Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme n°14

Dossier IA88031385 réalisé en 2017

Fiche

Appellations Maison Thiébaut
Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Bulgnéville - Bulgnéville
Adresse Commune : Bulgnéville
Adresse : 8 rue Gustave Déléris
Cadastre : 2017 D 103

La ferme semble remonter au 18e siècle, avec un agrandissement de la partie agricole au nord vers 1883-1884. Toutefois, elle porte des éléments qui témoigne d'une structure antérieure, datant probablement de la période gothique (baies et portes chanfreinées, linteau infléchi et baie trilobé).

Il semble d'un atelier de forgeron a été installé dans la partie agricole à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle.

Au nord de la façade ouest, la signature " H Bastien / 1921" ou "1931" a été tracé au doigt dans l'enduit, par le maçon.

L'ensemble a été acquis par la commune sur les héritiers Thiébaut et détruit fin octobre 2018, afin d'y construire une écoquartier. Dans un premier temps, la chambre à four n'a pas été détruit pour garantir la stabilité de la remise voisine (propriété privée). Une partie du mobilier a été conservé à l'écomusée des traditions locales, du lait et de la fromagerie de Bulgnéville.

Période(s) Principale : 16e siècle, 18e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Secondaire : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Secondaire : 1er quart 21e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Dates 2018, daté par travaux historiques
1883, daté par travaux historiques
1921, porte la date
Auteur(s) Auteur : Bastien Henri,
Henri Bastien

Henri Bastien est maçon à Bulgnéville dans la première moitié du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, signature

La ferme était située au centre de Bugnéville, en angle de rue, le long de la voie principale. Elle était composée d'un corps de bâtiment central, agrandi à plusieurs reprises. Celui-ci était constitué de deux logis de part et d'autre d'un couloir qui menait vers l'escalier allant à l'étage et un autre vers la cave. A l'arrière une étage et une grange avaient été complété par la construction d'un second espace agricole (une grange et une étable). A ce moment, la première grange avait été transformée en étable (porte charretière à encadrement chanfreiné bouchée). Dans cette seconde grange se trouvait un système de levage de chariot (croix de Lorraine ?) actionné par un treuil, pour décharger plus facilement le foin dans les greniers surmontant les deux étables de part et d'autre.

Le logis Est était constituée de deux pièces dont une cuisine avec une pierre à eau à gouttière d'évacuation visible en façade Est. Les deux pièces ont ensuite été utilisées en tant que chambres, en y installant deux cheminées dos-à-dos, quasiment identiques hormis les décors du trumeau (18e siècle). L'avant-foyer était pavé de carrelages pour protéger le parquet. D'un coté, se trouvait un poêle en faïence Art Nouveau à motifs de chardon et croix de lorraine (conservé à l’Écomusée), de l'autre un soufflet de forgeron (conservé à l’Écomusée). Au dessus, se trouvait deux chambres avec des placards et 3 alcôves : l'une abritait un lit bateau (conservé à l’Écomusée), les deux autres étaient fermées par des panneaux de bois partiellement grillagés. En dessous de ce logis Est, se trouvait une cave voutée.

Le logis ouest est composé d'une cuisine et d'un poêle attenant en profondeur, qui contenait une armoire et une maie (conservées à l’Écomusée). Une chambre à four a été ajoutée dans l'angle sud-ouest, formant un décrochement dans la façade rue G. Déléris. Appelée la "petite cuisine", une pierre à eau se trouvait sous la baie et un escalier menant à l'étage. Une chambre avec salle de bain a aussi été accolée en façade ouest, accessible par le poêle. Juste au nord, cette façade possédait une baie chanfreinée à linteau trilobé et une porte d'étable cintrée, qui avaient été murées.

Murs grès moellon enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré, sous-sol
Couvertures toit à longs pans croupe
Typologies Ferme à double logis
États conservations détruit après inventaire
Techniques peinture
Représentations ornement architectural
Précision représentations

Les façades des logis sont soulignées de fausses chaines d'angles harpées peintes.

architecture rurale du canton de Bulgnéville 88

implantation parallèle
mitoyen oui
flint segmentaire délardé
flintcha droit
mlint IPN, grès
porte piétonne oui
flint2 droit
travée 4
fonction travée EGEL/L/MO
flamande non
pans de bois non applicable
date non applicable
observation fausses chaines d'angles harpées peintes. détruite après inventaire.
chaine d'angle fausse chaine d'angle
seuil non applicable
mobilier non vu
oculus non
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa - Lejuste Jean-Marc
Jean-Marc Lejuste

Jean-Marc Lejuste a notamment réalisé des études de pré-inventaire sur le canton de Bulgnéville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.