Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

hôtel Mutlot puis de Raigecourt

Dossier IA54002757 réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • place Saint-Stanislas actuellement place d'Alliance
Appellations hôtel de Raigecourt
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Nancy et périurbain - Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 10 rue Lyautey , place d' Alliance
Cadastre : 1830 A5 931 ; 1865 A4 864, 865 ; 1972 BD 21 ; 2008 BD 21

Cet ancien hôtel particulier fait partie de l'ensemble concerté de la place d'Alliance, conçue en 1752 par l'architecte Emmanuel Héré à la demande de Stanislas Leszczynski, duc de Lorraine (1737-1766), à l'emplacement de l'ancien potager ducal divisé en une vingtaine de parcelles cédées à des proches de Stanislas pour être bâties selon un programme établi par l'architecte Emmanuel Héré (alignement et élévation réglementés). Le terrain de cet hôtel fut concédé à l'architecte Joseph Mutlot par lettres patentes du 28 décembre 1754 (AD 54 B 253 n° 38), document qui entérine la propriété car, à cette date, les travaux semblent terminés (source historique). Mutlot (1695-1766), proche collaborateur à Nancy d'Emmanuel Héré (1705-1763) et Claude Mique (1714-1796), est donc à la fois commanditaire et architecte de l'édifice qu'il n'occupera que peu de temps, voire jamais, puisqu'il le vend en 1763 au marquis de Raigecourt qui lui-même le cède au sieur Poinsignon qui en est propriétaire en 1782 (d'après plan de l'hôtel d'Alsace mitoyen, Bibliothèque Municipale, Fonds Thierry Solet, sur lequel est indiqué le nom de Poinsignon). En 1801, le bâtiment est acheté par une famille nancéienne qui en conserve la propriété jusqu'à nos jours. et qui réalise quelques aménagements intérieurs notamment au niveau du décor qui est alors remis au goût du jour.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1754, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mutlot Joseph,
Joseph Mutlot (1695 - 1766)

Architecte du duc de Lorraine Stanislas, proche collaborateur d'Emmanuel Héré et de Claude Mique.

Epouse : Catherine Tabouret , marraine du fils de Claude Mique, Joseph Mique, baptisé le 22 février 1757, paroisse Saint-Roch (cf Lepage, tome IV, p. 42)

Décédé en en 1766, enterré dans l'église du couvent des Annonciades célestes à Nancy.

1754 28 décembre : commanditaire et architecte de 2 hôtels place d’Alliance (hôtel de Raigecourt, (10 et 13 rue Lyautey, IA54002757-IA54002596)

1756 : construit 4 maisons (détruites) rue Saint-Dizier pour les Annonciades célestes


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source, attribution par travaux historiques
Auteur : Héré Emmanuel,
Emmanuel Héré (1705 - 1763)

Premier architecte de Stanislas Leszcynski, duc de Lorraine (1737-1766).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Personnalité : Mutlot, Joseph, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Raigecourt de, marquis, habitant célèbre, attribution par source

L'hôtel s'articule autour d'une petite cour intérieure avec 1 corps principal (A) en L et 2 corps (B, C) étroits fermant la cour (corps B réservé aux communs, corps C au passage). Il compte 3 niveaux, sur un soubassement en pierre de taille, séparés par des bandeaux saillants et marqués dans l'angle par une chaîne en bossages en table. L'élévation sur la place compte 4 travées, elle est plus soignée que celle donnant sur la rue perpendiculaire : en continuité avec le bâtiment mitoyen, l'hôtel d'Alsace (IA54 ....), et en conformité avec l'ensemble des façades de la place, le rez-de-chaussée est paré d'un bosssage continu en tables. L'élévation sur la rue Lyautey dans laquelle s'inscrit l'entrée de l'hôtel (une porte piétonne et une porte cochère) compte 6 travées. La porte piétonne a conservé un heurtoir en pendeloque, elle est ornée d'un médaillon central sculpté d'un compas et d'une équerre, deux éléments iconographiques évoquant le métier d'architecte du commanditaire (identique au n° 13 rue Lyautey IA54002596). Les baies sont à linteau droit avec chambranle en bandeau, seules celles du rez-de-chaussée sur la place d'Alliance sont inscrites dans une embrasure en arcade plein cintre, soulignée par une agrafe à décor végétal, un soupirail est percé dans l'allège de chaque baie (certains sont murés). La plupart des fenêtres ont conservé leur menuiserie d'origine à petits bois, les petits carreaux remplacés (à l'exception de quelques fenêtes) par de grands carreaux. Au 1er étage côté rue Lyautey, une 2e menuiserie double la menuiserie intérieure. La porte piétonne est surmontée d'une imposte à petits bois et petits carreaux, elle a conservé un heurtoir en pendeloque et se compose de 2 panneaux : celui du bas est losangé, celui du haut chantourné à larges moulures et sculpté ; les angles sont ornés d'un motif végétal rocaille, le mascaron central d'un compas et d'une équerre, deux éléments iconographiques évoquant le métier d'architecte du commanditaire (identique au n° 13 rue Lyautey IA54002596). L'escalier qui dessert les étages, escalier rampe sur rampe (3 volées en pierre, puis 2 en bois) a conservé sa rampe en fer forgé fait de larges panneaux à décor symétrique (courbes et contre-courbes de part et d'autre d'une tige torsadée agrémentée de feuilles relevées). La plupart de pièces possèdent lambris et cheminée.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile mécanique
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, entresol, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
Techniques menuiserie
sculpture
décor stuqué
ferronnerie
Représentations compas équerre
Précision représentations

compas et équerre : menuiserie de la porte

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler, maison d'homme célèbre
Sites de protection secteur sauvegardé
Protections inscrit MH partiellement, 1950/02/25
Précisions sur la protection

Façade et toiture : inscription par arrêté du 25 février

Références documentaires

Bibliographie
  • Aptel Claire, Un habitat nancéien sous Stanislas et de nos jours, mémoire de maîtrise, université de Nancy 2, 1982

(c) Région Lorraine - Inventaire général - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.