Vaultrin Jean-François, facteur d'orgues
Auteur : Laurent Augustin, menuisier
Auteur : Génot Nicolas, facteur d'orgues
Auteur : Martellet François-Joseph, architecte
Auteur : Cuvillier Joseph, facteur d'orgues
Auteur : Jeanpierre Jean-Nicolas, facteur d'orgues
Auteur : Blési Jean, facteur d'orgues
Auteur : Gigout Léopold, architecte
Auteur : Jacquot, facteur d'orgues
Auteur : Lavergne, facteur d'orgues

Instrument installé sur une tribune de pierre reposant sur 4 colonnes doriques

Catégories facture d'orgue, menuiserie, sculpture, taille de pierre
Structures revers sculpté colonnes, 4
Matériaux chêne, taillé, mouluré, ajouré, tourné
calcaire, taillé
Précision dimensions

h = 650 ; l = 356 (dimensions approximatives du buffet)

Iconographies ange : assis, livre
ange : debout
ange : debout, flûte
corbeille : fleur
homme, barbe, figuration partielle, tête
trompette, harpe
violon, flûte
croix de Lorraine
armoiries
ornementation, ornement à forme végétale, cartouche rocaille, coquille, volute
Inscriptions & marques emblématique, peinte
graffiti, sculpté
inscription concernant une restauration, gravée, sur cartel
Précision inscriptions

emblématique : croix de Lorraine peinte, au sommet de l'instrument, à la place des armoiries de l'abbaye de Beaupré, sous un alérion en chêne ; graffiti : VOIGNIER 1817 ; transcription : MONSIEUR LE CHANOINE MARTIN ETANT CURE DOYEN, J'AI ETE RESTAURE EN 1936 PAR LA MAISON JACQUOT LAVERGNE DE RAMBERVILLERS

Précision état de conservation

Buffet : les panneaux arrière du grand corps et les plafonds au dessus des tourelles ont disparu ; les armes de l'abbaye de Beaupré, au-dessus de la tourelle centrale, ont été remplacées par une croix de Lorraine peinte ; instrument : état convenable en octobre 1989 ; l'orgue fonctionne mais la mécanique est très dure. L'accord général est acceptable, mais de nombreux tuyaux d'anches sont muets ou parlent mal

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Collin Simone