Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

L'eau comme facteur d'urbanisme dans les Vosges

Dossier IA88031181 réalisé en 2016

Fiche

Voir

La source-fontaine isolée

Parmi les sources les plus anciennes identifiées, un nombre important est isolé dans les forêts ou les prés. Leur éloignement les rend d'autant plus désirables que des vertus uniques leur sont souvent attribuées.

La présence d'eau est l'un des éléments déterminant à l'établissement d'une ferme ou d'un village. La source est exploitée sur place, au moyen d'un puits ou d'une fontaine. L'eau peut être employée directement au moyen d'un bassin d'abreuvoir ou/et de lavoir. Elle est aussi emportée pour être utilisée dans le foyer (alimentation, nettoyage, hygiène, arrosage des potagers...). Parfois, ce point d'eau est assez éloigné des habitations, impliquant des trajets importants prenant beaucoup de temps et d'énergie. La canalisation des sources vers les villages a généralement entraîné leur abandon, hormis celles servant à l'élevage dans les prés ou qui ont été patrimonialisées.

La distribution de l'eau en fonction de la structure du bâti

La canalisation des sources au cours du 19e siècle vers le cœur du village permet de libérer les habitants de la contrainte des déplacements. Selon la forme du village, l'eau est apportée dans un espace public central à proximité de l'église, de la mairie et de l'école, qui devient un point de convergence quotidien de la communauté (village-tas ou en étoile). La source (ou le puits) alimente la fontaine, qui s'écoule dans l'abreuvoir, le bac de rinçage, le bassin de lavage du linge, puis l'égayoir avant d'être rejetée à la rivière.

Dans le cas de villages-rues, il a plus souvent été opté une forme de cheminement linéaire. Une ou plusieurs sources sont regroupées pour alimenter une fontaine-abreuvoir-lavoir, dont les eaux sont ensuite dirigées vers d'autres points d'accès, desservant ainsi chacun une partie de la Grand Rue. L'organisation porte aussi sur la gestion des eaux de décharge, et de leur évacuation par des caniveaux ou égouts pour améliorer l'hygiène au centre du village.

La constitution de points d'eau au centre de la vie communale

Généralement l'ensemble des édicules liés à l'eau est regroupé en un point ou un axe structurant l'espace dans le bourg. On en profite souvent pour y adjoindre d'autres services liés à l'eau : l'égayoir, le local abritant les pompes à incendie, les bains-douches et les toilettes publiques, voire d'autres édifices communautaires (mairie, écoles, halles…), afin de créer un pôle de rencontre des habitants et de lien social. Tous peuvent s'y croiser au gré de leurs activités spécifiques (hommes/femmes, enfants/personnes âgées, manouvriers/cultivateurs, locaux/touristes...).

L'attention apportée à l'architecture et à l'entretien de ce lieu public démontre aussi l'aisance de la communauté et ses préoccupations républicaines par rapport aux villages voisins, au même titre que la taille et le faste de l’église évoque sa spiritualité.

Aires d'études Vosges
Période(s) Principale : 19e siècle, 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
(c) Conseil départemental des Vosges ; (c) Région Lorraine - Inventaire général - Varvenne Vanessa