Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme n°7, dite Le Château

Dossier IA88031841 réalisé en 2018

Fiche

Appellations Le Château
Parties constituantes non étudiées fontaine
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Dompaire - Dompaire
Adresse Commune : Vaubexy
Adresse : rue du Château
Cadastre : 2018 B 1006 communs ; 2018 B 1007 cour ; 2018 B 1008 logis principal ; 2018 B 1009 logis secondaire ; 2018 B 1010 communs

La ferme n°7 de Vaubexy, qui a probablement été établie dans la seconde moitié du 18e siècle, par Patrice de Bietag, issue d’une famille noble irlandaise (source orale) à l’emplacement de l’ancien château de Vaubexy. Celui-ci appartenait aux seigneurs d'Ubexy, avant sa destruction en 1635, pendant la guerre de Trente ans. Suite à une altercation, les troupes Lorraines l'ont en effet incendié pour qu'il ne serve par de base aux Français (sources : Idoux. Les ravages de la guerre de Trente ans dans les Vosges.1912).

L’appellation « Le Château » est présente sur la carte d’état-major et le cadastre napoléonien (1841). Le plan d’une enceinte avec 4 tours d’angle apparait avec la mention « château ruiné » sur la carte des Naudins (2e quart 18e siècle), mais pas de mention sur la carte de Cassini (milieu du 18e siècle). Le site a servi de carrière pour les constructions du village, et les fossés ont été comblés pour servir de prairie (cf. Lepage et Charton).

La porte charretière de l'aile sud-est portait la date "1773", détruite (source orale).

La fontaine dans la cour semble dater de la fin du 18e siècle.

Des modifications ont été apportées au 19e siècle. Le logis a été reconstruit (?) vers 1905.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle , daté par tradition orale, porte la date
Secondaire : 19e siècle, 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1773, daté par tradition orale, porte la date
1905, daté par tradition orale
Auteur(s) Personnalité : Bietag (de) Patrice,
Patrice Bietag (de)

Patrice de Bietag est brigadier natif de Nouure (Knoore) diocèse de Dublin. Il est le fils de François de Bietagh, sire de Donhover et de Margueritte de Fleming qu'il épouse le 8 février 1701 à Dompaire (Vosges). (sources : Richard-Maupillier, Frédéric. “The Irish in the Regiments of Duke Leopold of Lorraine 1698-1729.” Archivium Hibernicum, vol. 67, 2014, pp. 285–312. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/44471095.)

Patrice de Bietag aurait été écuyer du Duc de Lorraine (sources orale).

Patrice de Biétagh, résident à Dompaire, épousa le 27 octobre 1733, la veuve de François Mondoré. Ils eurent un fils Antoine de Biétagh qui devint officier « au service de sa majesté impériale ». Il figure comme émigré sur les cahiers de vente des biens nationaux. Une de ses filles épousa un membre de la Famille de La Lande de Damas, et l’autre Jean Grandidier de Bazegney. (sources : Nicolle, A. Communes de Bouzemont et Bazegney (Ban de Bouzemont), état d'une communauté rurale à la veille de la Révolution de 1789. 1er mars 1889. AD88 -11T16/53).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, attribution par tradition orale

La ferme n°7 de Vaubexy est située à l’emplacement de l’ancien château médiéval, qui est séparé du village par le Ruisseau de Gérard Champ, canalisé pour le moulin installé entre les deux (détruit). On accède au site par une allée plantée de deux tilleuls, mettant en scène l’entrée dans l’enceinte.Cette grande ferme est composée de plusieurs corps de bâtiment implantés en forme de U autour d’une cour, fermée par un mur de clôture au nord-ouest. Celui-ci est ouvert par un portail dont les piédroits sont en pierre de taille.

Le logis principal est en face, au sud-est. Il se présente sous la forme d’un pavillon à la façade ordonnancée, ostentatoire, avec une alternance de pierre de taille et de briques en terre cuite, et une haute toiture couverte d’ardoise, ouverte de trois lucarnes. Surélevé au-dessus d’une cave haute, ce logis est accessible par une porte piétonne qui est valorisée par un escalier extérieur et une marquise. Le bâtiment a été agrandi au nord, par l’ajout d’une pièce supplémentaire sur deux niveaux, sous un toit à un pan. Un jardin potager enclos a été établie au sud.

Les dépendances agricoles ferment la cour au nord-est et au sud-ouest. Le corps au nord-est se compose d’une alternance de deux étables et de deux granges, avec un cellier aux deux extrémités et une buanderie au nord. La partie la plus à l’Est a été dénaturée par l’agrandissement de la porte charretière qui était surmontée d’une agrafe datée « 1773 » (source orale). Un colombier de plan carré, couvert d’un toit en pavillon est accolé à l’Est. Une fontaine est établie contre le mur de clôture, abritée sous un appentis sur poteaux de bois. En calcaire, elle est formée d’une colonne d’alimentation de section carrée, surmontée d’une corniche et d’une pyramide. L’eau se déverse dans deux abreuvoirs rectangulaires de chaque côté.

La dépendance sud-ouest est constituée de deux étables placées de part et d’autre de la grange, et de deux logis de domestiques. L’un est en largeur, et l’autre est en profondeur le long du mur pignon. Ils partagent la même porte piétonne qui est surélevée de quelques marches et couverte d’une marquise plus sobre que celle du logis principal. Une remise a été ajoutée contre le mur de clôture à l’ouest.

La structure des dépendances est construite en moellons de grès enduits. Les encadrements des baies sont en pierre de taille à linteau droit, hormis un segmentaire délardé. Les portes de grange ou de cellier qui n’ont pas été dénaturées sont en plein cintre, surmontées d’une agrafe. L’ensemble est abrité par des charpentes de bois à longs pans, couvertes de tuiles mécaniques.

Murs grès moellon enduit
brique brique et pierre
Toit tuile mécanique, ardoise
Plans plan régulier en U
Étages 1 étage carré, sous-sol, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Typologies Ferme à plan en U, Femre à plusieurs corps de batiment
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations ornement architectural, agrafe ornement végétal, fleur
Précision représentations

Les portes piétonnes des deux logis sont partiellement vitrées et munies de grilles en fonte à motifs géométriques et végétaux. Elles sont surmontées d'une marquise en fer, et mises en valeur par un escalier, avec garde-corps. Les encadrements des ouvertures du logis principal sont composés d'une alternance de briques et pierres.

La toiture est soulignée par une corniche de pierre moulurée et un bandeau en briques. Elle est surmontée d'un faitage métallique et de deux épis ornés de fleurs. Le colombier est aussi couronné d'un épi de faitage.

L'encadrement de la porte charretière de l'aile ouest est muni de moulures à la hauteur des chapiteaux et d'une agrafe moulurée.

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa