Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fontaine de dévotion de Saint-Elophe

Dossier IA88031050 réalisé en 2015

Fiche

Précision dénomination Saint-Elophe
Appellations Fontaine Saint-Elophe
Dénominations fontaine de dévotion
Aire d'étude et canton Vosges - Coussey
Hydrographies Le Vair
Adresse Commune : Soulosse-sous-Saint-Élophe
Lieu-dit : Petit bois au sud-est de Église Saint-Elophe
Cadastre : 2016 YP 64

La fontaine Saint-Elophe est construite à l'emplacement d'un miracle de saint Elophe (3e quart du IVe siècle). Après sa décapitation par Julien l'Apostat, il serait remonté sur la colline vers le lieu de sépulture qu'il a choisi. En chemin, il se serait arrêté, aurait frappé de son bâton le rocher et fait jaillir un filet d'eau, afin de pouvoir se laver sa tête.

L'eau est réputée pour ses vertus curatives, notamment contre la fièvre. Les fidèles y lavaient leurs pieds et leur linge.

L'entrée de la chambre couvrant la source est surmontée d'un tympan, pourrait remonter au 16e ou 17e siècle, au moment où le père Machon, relance et enrichit la légende des saints céphalophores autour de Grand. (cf. Colin Marie-Hélène. Les saints Lorrains : entre religion et identité régionale. 2006)

Des restaurations ont eu lieu probablement en 1873 et en 1988. Il semble que des ex-votos de remerciement soient trouvables aux abords.

Période(s) Principale : 3e quart 4e siècle , daté par tradition orale , (?)
Principale : 16e siècle, 17e siècle , daté par source , (?)
Secondaire : 3e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 4e quart 20e siècle , daté par tradition orale
Dates 1873, daté par travaux historiques
1988, daté par tradition orale

La fontaine Saint-Elophe est isolée dans un bois au sud-est de l'église de Saint-Élophe. Elle fait partie du sentier commémoratif de pèlerinage de saint Elophe. La source est abritée par une petite cave carrée voûtée utilisant la dénivellation du coteau. La porte d'entrée, fermée d'une grille de fer, est surmontée d'un tympan roman en plein cintre souligné d'une corde et orné d'une croix de Malte et de deux colombes. Au-dessus, une croix (en remploi ?) porte la mention IHS au revers. A l'intérieur, la source sort du mur du fond (asséchée en été) et se déverse dans un bassin carré excavé, puis alimente un bassin circulaire au centre de la pièce. L'eau est ensuite évacuée par une rigole à la droite de l'escalier. Le sol est pavé et deux banquettes en pierre de taille sont placées de part et d'autre de l'escalier d’accès, pour le repos des pèlerins. La première marche de l'escalier est creusée d'un triangle qui marque, selon la légende, l'empreinte des gouttes de sang tombées de la tête du saint.

Murs calcaire pierre de taille
Toit calcaire en couverture, terre en couverture
Plans plan carré régulier
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures extrados de voûte
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Typologies source, fontaine de dévotion, fontaine curative
Techniques sculpture
Représentations croix de Malte, colombe, monogramme, croix
Mesures l : 250.0 cm
h : 250.0 cm

Références documentaires

Bibliographie
  • Les Saints lorrains : entre religion et identité régionale, fin XVIe- XIXe siècle / Marie-Hélène Colin. - Nancy : Ed. Place Stanislas, 2010. - 284 p. : ill., plans, cartes ; 22 cm. Dictionnaire des saints lorrains p. 232-273. Publication de sa thèse soutenue en 2006. Travail universitaire édité sur le site Internet http://petale.univ-lorraine.fr.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa