Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme n°40

Dossier IA88030116 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

  • Bas-relief
    Vrécourt, 13 rue Ménil (du) ; Aingeville, Moulin (Le), 12 rue Pont (du)
  • Bas-relief
    Vrécourt, 13 rue Ménil (du)
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Bulgnéville - Bulgnéville
Adresse Commune : Vrécourt
Adresse : 13 rue Ménil (du)
Cadastre : 2014 ZX 42 ; 2014 ZX 102 ; 2014 ZX 101

La ferme n°40 possède une structure qui remonte probablement au 18e siècle (voir antérieurement) avec des modifications au 19e siècle, l'ajout d'un logis en pavillon notamment. Au vu du blason situé au-dessus de la porte piétonne, la maison a appartenu à la Famille de Lavaulx, seigneurs de Vrécourt. Dans "Vrécourt, Pages d'Histoire", André-Léon Fontaine transcrit une description de l'état au 18e siècle : "Maison consistant en un logement de maître et un de fermier, deux granges, deux écuries de marcairerie, colombier, potager par derrière, chènevière au bout et verger sur le coté". Il précise également que la maison appartient en 1922, à M. Sauvageot (fabricant de charrues).

Remploi
Période(s) Principale : 18e siècle , daté par travaux historiques , (?)
Principale : 19e siècle , daté par travaux historiques
Dates
Auteur(s) Personnalité : Sauvageot ,
Sauvageot

L'atelier Sauvageot fabriquait des charrues, des socs et du petit matériel agricole à Vrécourt, à la fin du 19e siècle et au 20e siècle.

A la suite d’Édouard Blandin, Constant Sauvageot-Thouvenin prend la direction de la fabrique en 1894. C'est la plus importante de Vrécourt. Elle produit 400 pieces neuves par an et ses charrues sont demandées jusqu'à Gondrecourt ou Vaucouleurs.

Le 17 février 1925, Raymond Sauvageot, fabricant d’instruments aratoires dépose le modèle de fabrique de deux socs de charrue avec notice descriptive (AD88, 6U2/602). L'entreprise devient "Sauvageot frères" en 1927.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, attribution par source

La ferme n°40 est implantée parallèlement à la rue, au sud du bourg. Mitoyenne, elle est composée de 3 travées : une étable, une grange et un logis. Celui-ci est composée d'une cuisine au dessus d'une cave haute accessible depuis l'usoir par une porte dont le linteau est en plein cintre et à chanfrein. Un petit jour carré éclaire la pierre à eau et deux baies illuminent le reste de la cuisine. Un escalier avec une rampe de fonte permet l'accès à la porte piétonne, qui est surmontée d'un blason sculpté et s'ouvre sur un couloir. Ce logis a été agrandi par la construction d'un pavillon en avant sur l'usoir, dessinant ainsi un plan en forme de L. Des chambres ont été aménagées à l'étage. Les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille et à linteau droit, hormis celle de la cuisine qui sont à linteau segmentaire délardé.

La porte charretière est en plein cintre, et le sol de l'aire de battage est pavé. Les ouvertures de l'étable ont été modifiée (linteau de bois...) et une gerbière a été ouverte au-dessus, pour accéder au engrangement.

Le jardin est enclos d'un muret en pierre.

Plusieurs pierres sculptées sont conservées dans le bâtiment, provenant probablement du château de Vrécourt. Initialement incluses dans le mur de clôture, elles ont été nettoyées et placées dans la maison. L'une est brisée (la seconde partie se trouve remployée en façade du Moulin d'Aingeville).

Murs grès moellon enduit
Toit tuile mécanique, tuile creuse
Plans plan régulier en L
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
toit en pavillon
Typologies Ferme à pavillon, Ferme à plan en L
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations blason
Précision représentations

En remploi, un blason sculpté en bas-relief de trois tours, surmonté d'une couronne et encadré de deux branches de laurier. Un garde-corps en fonte accompagne l'escalier menant à la porte piétonne. Deux lanternes d'éclairage sont fixée en façade. La toiture du pavillon est souligné de lambrequins de bois. Deux épis de faitage couronne le pavillon. Le linteau de la porte d'étable en bois sculpté d'une accolade (récent). La porte piétonne avec une grille en fonte et la mention "TOUT PAR AMOUR" ont été rapportés récemment.

architecture rurale du canton de Bulgnéville 88

implantation parallèle
mitoyen oui
flint segmentaire délardé
flintcha cintré
mlint grès, bois
porte piétonne oui
flint2 droit
travée 3
fonction travée EGL
flamande non
pans de bois non
date non applicable
observation Ferme à pavillon formant un plan en L. Deux baies de cuisine. Cave haute sous la cuisine avec accès depuis l'usoir (arc en plein cintre). Jardin enclos d'un muret en pierre. Porte piétonne et linteau de la porte d'étable rapportés récemment. Lambrequins de bois sous la toiture. Plusieurs pierres sculptées sont conservées dans la ferme, provenant du château de Vrécourt. L'une est brisé (la seconde partie se trouve remployée en façade du Moulin d'Aingeville)
chaine d'angle chaine d'angle harpée
seuil non applicable
mobilier non vu
oculus jour rectangulaire donnant dans la cuisine certainement au-dessus de la pierre à eau, volet en bois disparu.

Références documentaires

Bibliographie
  • FONTAINE, André-Léon. Vrécourt. Pages d'histoire. Impr. Balan-Sedan, 1922. - VIII-467 p., suppl. p. 469-485. : ill., carte ; 23 cm.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa