Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

moulin puis minoterie-saboterie-scierie

Dossier IA88001798 réalisé en 2010

Fiche

Précision dénomination hydraulique
Parties constituantes non étudiées bief de dérivation, maison
Dénominations moulin, minoterie, usine liée au travail du bois, scierie, féculerie
Aire d'étude et canton Vosges - Bruyères
Hydrographies Cuve dérivation de la
Adresse Commune : Xamontarupt
Lieu-dit : sur le Moulin
Adresse : , 20 Le Village
Cadastre : 2011 A 458

L'activité du moulin appartenant à la famille Bexon débute en 1803, dès 1812 le bâtiment de meunerie est étendu (date portée par une pierre d'angle). Une féculerie qui n'a pas laissé de traces s'y installe en 1847 (AD88 5M289). La ferme est construite ou reconstruite en 1849 (date portée par le linteau de la porte piétonne). Les bâtiments de meunerie sont surélevés à cette même période. A l’extrême fin du 19e siècle la saboterie remplace la féculerie et une scierie s’y adjoint en 1907. En 1910, l'activité du site apparait diversifiée : fibre de bois, huilerie (fabrication et épuration), meunerie, saboterie et scierie mécanique et à vapeur. L'ensemble est racheté par la famille Thiriet en 1930. L'huilerie disparait en 1935 au profit de la transformation du moulin en minoterie. L'ensemble des activités cesse en 1970, mais l’ensemble des machines est conservé en place (chaîne de production de la farine : IM88004755 et chaîne de fabrication des sabots : IM88005756).

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1812, porte la date
1849
1910

L'ensemble se compose de 2 groupes de bâtiments. Au centre, la ferme à laquelle sont adossés la saboterie (corps de bâtiment à un niveau), la pisciculture (corps de bâtiment à un niveau) et la halle qui abrite la scierie (construction en bois). Le second groupe de bâtiments est disposé en L, il comporte les dépendances agricoles (1 niveau), le logement des domestiques (2 niveaux) et la minoterie avec forge (3 niveaux). C’est dans ce dernier corps de bâtiment, qui a conservé sa paire de meules, qu’a été installée en 1935 la minoterie (convertisseurs, broyeurs et bluterie). Le corps adjacent a dû abriter l'huilerie et le pilon à chanvre, aujourd'hui il est désaffecté. L'ensemble des machines est entraîné par deux turbines alimentées par le ruisseau "La Cuve". La première de type Négri a été fabriquée à Saint-Dié et vient d'être restaurée, une seconde de type Canson fabriquée vraisemblablement par Althoffer à Remiremont est installée sous la saboterie.

Murs bois
grès
essentage de planches
enduit
moellon
Toit tuile mécanique
Étages sous-sol, 1 étage carré
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie hydraulique
Typologies turbines, scie de côté

ensemble industriel assez rare ; <VISI>ouvert au public</VISI><publication MCC>versé 2014/02/07 EP</publication MCC><import cindoc>0198</import cindoc>

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Jean-Yves Henry