Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

fontaine - lavoir - abreuvoir

Dossier IA88030931 réalisé en 2016
Appellations Lavoir de la Fontaine de la Paix
Dénominations lavoir, fontaine, abreuvoir
Aire d'étude et canton Vosges - Châtenois
Adresse Commune : Maconcourt
Adresse : rue Haute
Cadastre : 2012 B 133

En 1802, un projet de reconstruction de la fontaine de la rue Haute est rédigé par Abel Mathey père, architecte à Neufchâteau, mais ne sera pas réalisé par manque de fonds. Cette nouvelle fontaine, nommée Fontaine de la Paix était à établir à la place de l’ancien gayoir qui était à combler. L'architecte prévoyait la réparation de l’ancien réservoir, le remplacement des conduites en poterie par des tuyaux de bois de chêne scellés dans le ciment (diamètre : 6,5cm) avec un assemblage avec des frettes (viroles) en fer, et la construction d’un aqueduc pour conduire les eaux du lavoir au gayoir à établir en bas de la rue. La fontaine se composait de 3 auges en pierre (96x300x65cm) avec vidange au fond, et d'une colonne d'alimentation (appelée château d'eau) qui possédait une fondation en pierre soutenant un réservoir (70x70x140 cm), surmonté d’une colonne tronquée de 50cm de diamètre et de 1,3 mètres de haut profilée et portant une bande en bossage l’inscription gravée suivante en caractères en italique « A la Paix », le refond était à remplir de couleur noire broyée à l’huile.

Pour compléter ce projet de fontaine de la Paix, une fontaine de la Reconnaissante devait aussi être établie près de l'arbre de la Liberté devant l’Église.

Finalement, la commune n'obtient pas l'autorisation de couper son quart de bois en réserve, et n'a pas les moyens de financer cette construction, qui est abandonnée.

En 1811, Abel Pierre Mathey père (architecte) réalise alors les plans d’une fontaine, abreuvoir et lavoir à ciel ouvert, plus modestes. La fontaine abreuvoir est composée de colonne d'alimentation, de deux bassins en pierre, et de deux autres bassins en bois. L'eau alimente ensuite le lavoir qui est séparé de l'abreuvoir par un muret et des bornes de pierre. Sur ce plan, l'architecte Abel Mathey a employé le terme de "Cippe" pour désigner la colonne d'alimentation de la fontaine, ce qui est inhabituel dans les Vosges et pour l'architecte. Et en matière d'architecture antique "un cippe" désignant une stèle en pierre portant une inscription et qui servait de stèle funéraire, de mémorial, l'architecte n'avait peut-être pas complètement abandonné l'idée de fontaine commémorative de 1802. (la borne-fontaine actuelle ne porte pas de trace d'inscription). En 1866, le mur de soutènement adossé aux auges du lavoir-abreuvoir est rétabli, selon les plans de Bourion (architecte), par Adolphe Grandidier, entrepreneur à Repel pour 3762frcs. En 1895, la fil de tuyaux de la fontaine de la rue Haute est remplacée par des corps en fonte selon les plans de l’agent-voyer de Châtenois pour 4000frcs.

(sources : AD88 - série 2O290/10)

La fermeture et la couverture du lavoir ont été probablement réalisées au début du 20e siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle, 1er quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1802, daté par source
1811, daté par source
1866, daté par source
1895, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mathey Abel Pierre, dit(e) Mathey Père,
Abel Pierre Mathey , dit(e) Mathey Père

Abel Pierre Mathey, dit Mathey père, est le père de Abel Antoine Mathey (architecte).

Abel Pierre Mathey est ingénieur, et architecte de l’arrondissement de Neufchâteau, à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Bourion,
Bourion

Bourion est architecte dans la seconde moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Maconcourt (1866), à Chermisey (1867), et Maxey-sur-Meuse (1870).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Grandidier Adolphe,
Adolphe Grandidier

Adolphe Grandidier est entrepreneur à Repel dans la seconde moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Maconcourt (1866).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

La fontaine-lavoir-abreuvoir est située dans la partie haute de Maconcourt, à la bordure Est. Une borne fontaine en pierre permet l'alimentation en eau de 4 bassins d'abreuvoirs rectangulaires en pierre. L'ensemble est adossé à un muret de soutènement en pierre de taille. L'eau est ensuite acheminée dans un bac de rinçage carré, puis un bassin de lavage rectangulaire. Ces deux derniers bassins sont abrités dans une construction de plan rectangulaire, avec portes et fenêtres, couverte d'un toit à longs pans. Les murs sont établis en moellons et pierres de taille pour les chaînes d'angles et les encadrements des ouvertures. Toutefois, un traitement particulier est réservé à la façade antérieure qui est en partie bâtie en briques de laitiers grises et en briques rouges dessinant deux losanges. De plus, l'organisation des ouvertures reprend le modèle de la serlienne, ce qui est atypique dans le département des Vosges. L'arc central est fermé d'une grande baie vitrée.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit
résidu industriel en gros oeuvre pierre avec brique en remplissage
brique
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à deux pans
Typologies lavoir clos avec portes et fenetres
Techniques sculpture
maçonnerie
Représentations ornement architectural, losange
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa