Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble de 5 maisons provisoires, baraques.

Dossier IA88030382 réalisé en 2015

Fiche

Précision dénomination Ensemble de 5
provisoires
Appellations baraque
Parties constituantes non étudiées jardin, logement, remise
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Gérardmer - Gérardmer
Adresse Commune : Gérardmer
Adresse : 3 rue Reiterhart
Cadastre : 2015 AD 166 baraque n°1
Adresse Commune : Gérardmer
Adresse : 11 rue Trois Maisons (des)
Cadastre : 2015 AL 226 Baraque n°2
Adresse Commune : Gérardmer
Adresse : 50 chemin Epinettes (des)
Cadastre : 2015 AN 281 Baraque n°3
Adresse Commune : Gérardmer
Adresse : 17 boulevard Saint-Dié (de)
Cadastre : 2015 AM 128 Baraque n°4
Adresse Commune : Gérardmer
Adresse : 2 chemin Cercenée (de la)
Cadastre : 2015 AT 104 Baraque n°5

Suite à la destruction de près de 85% de la ville lors du retrait des troupes nazies en novembre 1944, il est urgent de reloger les sinistrés, dans un premier temps dans des abris provisoires, avant la reconstruction proprement dite. En parallèle de la réparation des immeubles peu endommagés, des baraques sont alors élevées, généralement par les industriels et artisans locaux, selon les indications du Ministère de l'Urbanisme et de la Reconstruction. Propriétés de l'Etat, elles sont louées aux sinistrés pour un loyer très modeste.

Environ 500 constructions provisoires sont alors édifiées, principalement en 1945 et 1946, puis démontées au fur et à mesure du relogement des habitants dans des constructions définitives. Certaines sont utilisées jusqu'à la fin des années 1950. Seules quelques baraques sont encore aujourd'hui conservées in situ.

A la fin de l'année 1953, 180 baraquements de type "Mougenot-Houot", construits par la scierie Houot, sont dénombrés. Une quinzaine d'autres modèles sont réalisés parallèlement, entre autres, les baraques de type :

- "Jean Cron", fabriquées par le syndicat suisse du bois, appelé "baraques suisses" : le modèle Helvétique.1 possède 3 pièces de logement, le modèle Helvétique.2 a 4 pièces de logement, et le modèle Helvétique.3 sert de salle de classe.

- "Gillet", conçues par Charles Gillet (architecte) et relativement adaptées au climat local.

- "Parvé", conçues dès février 1945 par Jean-Claude Parvé (architecte à Saint-Dié), accueillant souvent un commerce parallèlement à l'habitation, avec un toit à un seul pan.

- "Mischler", petite baraque d'habitation monofamiliale.

- "Souston" (25.5x7m) et "Châlon", servant de salles de classe.

- "Tanzer", "Lecorché", "Curtius" et "USA", utilisées comme logements.

- "Schirmeck", grande baraque en bande, provenant du camp de concentration de Schirmeck.

La baraque n°1 (3 rue Reiterhart), portent les mentions "1946" et "Lo nue moteye" sur la façade.

La baraque n°4 (17 boulevard de Saint-Dié) de type "Houot", est habitée par la famille Langle de juin 1946 à mai 1951, puis par la veuve Aimé Remy de septembre 1951 à octobre 1958. (cf. Durand, Gilles. Gérardmer dans l'épreuve, de l'occupation à la reconstruction. page 161).

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1945, daté par source
1946, porte la date, daté par source
Auteur(s) Auteur : Houot Michel,
Michel Houot

La société Charpente Houot est une entreprise de conception, fabrication et mise en oeuvre d'ouvrages et structures en bois (menuiserie, charpente, bardage, ossature bois...) active depuis le début du 20e siècle. Le siège social se situe à Sainte-Marguerite (88) et les ateliers sont à Sainte-Marguerite et à Gérardmer.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître d'oeuvre, attribution par source
Auteur : Gillet Charles,
Charles Gillet

Participe à la seconde reconstruction. Agrément MRU catégorie C sous le N°4415. Architecte d'opération dans le cadre de l'OP n°35.

Travaille à Gérardmer, La Bresse et Xonrupt.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Parvé Jean-Claude,
Jean-Claude Parvé

Agrément MRU n°2222, catégorie C. Participe à l'Opération pré financée n°10


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Cron Jean,
Jean Cron (3 decembre 1884 - 10 septembre 1950)

Fils de Joseph Cron (charpentier) et de Sophie Joséphine Baumann (fille de Joseph, marchand de vins de Bâle), Jean Cron est né le 3 decembre 1884 à Buschwiller (Alsace). A Bâle, il étudie à l'école réale, et fait un apprentissage de charpentier dès 1900. Engagé chez Preiswerk & Cie, il en devient le directeur, puis fonde en 1936 l'entreprise de construction Jean Cron, société anonyme en 1947. Il construit notamment l'hôpital Sainte-Claire de Bâle. Directeur technique du syndicat suisse du bois (1940-1944), il fait breveter des modèles de baraquements et d'églises en bois. Il meurt le 10 septembre 1950 à Bâle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître d'oeuvre, attribution par source

La quinzaine de type de maisons provisoires présente des formes variées, avec une ou plusieurs unités d'habitations accolées, avec une façade en mur gouttereau ou sur le pignon, en rez-de-chaussée ou sur plusieurs niveaux... Elles s'apparentent toutefois à des maisonnettes à double paroi de planches de bois, peu isolées. Elles sont généralement construites sur des murets maçonnés (en moellons ou briques) pour limiter la remontée d'humidité par le sol. Le plus souvent couvertes d'un toit à longs pans, celles du "type Parvé" possède un toit à un seul pan. Leur couverture initialement en papier goudronné sera progressivement remplacée par de la tôle ondulée ou plus rarement par des plaques de fibrociment. En 1946, 3/4 des baraques sont encore couvertes de carton bitumé, ce qui pose d'importants problèmes de fuite d'eau.

La majorité des baraques n'est pas raccordée aux réseaux. La cuisinière à bois est le seul foyer et les meubles de dépannage en bois blanc proviennent de distributions (table, chaise, lit, buffet, armoire…).

Murs bois essentage de planches
pierre moellon enduit
brique creuse
ciment amiante essentage
Toit tuile mécanique, ciment amiante en couverture, tôle ondulée, bitume
Plans plan rectangulaire régulier
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
toit à un pan

Références documentaires

Bibliographie
  • Durand, Gilles. Gérardmer dans l'épreuve, de l'occupation à la reconstruction. Club Cartophile Gérômois. Déklic Graphique. Saint-Nabord. 2015

(c) Région Lorraine - Inventaire général - Varvenne Vanessa