Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale n°1 Notre-Dame de L'Assomption (détruite)

Ensemble de deux verrières (détruites)

Dossier IM88030191 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations verrière
Aire d'étude et canton Corcieux - Corcieux
Adresse Commune : Corcieux
Adresse : place des Martyres
Cadastre : 2015 AC 6
Emplacement dans l'édifice sacristie

L'ensemble composé de 11 verrières a été créé à la fin du 19e siècle par un atelier non identifié. Le médaillon de deux d'entre-elles était composé avec le remploi de partie de vitraux du 16e siècle. D'après les travaux historiques du 19e siècle, ces deux vitraux seraient des donations de Laurent Pillard, le jeune (vers 1480-1571) chanoine et curé de Corcieux de 1517 à 1571, en mémoire de son oncle homonyme. L'ensemble a été détruit le 15 novembre 1944.

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , daté par travaux historiques
Dates

Ces deux verrières figuratives recomposées à partir de vitraux du 16e siècle étaient situées dans les murs nord et sud du chœur. L'une représentait la Vierge à l'Enfant et l'autre Laurent Pillard l'Ancien. Le chanoine et curé de Corcieux (milieu 15e, vers 1513) y était représenté avec ses armes (initiales LP et rose du chapitre de Saint-Dié) agenouillé devant saint Laurent tenant l'instrument de son martyr : le gril.

Catégories vitrail
Matériaux verre, coloré, peint
plomb, réseau
Mesures h : 75.0 cm
l : 60.0 cm
Précision dimensions

Iconographies Vierge à l'Enfant, figure biblique
saint Laurent, figure
armoiries
gril
Précision représentations

La Vierge est représentée assise, tenant l'Enfant sur ses genoux.

Laurent Pillard est représenté avec ses armes (LP et rose du chapitre de Saint-Dié) agenouillé devant saint Laurent avec son gril.

États conservations oeuvre détruite
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé au titre objet, 1905/11/30
déclassé, 1947/12/22

Annexes

  • bibliographie

    In Saint-Dié et ses environs Auguste Stegmuller, 1896 . Réédition 2000, p. 217-218

  • texte complémentaire

    In "Saint-Dié et ses environs" Auguste Stegmuller, 1896 (d’après Gaston Save) p. 217-218

    « Ce vitrail est le seul portrait que nous possédions de Piladius, et il est encore inédit. Il occupe une partie de la verrière moderne de la première fenêtre Sud du chœur, dans laquelle ou l'a encastré, il y a environ 30 ans, non sans en perdre une partie : car nous pensons que le chanoine, que l'on ne voit qu'à mi-corps, était autrefois en entier et agenouillé. Piladius est dans l'attitude de la prière, les mains jointes, le regard dirigé sur le vitrail qui lui tint: à la dextre (place d'honneur) du maître-autel, et qui représente la -Vierge tenant son enfant sur ses genoux. Ce vitrail est de la même époque et de la même main, se détachant, comme le premier, sur un fond rouge damassé.

    Le chanoine porte une robe noire à larges manches et à col très haut, recouverte d'un surplis au collet orné de broderies d'or. Ses cheveux blancs sont assez longs et bien fournis ; sa figure, d'un caractère vénérable et expressif, porte environ 70 ans. Comme on ignore la date de sa naissance, mais sachant qu'il avait environ 20 ans, quand il fut nommé sonrier de la ville eu 1517, on peut approximativement dater ce vitrail de 1567. A cette époque, 4 ou 5 ans avant sa mort, il était, depuis environ 7 ans, curé de Corcieux.

    Au-dessus de lui, son patron, saint Laurent est debout, la tête nimbée, vêtu d'une pèlerine blanche, à haut collet, bordée de galons et de cordelettes d'or, le col brodé de feuilles de chardon. Sous la pèlerine, se voient les manches d'une robe bleue. La tête est jeune et semble un portrait. Le saint ne porte qu'une mince couronne de cheveux. Il tient de sa main droite le gril, emblème de son martyre, et appuie l'autre sur l'épaule de Piladius, qu'il semble présenter à la Vierge.

    Piladius porte suspendu, par une courroie, à son bras gauche, un écu contenant les armoiries qu'il s'était choisies comme chanoine du chapitre insigne de Saint-Dié, suivant la coutume des XVe, XVIe et XVIIe siècles. Ces armoiries sont : d'azur à la rose de gueules, figée et feuillée de sinople, côtoyée d'une L et d'un P d'or. On sait que la rose était l'emblème héraldique du chapitre, et que presque tous ses membres la firent entrer dans leur blason. »

    Pillard Laurent l'Aine (milieu 15e-vers 1513) : né au cours du 15e à Pont à Mousson, chanoine de SD et curé de Cx. 17/04/1491. Fonde un autel à Saint-Laurent à SD et Cx. Fait composer 6 des 22 miniatures du graduel (les 2e, 9 10 16 17 18). Armes : d’azur au maillet d’or, côtoyé d’un L et P, liés d’une cordelette de même brochant le tout. 16e image représente saint Laurent avec son gril et LP à ses pieds, Corcieux au loin ? Testament du 1/09/1513.

    Pillard Laurent le Jeune (vers 1480-1571) : né vers 1480 près de Pont à Mousson, succède dans la charge de chanoine du chapitre de Saint-Dié à son oncle avant 1513, sonrier du Val, puis sonrier de la ville et curé de Corcieux. Teste en 1553 et meurt en 1571. Auteur des Rusticiades en 1541.

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Commune de Corcieux - Henry Jean-Yves