Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

fontaine - abreuvoir de Jeanne d'Arc

Dossier IA88031006 réalisé en 2016

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Précision dénomination de Jeanne d'Arc
Appellations fontaine Jeanne d'Arc
Dénominations fontaine, abreuvoir
Aire d'étude et canton Vosges - Bulgnéville
Adresse Commune : Médonville
Adresse : place Jeanne d'Arc

Dès 1863, un projet de remplacement du lavoir existant sur la place principale de Médonville est envisagé. Un avant-projet est alors dressé par Louis Victor Fourquin, architecte, pour la construction d’un abreuvoir et la reconstruction du lavoir qui est mal établi, insalubre, vétuste. Il est alors proposé de déplacer le lavoir pour agrandir la place, et profiter de l’occasion pour y placer une fontaine ornementée qui sera un motif d'embellissement et de salubrité. Le projet prévoit une fontaine en fonte de 3577 kg (bassin et colonne d'alimentation) et une évacuation des eaux vers le nouveau lavoir. Toutefois, le projet est ajourné en 1867, car les travaux de l'église mobilisent tous les fonds disponibles. Un plan de 1865, établi par Vautrin, architecte à Nancy, montre la présence de l'ancien lavoir de plan rectangulaire à la place de la fontaine actuelle. En 1886, le projet est relancé et de nouveaux plans sont réalisés par Joseph Michaux, architecte à Sartes. Il prévoit le déplacement du lavoir et du local pour les pompes à incendie dans la rue de la Terrasse, et la construction d'une fontaine de fonte. Un dessin de cette fontaine montre une colonne d'alimentation ornée de mascarons et de volutes en bas-relief, de putti avec des coquillages, l'ensemble étant surmonté d'une statue nue avec un oiseau. L'iconographie de la fontaine a été complètement modifiée en 1887 selon les dessins établis par Martin Pierson, fondeur de l'Union internationale artistique de Vaucouleurs, pour aboutir à la fontaine de Jeanne d'Arc, actuellement existante. Les travaux de mises en œuvre de cette fontaine sont alors réalisés par Raoulx-Claudel entrepreneur à Nancy, pour 18 338,87 francs. (sources : AD88 - E dpt 301/1O7 ; 2O308/10). La fontaine porte plusieurs inscriptions portées sur la colonne d'alimentation "MDCCCLXXXVII". La signature "VARIGNEY / Hte SAONE" est apposée sur le bassin, "UNION ARTISTIQUE / DE VAUCOULEURS" et "L.GASNE / MAITRE DE FORGES / A TUSEY (MEUSE)" sur la colonne d'alimentation, "UNION ARTISTIQUE / DE VAUCOULEURS" et "L.GASNE / MAITRE DE FORGES / A TUSEY (MEUSE)" sur le socle de la statue. Celle-ci a été conçue d'après un modèle de Paul Aubert, sculpteur.

Période(s) Secondaire : 3e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 4e quart 19e siècle , porte la date, daté par source
Dates 1863, daté par source
1886, daté par source
1887, daté par source, porte la date
Auteur(s) Auteur : Fourquin Louis-Victor,
Louis-Victor Fourquin (1816 - 1880)

Louis-Victor Fourquin nait en 1816, de Charles Adrien Fourquin (tailleur de pierre puis entrepreneur de travaux publics) et de Marguerite Petit. Il épouse Catherine Thérèse Elisa Vouillemont.

Il est architecte de l'arrondissement de Neufchâteau (1841-1856), architecte à Saint-Ouen-lès-Parey (1857-1858), membre des service des travaux communaux de la ville de Saint-Ouen-lès-Parey (1871).

source : "Répertoire des architecte nés ou actifs dans les Vosges 1800-1940, Conseil Général des Vosges. 2007"


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Michaux Joseph,
Joseph Michaux

Architecte à Neufchâteau (1882-1885) puis à Sartes (1886-1893).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : union internationale artistique de Vaucouleurs,
union internationale artistique de Vaucouleurs

En 1865, Martin Pierson crée l'Institut catholique de Vaucouleurs pour produire des statues religieuses en pierre, en plâtre, en terre cuite et en fonte de fer. Elle devint en 1881 l'union internationale artistique de Vaucouleurs. Martin Pierson meurt en 1900, son fils Charles lui succède. Éprouvée par la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905, l'entreprise s'oriente vers les fontes d'art (notamment des monuments aux morts. Charles Pierson mourut en 1923. L'entreprise est clôturée en 1967, après un long déclin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur, attribution par source, signature
Auteur : Raoulx-Claudel,
Raoulx-Claudel

Raoulx-Claudel est entrepreneur à Nancy dans la seconde moitié du 19e siècle. Il intervient notamment à Médonville (1887)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Fonderie de Varigney,
Fonderie de Varigney

L'usine métallurgique dite forges de Varigney est située à Dampierre-lès-Conflans (Haute-Saône) (cf. IA70000178).

Un fourneau a vraisemblablement fonctionné au début du 17e siècle, puis le site de Varigney est amodié en 1719 par l'abbaye de Clairefontaine à Jean-Baptiste Perreur, d'Epinal, pour y établir un haut fourneau, lequel semble déjà construit en 1728. Acheté vers 1790 par Claude-Antoine Vuilley, le haut fourneau est alors loué à Pierre-François Galaire, maître de forges à Port-sur-Saône (70) , lequel s'associe à Jean-Baptiste Patret. En 1827, Jérôme-Auguste Patret succède à son père Jean-Baptiste à la tête de l'établissement. Il fait édifier un atelier de fonte de seconde fusion en 1834. Son gendre, Albert Ricot, ingénieur des Ponts et Chaussées, lui succède en 1862. Il recentre l'activité vers la fonderie de seconde fusion et travaille pour les compagnies de chemin de fer et les services des Ponts et Chaussées.

Un nouvel atelier de fonderie est construit en 1862-1863, et le haut fourneau réduit progressivement son activité et s'éteint vers 1870. La fonderie de seconde fusion se développe et produit des pièces, telles que poteaux indicateurs, plaques de route, abreuvoirs, lavoirs, bassins de fontaine, poêles, ainsi que du matériel ferroviaire.

Marcel Nicolas, gendre d'Albert Ricot, lui succède en 1902 sous la dénomination Nicolas-Ricot. Après la Première Guerre mondiale, la fonderie modernise son équipement (acquisition de démouleuses à main) , se lance dans l'émaillage des fontes et élargit sa gamme d'appareils de chauffage (cuisinières, fourneaux, calorifères en fonte brute et émaillée). En 1919 est créée la société anonyme des usines de Varigney, dirigée par Henri Barret, gendre de Marcel Nicolas. L'établissement, devenu SARL Fonderie et Ateliers de Varigney et dirigé par Denis Rousse, poursuit difficilement son activité après la Seconde Guerre et ferme ses portes en 1955.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur, signature
Auteur : Fonderies de Tusey ,
Fonderies de Tusey

Pierre-Adolphe Muel (issu d’une famille de maîtres de forges à Sionne dans les Vosges) construit une fonderie à Tusey à coté de Vaucouleurs (Meuse) de 1832 à 1835. La fonderie de Tusey s’orientent, dès l’origine, vers la fabrication d’objets artistiques en fonte de fer. Muel coule les deux fontaines et seize colonnes rostrales de la place de la Concorde (1837-1838).

Muel s’associera à Wahl en 1840. Puis l’usine sera reprise par Edouard Zegut (1862-1874), ancien régisseur de la fonderie du Val d’Osne. Louis Gasne lui succédera en 1874.

A partir de 1887, l’entreprise prend de l’importance, grâce notamment à une médaille d’or remportée lors de l’Exposition universelle de 1889. La fonte à cire perdue est pratiquée en plus de la fonte au sable, ce qui différencie Tusey des autres fonderies contemporaines de la région.

Entre 1896 et 1949, l’usine passera entre les mains de Dufilhol et Chapal, puis Dufilhol (1897-1904). En 1904, après la faillite de Dufilhol, l'usine est rachetée par Laurent Chevailler qui lui apporte une nouvelle prospérité. La guerre de 1914-1918 met fin à la fabrication des statues : on fabrique des grenades citrons. Après 1918, on reprend la fabrication des statues et du mobilier en fonte, tout en commençant celle de la pièce mécanique qui deviendra prépondérante après 1925 et la seule production après 1935. Les fonderies de Tusey fusionneront en 1949 avec les Ateliers et Fonderies de Meuse (ancienne Fonderie Jeanne d’Arc à Vaucouleurs), qui deviendront Fonderies de Vaucouleurs en 1961. Le site de Tusey est abandonné en 1963.

Les modèles de Tusey ont été rachetés par Capitain-Gény et Salin (maîtres de forges et beaux-frères) et un certain nombre d’entre eux figurent aujourd’hui dans le fonds de modèles Ferry-Capitain.

(cf. IA00121217)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur, attribution par source
Auteur : Aubert Paul,
Paul Aubert (1853 - )

Paul Aubert est né en 1853. Il est élève de Dumont et Truphème à l’École des beaux-arts de Paris, et expose au Salon de 1879 à 1914. Mention honorable

en 1886 et médaille de troisième classe en 1894.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par travaux historiques

La fontaine Jeanne d'Arc est située sur la place principale de Médonville. Elle est composée d'un bassin circulaire en fonte, avec au centre un socle de pierre sur lequel est posée une colonne d'alimentation en fonte à 4 jets. Celle-ci est ornée sur les quatre faces d'écussons aux armes de Jeanne d'arc, encadrés de branches de laurier et de chêne, surmontés des mentions "VIVE LABEVR" (face sud) ; "1412-1431" (face ouest) ; "JHESVS MARIA" (face nord) ; "EN NOM DIEV" (face est).

L'ensemble sort de piédestal à une statue en fonte représentant Jeanne d'Arc, correspondant à la figure n°57 Jeanne d'Arc au sacre, dans le catalogue de la fonderie de Tusey (1896).

Murs fonte
grès pierre de taille
Plans plan régulier
Typologies fontaine circulaire, fontaine d'ornement avec statue
Techniques fonderie
Représentations sainte Jeanne d'Arc épée, fleur, fleur de lys, couronne, laurier, chêne, ruban, ornement végétal, croix de Lorraine, armoiries, arc, armure, drapeau, croix de Lorraine
Précision représentations

La colonne d'alimentation porte sur quatre faces d'écussons aux armes de Jeanne d'Arc (une épée couronnée, flanquée de deux fleurs de lys), encadrés de branches de laurier et de chêne. Les inscriptions sont encadrées de croix de Lorraine. Les angles et les mascarons sont ornés de feuillages.

La statue sommitale représente Jeanne d'Arc, debout en armure, un bassinet à ses pieds. Elle tient contre elle, par sa main gauche, un drapeau à fleurs de lys, et sa main droite est posée sur son cœur. Derrière sa jambe gauche, un socle avec un arc trilobé maintient la structure.

Mesures :
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa