Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

fontaine - lavoir - bassin - pédiluve à chevaux

Dossier IA88030852 réalisé en 2016

Fiche

Appellations pédiluve à chevaux , égayoir, fontaine de Manotte
Dénominations réservoir, bassin, fontaine, lavoir
Aire d'étude et canton Vosges - Lamarche
Adresse Commune : Martigny-les-Bains
Adresse : rue Abbé Thiebaut , rue Villas (des) , route Ligneville (de)

La fontaine, le lavoir et pédiluve à chevaux de Martingy-les-Bains sont reconstruits en 1822 selon les plans d'Abel Pierre Mathey Père (ancien ingénieur, architecte de l’arrondissement de Neufchâteau), par Joseph Gaspard (entrepreneur de bâtiment à Martigny) pour 8500frs (source AD88 - 2O301/10). Une fontaine-lavoir et un égayoir préexistaient à cet endroit. La fontaine-lavoir est édifiée à ciel ouvert, puis sera couverte postérieurement. L'égayoir rectangulaire existant étant en ruines, il est remplacé par un bassin en arc de cercle. Par la suite, le pédiluve est reconstruit de forme circulaire, tel qu'il est visible sur une carte postale du début du 20e siècle. Puis l'égayoir a probablement été détruit au début des années 1950.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle , daté par source
Dates 1822, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mathey Abel Pierre, dit(e) Mathey Père,
Abel Pierre Mathey , dit(e) Mathey Père

Abel Pierre Mathey, dit Mathey père, est le père de Abel Antoine Mathey (architecte).

Abel Pierre Mathey est ingénieur, et architecte de l’arrondissement de Neufchâteau, à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Gaspard Joseph,
Joseph Gaspard

Joseph Gaspard est entrepreneur de bâtiment à Martigny-les-Bains au début du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

La fontaine-lavoir-égayoir de Martigny-les-Bains est située à l'ouest de la ville. L'eau est acheminée depuis les sources du Boechet et de Manotte, par une file de tuyaux en bois jusqu'à la fontaine de Manotte. Cette fontaine est composée d'un abreuvoir rectangulaire adossé au muret. Le lavoir à coté, possède sa propre alimentation par un puisard. Les eaux du lavoir et de l'abreuvoir sont réunies dans une conduite pour alimenter l'égayoir, situé au milieu de la place. Les chevaux pénétraient entièrement dans l'eau du pédiluve afin de se rafraîchir et de se débarrasser des parasites après leur labeur dans les champs. L'ancien égayoir quasiment rectangulaire de Martigny-les-Bains est remplacé (en 1822) par un nouvel égayoir en forme d'un arc de cercle avec terreplein central, pour faciliter le manège à l’intérieur, et mieux résister aux mouvements des eaux et à la pousser de la terre. Il mesure 20,8 mètres de long pour 12 mètres de large, se resserrant aux deux ouvertures (6 mètres de large). Il est construit avec des murs de moellon, et le sol est pavé et incliné. Il est alimenté par les eaux de la fontaine de Manotte, juste à coté, qui elle-même est alimenté par les sources du Boechet et de Manotte, grâce à une une file de tuyaux de bois avec des "boëtes de jonction" en fer, ponctuée de regards maçonnés. Une bonde pour vidanger et nettoyer le pédiluve est placée au fond du bassin et rejoint le conduit de décharge qui évacue le trop plein vers la rue des Villas (ruelle Gros Jean). Un regard en permet l'entretien. Ensuite, le pédiluve est à nouveau reconstruit formant un bassin circulaire avec une seule entrée étroite. Il est bâti en pierre de taille, avec un sol pavé.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon
Typologies égayoir rectangulaire, égayoir en arc de cercle, égayoir circulaire, lavoir à ciel ouvert
États conservations détruit
Mesures h : 20.8 m
la : 6.0 m
la : 12.0 m
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa