Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de manouvriers n°4

Dossier IA88031828 réalisé en 2018
Genre d'ouvrier
Appellations Maison de manouvriers dite du berger communal
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Dompaire - Dompaire
Adresse Commune : Racécourt
Adresse : 18 rue Principale
Cadastre : 2018 ZB 92 ; 1842 B 1150 ; 1842 B 1151

La maison de manouvriers n°4 de Racécourt dite du berger communal a été établie dans la seconde moitié du 19e siècle. Selon les mentions du registre de délibérations du conseil municipal (AD88 - 2 O 382/9), elle a été acquise par la commune à la suite d’un échange, vers 1896. L’ancienne maison de berger située Petite Rue (parcelle cadastral 1842 A 575) a été transférée dans la maison appartenant à Ernest Mathis, sise chemin de Grande Communication n°40 de Racécourt à Saint-Loup, lieu-dit derrière chez Pothier (n°1150 et 1151 section B du plan cadastral de 1842, ou n°2338 et 2339 du remembrement de la commune).

Selon les recensements de population de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle (sources : AD88 – 6M929), le berger communal en 1896 est Prosper Thomas (50 ans) qui habite seul Petite Rue. Toutefois, un autre berger est relevé dans la commune à cette date : Ferdinand Colin (58 ans), qui est cependant domestique de Alfred Mathis (fils d'Ernest Mathis). Par la suite le berger communal habite route de Racécourt à St-Loup, derrière chez Pothier :

- En 1901 : Jean Ast (79 ans) y habitant seul ;

- En 1906 : Isidore Cuny (né en 1845 à Saint-Remy-aux-Bois) y habitant avec son épouse Marie Conot (née en 1856 à Saint-Remy-aux-Bois) et leur fille Maria Cuny (née en 1889 à Saint-Remy-aux-Bois) toutes deux brodeuses ;

- En 1911 : Charles Robert (né en 1864 à Virecourt) y habitant avec sa femme : Delphine Robert (née en 1860 à Portieux), leur fille Marie Robert (née en 1993 à Brémoncourt) toutes deux brodeuses, et leur fils Léopold (né en 1901 à Padoux). ;

- En 1921 : Jean-Baptiste Bombarde (né en 1856 à Grandvillers) y habitant avec son épouse Philomène Gabrion (née en 1862 à Bellefontaine) qui est ménagère, et leur fille Eugénie Bombarde (née en 1889 à Thaon) qui est blanchisseuse.

- En 1926 : Jean-Baptiste Bombarde (né en 1856 à Grandvillers) y habite seul.

Puis aucun berger n’est signalé dans la commune en 1931 et 1936.

La maison est ensuite mise en location. En 1948, elle est par exemple louée par Maurice Ferro, menuisier, pour 1200 francs (sources : AD88 - Edpt 372/1M1).

Ce bâtiment appartenait à la commune jusqu'en début 2018, date à laquelle il a été vendu.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 4e quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 21e siècle , daté par tradition orale
Dates 1896, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Mathis Ernest,
Ernest Mathis (1832 - 1908)

Ernest Mathis est né en 1832 à Valleroy-aux-Saules, et mort en 1908 est le fils de Jean-Baptiste Mathis (1803-1876) et Anne-Marguerite Didelot à Valleroy-aux-Saules. Il a épouse Fanny Mathis, sa cousine (née en 1836 à Racécourt, morte en 1919), fille de François Mathis (1806-1870) et Marie-Thérèse Leclerc (1817-1868). Ils ont un fils Alfred Mathis (1860-1942).

Ernest Mathis a été maire de Racécourt. Il y est un cultivateur aisé employant plusieurs domestiques.

cf : Grivel, Gilles. Les familles Résal et Mathis, notables engagés dans la vie politique locale. dans Le pays de Dompaire. Journées d'études vosgiennes (14-16 octobre 2011 ; Dompaire). Epinal : Fédération des sociétés savantes des Vosges, 2012.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, attribution par source

La maison n°4 de Racecourt dite du berger communal est composée d'un logis en largeur et d’une étable à l’arrière. Le logement est constitué d’une cuisine et d’un poêle s’ouvrant sur la rue, surmontés de deux chambres. On y entre par une porte piétonne en façade latérale ouest, à côté d’un appentis (détruit). Une remise agricole en tôles a été bâtie au nord.

La structure est construite en moellons de grès enduits, et les encadrements des baies sont en pierre de taille à linteau droit. L’ensemble est abrité par une charpente de bois à longs pans, couverte de tuiles mécaniques.

Murs grès moellon enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
Typologies maison de manouvriers
Techniques céramique
Représentations soleil, bateau, arbre
Précision représentations

Le cadran solaire en céramique émaillée, placé au centre de la façade antérieure, est ornée d'un soleil et d'un voilier accostant près d'une tour et d'arbres.

Annexes

  • Contrat de location du berger rédigé le 9 septembre 1904 (sources : AD88 - Edpt 372/3 F 1 Agriculture) :

    Contrat de location du berger par les habitants de la commune de Racécourt, rédigé Isidor Cuny, le 9 septembre 1904 (sources : AD88 - Edpt 372/3 F 1 Agriculture) :

    « Je soussigné Cuny Isidor, Berger communal et actuellement à Nomexy, après entente avec les habitants de Racécourt, consent à venir garder le troupeau de cette commune aux clauses et conditions suivantes, savoir :

    - Garde des porcs - 50 centimes

    - Garde des brebis - 20 centimes

    - Gardes des chèvres - 50 centimes

    - Graissage et bélier - 25 centimes

    La commune se réserve pour faciliter le berger à pourvoir à ses besoins de lui accorder la subvention nécessaire à assurer la garde de son troupeau à la somme de 30 francs par mois mais jusqu’à concurrence de la somme ci-dessus gagnée par la garde du troupeau. »

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa