Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

lavoir-école-mairie

Dossier IA88030917 réalisé en 2016

Fiche

Voir

Parties constituantes non étudiées fontaine, abreuvoir
Dénominations lavoir, mairie, école
Aire d'étude et canton Vosges - Bulgnéville
Adresse Commune : La Vacheresse-et-la-Rouillie
Lieu-dit : Vacheresse (La)
Adresse : Grande Rue
Cadastre : 2016 ZA 23 mairie

Le lavoir-école de La Vacheresse est établi selon les plans dressés le 25 germinal An 9 (1801) par Pierre Bragnier, architecte patenté à La Vacheresse.

Le bâtiment est composé d'un lavoir au rez-de-chaussée, d'une salle d'instruction au-dessus, puis d'un logement de l'instituteur et d'un grenier (avec une gerbière au-dessus de la porte d'entrée de l'école). Le devis précise que "sur le pied de stal sera représenté deux têtes de lion qui auront leur regard chacun vers les angles du devant du bassin et les pattes poseront sur le devant du pied de stal. […] Lesquels auront chacun un jeu d'eau dans la gueule […] et sur les têtes des deux passera une gouttière (?) qui servira à verser les eaux dans le même bassin".

Des bancs en pierre sont placés sur le coté du bassin qui est excavé ; on y lave le linge à genoux. La chambre d'instruction est chauffée par deux fourneaux en fonte de 40 cm de diamètre et 60 à 70 cm de haut. Le devis mentionne également les matériaux utilisés : La pierre de taille des façades et des bassins provient des carrières de Morizecourt, les autres pierres des carrières de la Vacheresse, des tuiles creuses de la tuilerie de Morville.

Les travaux sont exécutés par Joseph Bizot, tailleur de pierre à La Vacheresse pour 4375 francs.

En 1841, un escalier est construit en façade latérale de l’école, selon les plans de Paul Grandidier fils, architecte à Neufchâteau. C'est probablement à ce moment que le second étage est agrandi.

En 1842, Paul Grandidier, architecte, propose la modification du lavoir par l'ajout d'une fontaine, d'un "rinçoir"et de 3 abreuvoirs. Toutefois, le conseil municipal, craignant que les bassins ne soient salis par le bétail, demande un second projet avec seulement une borne-fontaine et un "rinçoir". Ces travaux sont réalisés en 1843 par Victor Grandidier, entrepreneur à Lamarche, Jean-Pierre Braguier, entrepreneur à Vrécourt, et Joseph Arnould, entrepreneur à Sauville.

En 1881, le lavoir est à nouveau modifié selon les plans établis par Joseph Michaux, architecte. Il fait ajouté une fontaine avec un bassin demi-circulaire en fonte de 4 mètres de diamètre qui provient de la fonderie Varigney à Dampierre-lès-Conflans - Haute-Saône (signature "VARIGNEY / HT SAONE"). Les conduites d'eau sont aussi remplacées. Les travaux sont réalisés par Victor Petit, fabricant et entrepreneur à Rambervillers pour 18689, 92 francs.

(sources : AD88 - Edpt 495 1M1).

Aujourd'hui, l'école étant fermée, le premier étage sert de salle des fêtes, tandis que les locaux de la mairie sont au seconde étage.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1801, daté par source
1841, daté par source
1843, daté par source
1881, daté par source
Auteur(s) Auteur : Fonderie de Varigney,
Fonderie de Varigney

L'usine métallurgique dite forges de Varigney est située à Dampierre-lès-Conflans (Haute-Saône) (cf. IA70000178).

Un fourneau a vraisemblablement fonctionné au début du 17e siècle, puis le site de Varigney est amodié en 1719 par l'abbaye de Clairefontaine à Jean-Baptiste Perreur, d'Epinal, pour y établir un haut fourneau, lequel semble déjà construit en 1728. Acheté vers 1790 par Claude-Antoine Vuilley, le haut fourneau est alors loué à Pierre-François Galaire, maître de forges à Port-sur-Saône (70) , lequel s'associe à Jean-Baptiste Patret. En 1827, Jérôme-Auguste Patret succède à son père Jean-Baptiste à la tête de l'établissement. Il fait édifier un atelier de fonte de seconde fusion en 1834. Son gendre, Albert Ricot, ingénieur des Ponts et Chaussées, lui succède en 1862. Il recentre l'activité vers la fonderie de seconde fusion et travaille pour les compagnies de chemin de fer et les services des Ponts et Chaussées.

Un nouvel atelier de fonderie est construit en 1862-1863, et le haut fourneau réduit progressivement son activité et s'éteint vers 1870. La fonderie de seconde fusion se développe et produit des pièces, telles que poteaux indicateurs, plaques de route, abreuvoirs, lavoirs, bassins de fontaine, poêles, ainsi que du matériel ferroviaire.

