Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

grand séminaire : chapelle Saint-Charles-Borromée

Dossier IA57001793 réalisé en 2004

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • campanile

Œuvres contenues

Vocables Saint-Charles-Borromée
Appellations du grand séminaire
Parties constituantes non étudiées campanile
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Metz
Adresse Adresse : avenue Jean XXIII
Cadastre : 2012 30 23

A la suite de l'extension de la ville de Metz à partir de 1902, le directeur du séminaire, l'abbé Dorvaux, obtient une nouvelle parcelle longitudinale, prise sur les anciennes fortifications, qui vient doubler la surface de l'établissement par une grande cour devant les bâtiments. Les deux chapelles existantes étant devenues trop exigües, il est bientôt décidé d'en construire une nouvelle à l'intérieur de cette nouvelle enceinte. En grande partie financé par des dons privés, notamment des famille du Coëtlosquet (160 000 Mk), de Gargan (8000 Mk) et de l'abbé Bombardier (25 000 Mk), le chantier est confié à l'architecte Ludwig Becker (1855-1940) de Mayence, un des rares architectes allemands de confession catholique, déjà intervenu à Metz sur le chantier de la cathédrale et pour la construction de l'église néo-romane Saint-Joseph de Montigny-les-Metz. Connu pour ses nombreuses réalisations en Allemagne, en Alsace et jusqu'aux Etats-Unis, ce dernier passe l'année 1905 à Metz où il mène en parallèle plusieurs chantiers privés. Les entreprises choisies lors des adjudications sont essentiellement locales : Peter Mungenast de Metz (maçonneries), Köchling de Montigny (charpentes), Bast de Queuleue (ferrures de la coupole), Weckmüller et Haüser de Devant-les-Ponts (serrurerie), Schwarzott et Baudinet de Metz (vitrerie), Paul Geisler (sculpture intérieure). Parmi les intervenants extérieurs, la maison Maschmann de Mayence (menuiseries), Zettler Institut für Kirchlische glasmalerei de Munich (vitraux), Mettlacher Mosaikfabrik und Merziger Terrakottafabrik (maison Villeroy et Boch) ou Théophile Klem de Colmar (mobilier sculpté). Si la taille du terrain aurait permis l'adoption d'un plan en croix latine dont la nef allongée aurait été plus proche de la forme des églises paroissiales, l'architecte choisit un parti différent, à plan centré, d'une plus grande portée symbolique et présentant en outre l'avantage de s'inscrire dans l'axe de l'entrée d'honneur de l'ancien bâtiment sans en cacher la perspective. Le choix du style néo-baroque, unique à Metz à cette époque, est, tout comme le plan, inspiré par la chapelle épiscopale Sainte-Glossinde (1752-1756) dont le baldaquin est également copié (cf IM57003754). Commencée le 19 mars 1905, la chapelle est consacrée le 5 novembre 1907 et placée sous le vocable de saint Charles-Borromée, grand réformateur de l'église catholique après le concile de Trente, qui s'était particulièrement attaché à la formation des prêtres. Très bien conservé, y compris dans son mobilier, l'intérêt de l'édifice réside dans cette remarquable unitité stylistique et symbolique.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1905, daté par source
1907
Auteur(s) Auteur : Becker Ludwig, architecte, attribution par source
Auteur : Mungenast Peter, entrepreneur de maçonnerie
Auteur : Geissler Paul, sculpteur

Construction en calcaire et moellon enduit (la pierre de Jaumont étant utilisée pour les soubassements à bossages rustiques, les chaînages, et les encadrements des ouvertures) avec toitures en ardoise. L'édifice, de plan centré, est organisée autour d'une travée centrale, de plan carré, surmontée d'un dôme à côtes, peu élevé, mais couronné d'un campanile. Cette partie centrale est prolongée vers l'est par l'abside et vers l'ouest par une courte nef de deux travées (dont l'une correspond à l'intérieure à la tribune). La symétrie parfaite de l'édifice est renforcée par la disposition de part et d'autre du choeur et de la nef de petites chapelles ou pièces annexes, très basses, couvertes de toitures en pavillon. Elle n'est interrompue que sur façade latérale faisant face au séminaire qui est précédée d'un portique prolongé par une galerie permettant de rejoindre la chapelle à couvert. L'arcade centrale de ce portique desservant à la fois la chapelle et la grande sacristie, est placée dans l'axe de l'entrée du séminaire. A l'intérieur, la chapelle se distingue par un traitement diversifié des volumes (des plus amples au plus restreints) : au centre la coupole sur pendentifs avec des niches ouvertes, d'aspect monumental, à l'est un choeur voûté en cul de four, accosté de deux petites chapelles très basses, à l'ouest une courte nef en berceau avec une tribune reposant sur une triple arcade, assez basse couverte d'un berceau transversal à lunettes, également accostée de deux petites chapelles. La variété et l'alternance des formes des baies contribuent aussi à cette animation des espaces (des plus lumineux au plus sombres). Le décor sculpté, inspiré du vocabulaire ornemental baroque vient souligner les grandes lignes de l'architecture. Il est essentiellement concentré à l'extérieur sur le portail en plein cintre et à l'intérieur sur la coupole, la tribune et les encadrements des baies.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit ardoise
Plans plan centré
Étages 1 vaisseau
Couvrements coupole en pendentifs
voûte en berceau
cul-de-four
à lunettes
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
dôme
croupe
Techniques sculpture
Précision représentations

ornement architectural de style baroque ; portail ouest : pilastres et chapiteaux ioniques, entablement à métopes et triglyphes, avec gouttes, fronton cintré à ornement végétal avec colombe symbolisant le saint esprit ; encadrement des baies : modillons à triglyphes et gouttes ; pendentifs de la coupole : niches, pilastres à chapiteaux corinthiens, cartouches ; tribune : ornement végétal et cartouche

Statut de la propriété propriété d'une association diocésaine
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pignon-Feller Christiane