Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ensemble de turbines hydrauliques des Hautes-Vosges

Dossier IM88004746 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations turbine hydraulique
Aire d'étude et canton Hautes-Vosges
Adresse

Les premières turbines hydrauliques destinées à équiper la petite industrie de la montagne vosgienne sont installées vers 1860. Elles sont destinées à remplacer les roues hydrauliques. Leur installation accompagne la modernisation de la petite industrie, et elle concomitantes de l’implantation d’ateliers de construction mécanique équipés de fonderies sur le massif vosgien. La turbine, conservée et attestée, la plus ancienne (1868), en l’état actuel de nos connaissances, est celle de la scierie Saint-Marc à Allarmont (IM88004724). Elle est installée dans le cadre de la rénovation des scieries domaniales du canton de Senones où le haut-fer à embiellage vient se substituer à la traditionnelle scie à bloc. Dans ce même cadre, d’autres turbines semblables l’ont précédée dès 1860 en faisant appel aux établissements Royer à Epinal. Durant cette même période les Ets Wiedemann à Rothau (alors dans le département des Vosges) diffusent un modèle similaire sur tout le massif. Parallèlement, les turbines de type Canson (IM88004725) se développent, mais là, les fabricants et les dates d’installation restent inconnus. Au début du 20e siècle les Ets Althoffer de Remiremont perfectionne cette turbine : injection variable et mise sous carter, ils fabriquent aussi les nouveaux modèles de turbines arrivés des Etats-Unis : Francis et Pelton. Dans cette même période les Ets Négri s’installent à Saint-Dié et produisent une turbine de technologie très simple de type Kaplan. Les Ets Beyer, installés à Saint-Dié depuis 1857 et spécialisés dans les organes de scieries et de vannage ont produit aussi quelques turbines immergées et syphoïdes.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Ensemble de petites turbines (puissance, généralement inférieure à 10 cv) utilisées pour la petite industrie dans les Vosges et fabriquées localement. Les premières turbines sont à axe horizontal, injection partielle et échappement libre centrifuge. Du fait de cette dernière caractéristique, elles sont placées à l’extérieure des bâtiments dans un local attenant qui leur est réservé d’où part le canal de fuite. Parfois elles sont simplement recouvertes d’une caisse en bois. La conduite forcée, initialement constituée de planches de bois (douves) assemblées et cerclées à la manière des tonneaux, est rapidement remplacées par des tuyaux en fonte de fer. La hauteur de chute excède rarement 10 mètres. Dans les scieries, elles sont généralement accouplées directement à l’embiellage et doivent avoir, lorsqu’elles entraînent un haut-fer, un régime d’environ 140 tr/mn.

Catégories production industrielle de l'énergie
Matériaux fonte de fer
acier

<publication MCC>versé 2014/02/07 EP</publication MCC><import cindoc>0198</import cindoc>

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Jean-Yves Henry