Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

hôtel de Martigny puis maison Poincaré actuellement immeuble

Dossier IA54003317 réalisé en 2015

Fiche

Appellations hôtel de Martigny
Destinations maison Poincaré, immeuble
Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 2 rue de Guise , 117 Grande Rue
Cadastre : 1830 H 2813 ; 1865 H 3370, 3371, 3372 ; 1972 AL 180 ; 2008 AL 180

Hôtel connu sous l'appellation d'hôtel de Martigny, du nom d'un de ses occupants au 18e siècle ; A. Beau suppose qu'il s'agit de Louis-Ferdinand du Han de Martigny, haut personnage de la cour du duc Léopold. Construit en 1621 par le maître maçon Nicolas de Chamagne (marché de travaux AD54, 3 E 1380) pour Henry Philippe, homme de chambre et argentier d'argenterie du duc Charles III, anobli par ce dernier en 1587, il est édifié à l'emplacement de plusieurs maisons acquises par le commanditaire entre 1596 et 1620 (AD54, 3 E 1372, 3 E 1373, 3 E 1379, et 3 E 1392). Campagne de travaux probable dans le premier quart du 18e siècle (réfection de la première volée de l'escalier avec rampe en fer forgé à arcades et motifs de volutes émergeant de feuilles d'eau). En février 1794, l'hôtel appartenant alors à Madame du Brachet est vendu comme bien national à Jean-Baptiste Leclerc (AD 54 1Q 487 1). Le rez-de-chaussée est aménagé en officine depuis 1818 (cf A. Beau), une devanture percée en 1824, date à laquelle le bâtiment devient la propriété des ancêtres d'Henri Poincaré, qui y naît en 1854 (une plaque commémorative est apposée sur la façade en 1913). D'autres travaux sont probablement réalisés à la même époque : abaissement des allèges de la plupart des fenêtres sur rues, petite extension sur la première cour (partie du corps D accolée au corps A construite en grand appareil de pierre de taille). Dans les années 1950, l'extension de la devanture sur la Grande rue fait disparaître la fenêtre de droite en rez-de-chaussée ; elle est rétablie lors d'une campagne de travaux en 1981. L'hôtel est divisé en appartements depuis une vingtaine d'années.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle
Secondaire : 1ère moitié 19e siècle
Dates 1621, daté par source
Auteur(s) Auteur : Chamagne de Nicolas,
Nicolas Chamagne de

Maître maçon actif à Nancy dans la première moitié du 17e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître maçon, attribution par source
Personnalité : Philippe Henry, commanditaire, attribution par source
Personnalité : de Martigny, habitant célèbre, attribution par travaux historiques
Personnalité : Poincaré Henri, habitant célèbre, signature

Hôtel de style pierre et brique (cette dernière, actuellement masquée par un enduit, a été observée lors d'un ravalement de façade en 1981) construit à l'angle de la Grande rue et de la rue de Guise, sur laquelle sont situées la porte piétonne et la porte cochère donnant accès à deux cours autour desquelles s'organisent les différents corps de bâtiment : deux corps de logis (corps A et B) autour de la cour principale, reliés par la cage d'escalier en fond de cour (corps C) et une aile de liaison sur la rue de Guise se retournant le long du corps A(corps D) ; anciennes écuries (corps E) et ancien garde-manger (corps F) sur la seconde cour agrémentée d'un puits (IA54003363), et couverte d'une toiture terrasse en pavés de verre. La façade principale se situe sur la Grande rue, où les trois niveaux d'élévation présentent des fenêtres dont les piédroits sont ornés de harpes répondant à celles des chaînes d'angle (les fenêtres du rez-de-chaussée ont été en partie supprimées pour installer une devanture de magasin) ; la limite entre les étages est marquée par un double bandeau, l'un des deux servant d'appui de fenêtre. Les deux principaux corps de bâtiment, ainsi que la cage d'escalier, sont couverts de toitures en pavillon en ardoise, d'où émergent plusieurs souches de cheminées en briques avec frises d'arceaux datant probablement de la construction de l'édifice. La décoration se concentre sur la porte piétonne : pilastres toscans à bossages vermiculés, entablement orné de motifs de rinceau, d'un cartouche vide, et de consoles sommées de mufles de lion, fronton cintré brisé. L'escalier tournant à retours sans jour, à l'articulation entre les deux corps de logis, est inscrit dans une sorte de tour qui domine les autres corps de bâtiment, et est ouverte sur la cour par une double arcade (partiellement bouchée par le corps D). Le rez-de-chaussée du corps B abrite l'ancienne cuisine dont subsiste la pierre à eau sous la fenêtre ouvrant sur la deuxième cour. Le corps E est éclairé sur la rue de Guise par une travée de baies différentes de l'ordonnance générale des façades (présence d'une fenêtre gerbière encore équipée de sa poulie au dernier niveau). L'ensemble conserve un certain nombre de menuiseries de portes et fenêtres anciennes encore équipées de leur quincaillerie ; une porte au premier étage du premier corps de logis possède encore son entrée de serrure à motif de chimères et une traverse d'imposte ornée de palmettes.

Murs calcaire
brique
enduit
pierre avec brique en remplissage
Toit ardoise, tuile mécanique
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
appentis
toit en pavillon
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations ordre toscan fronton rinceau ornement animal lion
Précision représentations

Porte piétonne encadrée de pilastres toscans et sommée d'un fronton cintré porté par un entablement à rinceaux et des consoles ornées de mufles de lion.

A. Beau situe par erreur le bâtiment dans l'emprise du lotissement créé lors du percement de la rue de Guise (entre les n° 18 et 6), et attribue à tort sa commande à Philippe Fournier, receveur et cellérier de Nancy.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Sites de protection secteur sauvegardé
Protections inscrit MH partiellement, 1944/05/16
Précisions sur la protection

façades, toitures et porte d'entrée y compris les vantaux en menuiserie : inscription par arrêté du 16 mai 1944

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 3E 1372

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 3 E 1372
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 3E 1373

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 3 E 1373
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 3E 1379

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 3 E 1379
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 3 E 1380

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 3 E 1380
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Cote : 1 Q 487 1

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 1 Q 487 1
Bibliographie
  • Pfister Christian, Histoire de Nancy, 3 tomes, 1902-1909.

    - tome 1. Nancy : Berger-Levrault, 1902.XXIV-750 p., ill., plans.

    - tome 2. Nancy : Berger-Levrault, 1909. VIII-1099 p., ill., plans.

    - tome 3. Nancy : Berger-Levrault, 1908. VIII-914 p., ill., plans.

    tome 2, p. 286
Périodiques
  • Beau Antoine, «Une opération d'urbanisme à Nancy en 1607 : le percement de la rue de Guise», Le pays lorrain, N°3, 1979.

    p. 133-156

Liens web

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Communauté urbaine du Grand Nancy ; (c) Ville de Nancy - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Vaxelaire Yann
Yann Vaxelaire

Architecte du patrimoine à la ville de Nancy. A participé à l'étude menée par le Service de l'Inventaire général du Patrimoine sur la ville de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.