Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Gare d'eau, gare, darse

Dossier IA57030028 inclus dans Site d'écluse n°8 réalisé en 2013

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination port de Moussey
gare de Moussey
Dénominations gare d'eau, gare
Aire d'étude et canton Réchicourt-le-Château
Adresse Commune : Moussey

Cette gare ou station et gare d'eau ont été édifiées le long de la ligne ferroviaire reliant Avricourt à Dieuze, ouverte en 1864. Le projet d’établissement de la gare d’eau à Réchicourt était décrit ainsi (AD54 5S142) « sur le territoire de Réchicourt, la station et la gare d’eau sont établies immédiatement avant la traversée du canal, le bassin de chargement aura une superficie d’environ 8900 m2, il permettra le chargement et le transport économique des matières premières et des marchandises encombrantes, octobre 1862". Au départ, la gare d'eau n'est pas un port public et ne sert qu'au transbordement entre péniche et wagon. Après 1870, toute la ligne est en territoire annexé.

La présence du train et du canal à cet endroit a influencé la décision d’installer les usines de Bata sur le site. Grâce à l’activité de

l’usine, la station de Moussey et la gare d’eau vont connaitre un trafic plus intense. Le canal de la Marne-au-Rhin complété par le canal des houillères de la Sarre ouvert en 1866, effectue sa jonction avec ce dernier à Gondrexange. Les péniches chargées du combustible s'arrêtaient alors au port de Moussey pour alimenter les chaudières des usines Bata. Ce même port a permis la livraison des matériaux de construction nécessaires à l'édification de Bataville, à partir de 1931. Le port de Moussey est réaménagé pour Bata et ses besoins, le terre-plein renforcé notamment pour le transport en camion (Doc VNF 1968 facture à la charge de Bata pour empierrement du terre-plein). Pour alimenter sa tannerie en eau, l'usine établit une prise d'eau dans la darse, en 1955. Pour cette prise d’eau Bata paye une redevance et s’engage à ne pas déverser de produits chimiques dans le canal sous peine d’annulation de l’accord. Le trafic des marchandises produites par Bata fait largement augmenter les revenus de la gare, 150000 francs par mois en 1938. Le premier bâtiment faisait 15m de long, il a été détruit pour construire une gare plus spacieuse en 1938.Le nombre de train desservant la ligne, passe cette même année de six à dix. Le bâtiment de la gare, construit vers 1870 devient trop petit, il est détruit est remplacé par un nouveau en 1938. Le trafic des voyageurs qui ne comprenait plus qu'un aller-retour Igney-Avricourt Moussey est arrêté définitivement en 1969, celui des marchandises en 1986. (réf Chausser les hommes qui vont pieds nus, Alain Gatti). La gare d’eau et son port sont fermés en 1963. Un four pour fabriquer les briques sur place nécessaires à l'édification de la cité était installé sous un hangar à coté de la gare. L'ensemble a été bombardé en 1940. (réf. AD57 fonds des archives de la reconstruction, fonds privé de l'architecte Denny).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1864, daté par travaux historiques
1938, daté par travaux historiques

L'ensemble comprend un ancien port et une gare destinée surtout au trafic de marchandise. La gare d'eau est composée d'un bassin de

chargement d'une superficie d’environ 8900m2 ou "darse. il permet le chargement et le transport économique des matières premières et des marchandises encombrantes. D'après les documents conservés dans les archives de VNF, la gare d'eau était alimentée ainsi : « la prise d’eau sera effectuée sur le côté gauche du canal immédiatement en amont de l’écluse n°2 du versant de la Meurthe. Le volume de la prise d’eau sera fixé à 60m3 par 24h, l’eau sera prise dans le canal au moyen d’un aqueduc en maçonnerie construit sous le marche-pied de ce canal contre le mur de gauche de l’écluse n°2 cet aqueduc aura 50 cm de largeur entre son rampant de droite et le musoir de l’écluse. Il sera terminé par un mur de fond vertical et percé par un tuyau horizontal en fonte de 15cm de diamètre". La station ferroviaire est au départ surtout destinée au trafic de marchandise. La gare comprend, sur 70m de façade trois bâtiments sur le même alignement : un entrepôt avec quai de déchargement, un grand bâtiment central sur deux niveaux qui comprenait une salle d'attente, les guichets et les bâtiments administratifs et un troisième petit bâtiment certainement la maison du chef de gare. Une partie de ce bâtiment a été comblée plus tard, il comprenait une partie ouverte Les encadrements des fenêtres sont en béton. Le dépôt de marchandise comprend un quai surélevé couvert d'un auvent sur console de bois. Une partie du bâtiment a été reconstruite en parpaing de béton. Le bâtiment central est couvert d'un toit à long pan et à croupe. Trois lucarnes, une façade postérieure et deux façades antérieures éclairent les combles, elles sont couvertes de tuiles plates et bardées de tuiles plates carrées. L'ensemble du bâtiment est couvert de tuile plate mécanique ; les grandes baies du rez-de-chaussée, en béton, sont chanfreinées. Le bâtiment est construit en brique et moellon. Sur la partie quai face aux rails, un appentis couvert de tôle a été ajouté. Une seule des deux portes d'entrée de la gare en bois et vitrée a gardé ses boiseries d'origine. Une partie des boiseries des baies a été changée récemment.

Murs calcaire moellon
brique
ciment parpaing de béton
Toit tuile mécanique, tuile plate mécanique, tôle nervurée
Étages 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier tournant

Références documentaires

Bibliographie
  • Chausser ceux qui vont pied nus, Bata-Hellocourt, 1931-2001 : enquête sur la mémoire industrielle et sociale / Alain Gatti. - Metz : Ed. Serpenoise, 2004. - 720 p. : ill., plans ; 24 cm.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : L ARCH-IND
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Zeller-Belville Catherine
Catherine Zeller-Belville , né(e) Belville (14 07 70 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.