Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

hôtel Beauvau, actuellement immeuble

Dossier IA54002944 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Destinations immeuble
Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 12 rue Saint-Dizier , rue Dom Calmet
Cadastre : 1830 F 1339 ; 1865 F 263, 264 ; 1972 BY 158 ; 2008 BY 158

Lors de la création de la ville neuve de Nancy par le duc de Lorraine Charles III, Claude de Beauvau, baron de Manonville et "gouverneur des personnes et état du marquis de Pont-à-Mousson" (le marquis de Pont étant alors Henri de Lorraine, futur duc de Lorraine sous le nom d'Henri II), reçoit en 1591 un terrain sur la place du marché, face aux fortifications de la vieille ville. Il y fait construire un hôtel dès 1592 (marché de bois d'oeuvre du 23 janvier 1592, et marché de couverture de tuiles plates glaçurées du 13 février 1592, AD 54 série 3 E ; vestiges de la couverture découverts en 2013, IM54014231) ; il le lègue à son fils Jean le 4 novembre 1596. Celui-ci le vend dès le 24 avril 1597 à Henri de Lorraine. L'hôtel passe ensuite aux mains d'Henri de Montrichier, beau-frère de Jean de Beauvau (avant 1615), qui fait peut-être réaliser le second corps de bâtiment (corps C ; datation de la charpente par dendrochronologie : 1609). Au 18e siècle, il est la propriété de la famille Fériet, qui y réalise une campagne de travaux au milieu du siècle : transformation des façades sur rue, modification des façades sur cour. Probablement à la même époque, une partie de l'emprise du corps C est annexée à l'immeuble voisin (14 rue Saint-Dizier). Des travaux importants sont entrepris dans les années 1840 : construction d'une aile de liaison épaisse sur la rue Saint-Dizier (cB, datation de la charpente par dendrochronologie : 1841), reconstruction de l'escalier principal, reprise des distributions et des décors intérieurs. L'installation d'un commerce en rez-de-chaussée dans le troisième quart du 20e siècle bouleverse totalement les dispositions de ce niveau.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : milieu 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1592, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Beauvau Claude de, commanditaire, attribution par source

Hôtel situé à l'angle des rues Saint-Dizier et Dom Calmet, dont l'entrée se situe rue Saint-Dizier. Il est composé de 4 corps de bâtiment à 3 niveaux disposés autour d'une cour. Les corps A et C sont reliés par un corps de liaison épais abritant des pièces annexes (cB) et une aile de liaison contre le mur mitoyen ouest. Les corps A et C sont couverts par des toitures en pavillon à forte pente recouvertes d'ardoise au crochet (charpente étudiée IM54014230), celle du corps C ayant été modifiée au 19e siècle (création d'un terrasson en zinc) ; la couverture du corps B, asymétrique, est également couverte d'ardoises au crochet. La distribution intérieure originelle est difficile à restituer compte tenu des modifications profondes subies par le bâtiment au cours des siècles ; tout au plus peut-on supposer que le corps A (donnant alors sur la place du marché) abritait les pièces d'habitation et le corps C les dépendances. La cour est isolée de la rue Saint-Dizier par un haut mur percé d'une porte (représentée sur le plan de la Ruelle, gravé en 1611). Actuellement, le rez-de-chaussée totalement bouleversé a une vocation essentiellement commerciale. Un couloir aveugle relie la porte d'entrée sur rue et l'escalier principal situé à l'articulation entre le corps A et le corps B (escalier tournant en maçonnerie) ; un escalier de service en bois se trouve dans le corps C. L'immeuble situé au sud (14 rue Saint-Dizier) étant construit en partie sur l'emprise d'origine de l'hôtel Beauvau, la liaison entre le corps B et le corps C est assurée par un passage sur la cour abrité dans une petite construction légère en bois et métal couverte d'une toiture en zinc. Chaque étage est occupé par un appartement unique, dont le décor intérieur est d'une grande cohérence (IM54014301).

Murs calcaire moellon enduit
Toit ardoise, zinc en couverture, tuile mécanique
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit en pavillon
toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en maçonnerie
Techniques menuiserie
fonderie
céramique
papier peint
Statut de la propriété propriété privée
Sites de protection secteur sauvegardé

Références documentaires

Bibliographie
  • LIONNOIS, Jean-Jacques. Histoire des villes, vieilles et neuves de Nancy, depuis leur fondation jusqu'en 1788. Nancy : Haener et Delaye, 3 tomes, 1805-1811.

  • BEAU, Antoine, « L'Hôtel de Lillebonne, quatre siècles d'histoire 1578-1978 », Le pays lorrain, juillet-septembre 1979, n°3, p. 133-156

  • VAXELAIRE, Yann, « L'hôtel de Beauvau à Nancy. Une toiture en tuiles glaçurées témoin d'une construction d'exception », Le pays lorrain, mars 2018, n°1, p. 117-124

Liens web

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Communauté urbaine du Grand Nancy ; (c) Ville de Nancy - Vaxelaire Yann
Yann Vaxelaire

Architecte du patrimoine à la ville de Nancy. A participé à l'étude menée par le Service de l'Inventaire général du Patrimoine sur la ville de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.