Marcel Nicolas, gendre d'Albert Ricot, lui succède en 1902 sous la dénomination Nicolas-Ricot. Après la Première Guerre mondiale, la fonderie modernise son équipement (acquisition de démouleuses à main) , se lance dans l'émaillage des fontes et élargit sa gamme d'appareils de chauffage (cuisinières, fourneaux, calorifères en fonte brute et émaillée). En 1919 est créée la société anonyme des usines de Varigney, dirigée par Henri Barret, gendre de Marcel Nicolas. L'établissement, devenu SARL Fonderie et Ateliers de Varigney et dirigé par Denis Rousse, poursuit difficilement son activité après la Seconde Guerre et ferme ses portes en 1955.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur, signature
Auteur : Bragnier Pierre,
Pierre Bragnier

Pierre Bragnier est architecte patenté à La Vacheresse au début du 19e siècle. Il réalise notamment les fontaines-lavoirs et le lavoir-école de La Vacheresse (1801).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Bizot Joseph,
Joseph Bizot

Joseph Bizot est tailleur de pierre à La Vacheresse au début du 19e siècle. Il intervient notamment à La Vacheresse (1801).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
tailleur de pierre, attribution par source
Auteur : Grand(d)idier Paul Henry Louis, dit(e) Grandidier fils,
Paul Henry Louis Grand(d)idier , dit(e) Grandidier fils

Paul Henry Louis Grandidier, dit Grandidier fils, est architecte adjoint de l'arrondissement de Mirecourt (1827-1833) et architecte de l'arrondissement de Neufchâteau (1836-1858), membre du service des travaux communaux de la ville de Neufchâteau (1859-1862), architecte de la ville de Neufchâteau (paroisse Saint-Christophe) (1871-1896, architecte départemental de l'arrondissement de Neufchâteau par intérim (1883).

Son agence et résidence se situe 54-56 rue Neuve à Neufchâteau (1886-1896)

Il est membre fondateur de la SRAEF (1888).

Il a notamment réalisé la maison d'école d'Autreville (1868), l'église de Coussey (1869), le cimetière de Morizécourt (1869) et des travaux de réparations du presbytère de Sauville (1848 et 1851).

source : "Répertoire des architecte nés ou actifs dans les Vosges 1800-1940, Conseil Général des Vosges. 2007"


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Grandidier Victor,
Victor Grandidier

Victor Grandidier est entrepreneur à Lamarche dans la première moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Gendreville (1824), à La Vacheresse (1843).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Braguier Jean-Pierre,
Jean-Pierre Braguier

Jean-Pierre Braguier est entrepreneur à Vrécourt, dans la première moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Saint-Ouen-lès-Parey (1839), à La Vacheresse (1843).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Arnould Joseph,
Joseph Arnould

Joseph Arnould est entrepreneur à Sauville dans la première moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à La Vacheresse (1843).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Michaux Joseph,
Joseph Michaux

Architecte à Neufchâteau (1882-1885) puis à Sartes (1886-1893).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Petit Victor,
Victor Petit

Victor Petit est fabricant et entrepreneur dans la seconde moitié du 19e siècle dans la tuilerie Victor Petit, Dussourt et Poix, tuilerie mécanique à Rambervillers (1879, 1895). Il intervient à La Vacheresse-et-la-Rouillie (1881).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant, entrepreneur, attribution par source

Le lavoir est situé au centre de La Vacheresse, à coté de l’Église.

L'édifice est composé d'un lavoir avec une fontaine et un abreuvoir en rez-de-chaussée. Ce lavoir est ouvert du coté de la rue par trois arcades. L'eau provient d'une colonne d'alimentation octogonale en fonte, se déversant dans un abreuvoir hémi-circulaire en fonte. Ensuite, elle s'écoule dans le bac de rinçage carré, puis dans le grand bassin rectangulaire de lavage. Le sol y est dallé et les murs sont munis d'une niche et d'un haut-relief (deux lions). Dans le bassin, deux colonnes de fonte soutiennent le plancher de l'étage. La façade du rez-de-chaussée est en pierre de taille, tout comme les encadrements des ouvertures. Le reste du bâtiment est bâti en moellons enduits, couvert d'un toit à longs pans.

Le premier étage a accueilli l'école et le second le logement de l’instituteur puis la mairie. Chaque étage est muni d'un accès séparé. L'escalier de la mairie a été mis à l'abri grâce à un avant-toit largement débordant reposant sur des consoles de bois. Un appentis a été ajouté postérieurement, tout comme une galerie en façade latérale. Les baies du premier étage ont été élargies, pour améliorer l'éclairage de la salle d'école.

Murs pierre de taille
moellon enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Typologies mairie-lavoir, fontaine hémicirculaire
Techniques sculpture
Représentations ornement architectural, ornement géométrique, lion
Précision représentations

Au rez-de-chaussée, un haut relief est placé dans le parement du mur. Il figure l'avant de deux lions, côte à côte encadrant une gouttière. De facture naïve, ils sont percés de tuyaux et les têtes ont été détruites.

L'étage est orné de deux consoles sculptées.

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa