Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme du château de Roncourt

Dossier IA88031527 réalisé en 2017

Fiche

Voir

Précision dénomination de Roncourt
Appellations communs du château de Roncourt
Parties constituantes non étudiées colombier
Dénominations ferme, château
Aire d'étude et canton Bulgnéville - Bulgnéville
Adresse Commune : Hagnéville-et-Roncourt
Lieu-dit : Roncourt
Adresse : 1 rue Château (du)
Cadastre : 2017 AB 31 colombier ; AB 32 ferme/commun ; 2017 AB 33 chateau

"En 1202, Thibaut, comte de Bar établit sur les habitants de Romont une redevance" (sources : Lepage et Charton).

A la fin du 16e siècle (1583), la seigneurie de Roncourt est donnée par René d'Anglure, seigneur de Lignéville, de Bourlémont et gouverneur de La Mothe à la famille à la famille Menu qui vient d'être anoblie par le duc Charles III de Lorraine (sources : Pelletier, Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Chez Thomas père et fils Imprimeurs-libraires, 1758).

La seigneurie est ensuite transférée à Nicolas Hennequin, comte de Fresnel (vers 1760), puis au sieur de Stack (originaire d'Irlande) en 1784. Le château de Roncourt est semble-t-il à l'abandon au 18e siècle, le comte de Fresnel ne s'en servant que rarement comme un "pied-à-terre de chasse". Lors de son acquisition, M. de Stack dépense 30 000 francs pour sa reconstruction et 22 000 francs pour les peintures du salon et des autres pièces. Le domaine comprend alors aussi une grande ferme, un colombier, des engrangements et des écuries. La chapelle initialement en bois sur un caveau humide, dépendait à l'origine du château et a été cédée à la commune de Roncourt vers 1800. Sa cloche est bénie en 1774. Elle est bordée au nord par le cimetière jusqu'à son déplacement en 1786. (sources : Monographie de Roncourt - 1888 - AD88-11T28/292). Reconstruite à la fin du 19e siècle, la chapelle utilise des éléments remployés provenant peut-être de l'ancienne chapelle : colonnes, pierres sculptées et des panneaux de bois de la porte d'entrée...

Par mariage, le domaine passe au début 19e siècle aux familles de Fleury, puis Bigot en 1864. Il est utilisé en tant que ferme au début du 20e siècle (vers 1906). Les communs servant d’engrangement sont dépouillés des aménagements intérieures et le corps de bâtiment sud est détruit. Dans la grange, la date "1959" a été tracée dans l'enduit (non vue). Le château est acheté en 2006 par Yann Wehrling (illustrateur et homme politique) pour en faire des tables et chambres d’hôtes. Le colombier est en cours de rénovation en 2017, en prévision d'y installer une chambre.

Une annexe accolée en façade Est a été détruite (visible sur le cadastre napoléonien de 1841, et plusieurs pierres d'encadrement ont été trouvées enterrées lors de la fabrication de la terrasse récemment). Des vestiges enfouis non loin à l'est du château laisse à penser à un autre corps tel que suggéré sur le schéma dressé à la fin de la Monographie de Roncourt, par Crouvisier en 1888 (AD88-11T28/292).

Période(s) Principale : 18e siècle, 4e quart 18e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle, 1er quart 21e siècle , daté par tradition orale
Dates 1784, daté par source
1859, porte la date
2017, daté par travaux historiques

La propriété du château de Roncourt est située le long de la route entre Beaufremont et Saint-Ouen-lès-Parey. Elle est actuellement composée d'un pavillon d'habitation à l'est, d'un colombier de plan circulaire accolé à deux fermes au nord. Celle située à l'ouest est en ruine suite à un incendie. L'autre est constituée de trois travées (étable, grange, logis), dont l'intérieur a été détruit. Ses portes et les petits jours au-dessus sont en plein cintre. Le colombier est doté d'une cheminée qui a été ajoutée lors de la création d'un logis au rez-de-chaussée (probablement au 19e siècle).

La façade antérieure du logis (Est) a été placée dans l'alignement de la rue principale du village. Ordonnancées les ouvertures sont nombreuses et de grandes dimensions. La porte piétonne centrale, surélevée, possède un encadrement en pierre de taille surmonté d'une corniche moulurée. Elle s'ouvre sur un vestibule comprenant l'escalier desservant les chambres à l'étages. Au rez-de-chaussée, trois grandes chambres s'ouvrent vers l'est, avec chacune une cheminée sculptée. En façade ouest, deux autres chambres plus exiguës (avec des boiseries relevée en 1975) se trouve en partie sud. Au nord, un couloir dessert une chambre avec une alcôve et un placard, et la cuisine avec sa grande cheminée de pierre.

L'ensemble est construite en moellons de grès enduits avec des encadrements en pierre de taille, et couvert d'une toiture à longs pans avec deux croupes et trois petites lucarnes. La façade sud du château présente trois petites baies avec un fort ébrasement qui sont probablement en remploi du précédant château.

Une construction sur cave à coté de l'église, qui peut correspondre à l'ancienne chapelle et à un logement de manouvrier ou de gardien.

Murs grès moellon enduit
béton parpaing de béton
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré, étage de comble, sous-sol, en rez-de-chaussée surélevé
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
toit conique
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier en équerre, en maçonnerie
escalier intérieur : escalier en équerre, en maçonnerie
États conservations remanié
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations ornement architectural, trophée, instrument de musique volute, ornement végétal
Précision représentations

Les cheminées des chambres et leur trumeau portent des motifs sculptés : ornement architecturaux (pilastres...), médaillons, trophée d'instruments de musique (violon, flutes...).

La rampe de l'escalier intérieur est en fer forgé à motifs de volutes peinte en noir, avec de petits ornements feuillagés dorés.

architecture rurale du canton de Bulgnéville 88

implantation non applicable
mitoyen non applicable
flint cintré
flintcha cintré
mlint bois
porte piétonne oui
flint2 droit
travée 5
fonction travée EGLColombier Château
flamande non
pans de bois non applicable
date non applicable
observation non applicable
chaine d'angle non applicable
seuil non applicable
mobilier détruit
oculus jours rectangulaires sous la toiture

Références documentaires

Documents d'archives
  • Crouvisier. Monographie de Roncourt, 1888. Conservé aux Archives départementales des Vosges, Épinal, série 11T28/292.

    Archives départementales des Vosges, Épinal : 11T28/292
Bibliographie
  • Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Pelletier, Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Chez Thomas père et fils Imprimeurs-libraires, 1758.

    Conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon. Numérisé le 3 févr. 2012 et consulté le 29 nov. 2017 : https://books.google.fr/books?id=lVdr2U-XtN0C&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false.

    Bibliothèque municipale, Lyon
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa - Truttmann R.
R. Truttmann

Bénévole de l'Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.