Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme n°12

Dossier IA88031830 réalisé en 2018
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Dompaire - Dompaire
Adresse Commune : Racécourt
Adresse : 6, 8 Grande Rue
Cadastre : 2018 AA 43 ; 2018 AA 45

La ferme n°12 de Racécourt remonte probablement à la première moitié du 19e siècle. La partie nord de l'ensemble a été victime d'un incendie vers 1900. Une annexe agricole a été reconstruite à la place. L'annexe située à l'ouest semble avoir survécu à l'incendie. Les occupants auraient été alors métayers de la famille Mathis, dont la résidence domine la rue (source orale). La toiture a été refaite récemment.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle , daté par travaux historiques , (?)
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par tradition orale
Dates 1900, daté par tradition orale
Auteur(s) Personnalité : Mathis Ernest,
Ernest Mathis (1832 - 1908)

Ernest Mathis est né en 1832 à Valleroy-aux-Saules, et mort en 1908 est le fils de Jean-Baptiste Mathis (1803-1876) et Anne-Marguerite Didelot à Valleroy-aux-Saules. Il a épouse Fanny Mathis, sa cousine (née en 1836 à Racécourt, morte en 1919), fille de François Mathis (1806-1870) et Marie-Thérèse Leclerc (1817-1868). Ils ont un fils Alfred Mathis (1860-1942).

Ernest Mathis a été maire de Racécourt. Il y est un cultivateur aisé employant plusieurs domestiques.

cf : Grivel, Gilles. Les familles Résal et Mathis, notables engagés dans la vie politique locale. dans Le pays de Dompaire. Journées d'études vosgiennes (14-16 octobre 2011 ; Dompaire). Epinal : Fédération des sociétés savantes des Vosges, 2012.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, attribution par travaux historiques

La ferme n°12 de Racécourt est située au sud du village, près de la rivière de La Gitte et du lavoir, en bordure de la Grande Rue qui est perpendiculaire à la rue principale. Cette grande ferme comporte trois travées : une étable, une grange et un logis en largeur. Celui-ci est constitué d’au moins trois pièces au rez-de-chaussée (cuisine, poêle et chambre) prenant le jour sur la rue (façade Est), des chambres au-dessus au-premier étage et une cave en-dessous. Le 3e niveau visible en façade antérieure est en réalité un étage de combles servant de greniers pour sécher le houblon (utilisé notamment par la Brasserie de Charmes). On entre dans le logement en passant par la porte piétonne de la cuisine. Toutefois, une seconde porte piétonne plus soignée a été installée au nord du logis, avec un escalier desservant l’étage, après la destruction de la partie agricole.

La haute façade antérieure (façade Est) qui domine les autres constructions du village est soignée et ostentatoire : bandeaux en pierre de taille séparant les niveaux, chaines d’angle, corniche soulignant la toiture, baie d’étable similaire à celles du logis, faux étage d’habitation au 3e niveau…

La structure est construite en moellons de grès enduits, et les encadrements des baies sont en pierre de taille à linteau droit. L’ensemble est abrité par une charpente de bois à longs pans avec croupes, couverte de tuiles mécaniques.

L'annexe agricole construite au nord du corps principal est constituée d'une étable de part et d'autre de la grange. Également en moellons de grès enduits, les encadrements de ses baies en pierre sont plus modestes, et la toiture à deux pans est plus simple.

Des appentis servant de bûcher et de remise sont établis à l’arrière.

Murs grès moellon enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré, comble à surcroît, sous-sol
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre
Techniques sculpture
fonderie
Représentations ornement architectural ornement végétal, oiseau, fleur, dragon
Précision représentations

La porte piétonne nord à imposte vitrée est protégée par une grille en fonte et de panneaux à motifs végétaux s'enroulant autour de médaillons incluant des oiseaux, des dragons et des fleurs. Elle est surmontée d'une corniche. La porte piétonne sud est ornée de chevrons. Les niveaux sont séparés par des bandeaux en pierre de taille et la toiture est soulignée par une corniche.

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa