Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

fontaine - lavoir - abreuvoir

Dossier IA88031170 réalisé en 2016

Fiche

Appellations Neuve Fontaine
Dénominations lavoir, fontaine, abreuvoir
Aire d'étude et canton Vosges - Coussey
Adresse Commune : Chermisey
Lieu-dit : Combe de la Broche
Adresse : route Departementale n°3 , route d'Avranville
Cadastre : 2015 ZI 20

Le lavoir de Neuve Fontaine est établi au lieu-dit la Combe de Broque en 1862, selon le devis dressé par Abel Antoine Mathey (architecte), par Charles Léon Aubertin, fontainier à Neufchâteau et François Auguste Diné maçon à Sionne associés pour 10823,66 francs. En 1911, le lavoir est modifié par Henry Jacquemard, architecte à Neufchateau. Il y est ajouté un rincoir, les auges en pierre sont déplacées et 2 auges en fonte sont adjointes.

(sources : AD88 - série 2O106/09 ; 2Fi4087 ; 2Fi4088).

La toiture a été détruite, mais elle était à l'origine couverte de tuiles violons provenant de la tuilerie de Maxey-sur-Meuse selon la signature portée.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1862, daté par source
1911, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mathey Abel Antoine, dit(e) Mathey fils,
Abel Antoine Mathey , dit(e) Mathey fils (1802 - 1869)

Abel Antoine Mathey, dit Mathey fils (1802 - Neufchâteau 1869) est le fils de Abel Pierre Mathey (architecte) et le père de Numa Charles Nicolas Mathey (architecte).

Abel Antoine Mathey est ingénieur, puis architecte départemental de l'arrondissement de Neufchâteau (1825-1869) ; inspecteur des écoles primaires de l'arrondissement de Neufchâteau (1838-1845) ; membre du service des travaux communaux pour la ville de Neufchâteau (1859-1869), du service des travaux départementaux (1860-1869), de la commission de surveillance de la prison de Neufchâteau (1860-1869).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Aubertin Charles Léon,
Charles Léon Aubertin

Charles Léon Aubertin est fontainier et entrepreneur dans la seconde moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Chermisey (1862), La Neuveville-sous-Châtenois (1875)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fontainier, attribution par source
Auteur : Diné François Auguste,
François Auguste Diné

François Auguste Diné est maçon et entrepreneur à Sionne dans la seconde moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Chermisey (1862), Coussey (1873).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Jacquemard Henry,
Henry Jacquemard ( - 1926)

Henry Jacquemard est architecte à Neufchâteau et à Rouceux (1897-1926), directeur des travaux de la ville de Neufchateau (1897-1911), architecte ordinaire des Monuments Historiques dans les arrondissements de Neufchateau et de Mirecourt.

Son agence est située rue Victor Martin à Neufchateau (1899).

Il meurt en 1926.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : tuilerie de Maxey-sur-Meuse,
tuilerie de Maxey-sur-Meuse

La tuilerie de Maxey-sur-Meuse est active dans la seconde moitié du 18e siècle et pendant le 19e siècle. Elle produit entre autres des tuiles violons avec le décor de flèche, et un autre modèle où la flèche est remplacée par un losange.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant, signature

Le lavoir de Neuve Fontaine est isolé à environ 800 mètres au nord-ouest du village de Chermisey. Ce lavoir ouvert sur un coté est construit en moellons enduits, avec des encadrements en pierre de taille (calcaire) et était couvert d'un toit à longs pans portant des tuiles violons. En ruines, seuls la base des murs et les façades ouest et nord sont encore en élévation. La façade Est était ouverte, délimitée par un muret en pierre de taille servant de base à deux poteaux de bois soutenant la charpente.

L'eau était distribuée par des tuyaux en fonte et une colonne d'alimentation en pierre de section carrée. Elle se déversait dans deux bassins rectangulaires en pierre servant d'abreuvoir, puis elle était dirigée par un canal vers l'intérieur dans le bassin de lavage rectangulaire en pierre. En 1911, ce conduit initial est remplacé par un bac de rinçage construit en briques de laitier et béton, cerclées de fer. Le profil de la tablette est dessiné avec un larmier. Au moment de ces travaux, la colonne d'alimentation est déplacée à l’extrémité nord des bassins de pierre, et on ajoute deux bassins de fonte dans la continuité, dans l'angle Est du bâtiment.

Le lavoir est proche du sol pavé : on y lavait à genoux, et un banc de pierre était placé contre le mur ouest.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit
résidu industriel en gros oeuvre
béton
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à deux pans
Typologies lavoir ouvert sur un coté
États conservations détruit
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa