Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange

Dossier IA57030202 réalisé en 1986

Fiche

Genre de calvinistes
Précision dénomination église de simultnaeum
Dénominations église paroissiale, temple
Aire d'étude et canton Fénétrange
Adresse Commune : Hellering-lès-Fénétrange
Adresse : rue principale

En 1556, en application du principe cujus regio ejus religio, Hellering devient protestant en raison de son appartenance au territoire de Lixheim détenu par le prince palatin Otto-Heinrich de Pflaz-Neuburg. D’abord luthérien, il passa peu après au calvinisme. L’intégration au duché de Lorraine en 1623 conduisit les protestants à se rendre au culte hors la commune alors que l’église fut transmise aux catholiques. C’est pour la communauté catholique que fut construite en 1786, au centre du village (date portée sur la charpente), une église qui fut régie par le principe du simultaneum à partir de 1807 (décret du 4 mars) : un seul lieu pour deux confessions religieuses qui se succèdent, selon un horaire et un mode d’usage fixé du chœur et du mobilier. Le premier cadastre daté de 1812 montre un édifice entouré d’un cimetière aujourd’hui disparu, avec une sacristie au sud. En raison de conflits incessants entre les deux communautés, le simultaneum fut arrêté en 1872 et une nouvelle église néo-gothique (Saint-Martin) fut construite pour les catholiques eurent dès lors une église spécifique, l’église Saint-Martin de style néo-gothique. Les deux autels latéraux de la nouvelle église pourraient provenir de l’ancienne église (l’un dédié à saint Roch, l’autre à la Vierge), actuel temple.

L’aménagement intérieur de l'édifice le plus ancien, désormais dédié au culte calviniste, a dès lors était modifié avec installation d’une nouvelle cloche (1880), de l’orgue en fond de chœur (1909), de la table de Sainte-Cène (1881) et d’une plaque commémorative des morts de la première guerre mondiale en pendant. La chaire pourrait en revanche être l’ancienne déplacée et modifiée, notamment dans sa partie supérieure.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1786, porte la date

Cet édifice, de type église grange, est construit en moellon de grès enduit avec corniche fortement moulurée et chaine d’angle s’achevant en chapiteau toscan sur la façade ; les encadrements des baies sont en pierre de taille. Une seule marque de tâcheron a été repérée lors de la visite (niveau 1 du clocher). Le clocher-porche, hors-œuvre de plan carré, comprend quatre niveaux séparés par des bandeaux moulurés (deux étant percés d’un oculus et couvert d’une flèche octogonale sur un égout carré en ardoise écaille et ardoise plate. L’abside plus étroite que la nef est de plan pentagonal. L’unique vaisseau est couverte d’une toiture à longs pans couverte en tuile écaille comme l’abside. On accède dans la nef par une courte entrée qui s’ouvre sur la nef par deux vantaux de bois à panneaux chantournés (partie supérieure) et ferrure d’origine. Le volume intérieur est largement éclairé par trois baies en plein cintre de chaque côté de la nef et deux, à motif de croix latine, dans le chœur. Ce dernier est séparé de la nef par un arc triomphal surbaissé en pierre de taille avec chapiteau toscan un emmarchement de deux marches et un arc surbaissé en pierre de taille. Un fort adoucissement prenant appui sur une corniche mouluré supporte le plafond en lattis plâtré à décor de quadrilobe. Le sol est couvert en dalles de grès. La croix sur le clocher est fleurdelysée, elle porte à son sommet un coq marchant et conserve des éléments d’un décor de volutes en fer forgé. L’organisation intérieure est axiale avec l’orgue néo-gothique en position centrale, au-devant duquel se trouve l’autel en grès.

Murs grès maçonnerie enduit
Toit ardoise, tuile mécanique
Plans plan allongé
Couvertures toit à longs pans
Techniques sculpture
Représentations croix, fleur de lys, coq, ordre toscan
Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle, propriété de l'Union des Eglises protestantes d'Alsace-Moselle

Annexes

  • Chronologie

    An X : 251 protestants (7 V 5)

    An XI : Il est de fait que l’église de Hellering était consacrée des 1475 au seul culte catholique et que les luthériens usant en 1565 [erreur, il s‘agit de la copie d’un autre acte non identifié] de la loi du plus fort n’en n’ont conservé la jouissance que jusqu’à l’époque ou nos rois en ont rendu la possession exclusive aux catholiques. Ils ont été maintenus dans cette possession jusqu’à l’an X de la République où les luthériens obtinrent d’en partager l’usage …Proposition que les luthériens utilisent l’ancien temple de Guerling situé à un quart (7 V 5)

    1807 Décret approuvant le simultaneum à Hellering (4 mars 1807 et donnant les horaires :

    Réformés : 10 à 12 h puis de 2 à 4 heures

    Catholiques : 8 à 10 h 00 ; 12 à 14 h ;

    Le reste : libres et communs

    Arrêté préfectoral du 26 janvier précisant : « ilest recommandé au pasteur réformé et aux membres du consistoire local de faire enlever et de renfermer exactement à la fin de chaque office tous les meubles et effet à l’usage de leur culte qui ne doivent pas nécessairement rester sur place, de veiller avec un soin particulier à la conservation des objets servant au culte catholique qui ne seraient pas susceptibles de déplacement »

    Puis diverses variantes à 15 ou 30 mm près

    Nbs pbs liés à l’usage commun de l’édifice d’autant plus que le maire refuse l’accès de l’édifice au pasteur.

    1815 Un rapport de la commune d’Hellering en 1815 précise : « elle [l’église] a été bâtie en 1786 par SM. Louis XVI seulement pour les catholiques et que les protestants ont été obligés de payer une partie du clocher et du pavé de l’église, sans avoir le droit d’y exercer leur culte, seulement pour la sonnerie. Que dans la révolution, ’église a été déclarée commune aux deux cultes…. [d’après les protestants, ceux-ci] ont payé plus que les catholiques »

    Plainte sans date des catholiques contre « les protestants de la confession helvétique … tandis qu’on leur avait assigné un temple dans un autre lieu et que les temples qu’ils fréquentaient avant la révolution existent encore et ne sont éloignés dudit Hellering que d’un quart et ¾ de lieux »(7 V 5)

    1827 A partir de 1827, nouveaux troubles liés à l’application difficile du simultaneum

    1834 construction d ‘un presbytère protestant (7 V 5)

    1836 rapport du préfet : nouveaux différents

    ° sur le déplacement de la table de communion utilisée par les protestants (elle reste dans le choeur alors qu’elle devrait être rangée, elle est renversée par les catholiques, déplacée et non replacée ...

    ° la table sainte de ceux-ci ne se dresse point dans leur choeur mais en avant du choeur où il n’y a pas nécessité qu’ils occupent des places »

    °sur l’usage des bancs du choeur payés par les catholiques mais dont les protestants souhaitent l’usage pour les anciens

    Plainte du président du consistoire 31 août 1831 … « une scène semblable eut déjà lieu en 1829 …notre table sainte est renversée sur un de ces côtés et comme elle a les pieds en l’air, les catholiques rodent autour de l’église en imitant le cri d’un bouc »

    Réponse du curé : « ils ont remis cette table au milieu de l’allée et l’ont laissé de sorte que je suis gêné dans mes offices particulièrement pour les offices mortuaires » … (7 V 5)

    1836 24 août table sainte renversée près de l’entrée

    Décision du préfet : sceller la table sainte devant le chœur, place du pasteur, le chantre et les anciens devant les autels latéraux … (7 V 5)

    1836 octobre proposition du consistoire général de Metz : « que la table sainte servant d’autel aux protestants sera placée devant le choeur avec faculté aux catholiques de la déplacer pendant leur service funèbre mais avec obligation de la replacer après et que le pasteur et les anciens auront leurs places dans le choeur de l’église comme ils l’ont toujours eu jusqu’au mauvais jour de la restauration » … (7 V 5) [les bancs ont été payés par les catholiques]

    1839 le pasteur d’Hellering dessert un « lieu de réunion dans une maison particulière à Lafrimbole … (7 V 5)

    1850 : le consistoire de Nancy ne signale qu’une église simultanée, celle de Hellering, 1 pasteur, 1 école et 1 presbytère (AD 54 25 J 16). L’oratoire de Hellering comprend les protestants réformés de cette commune et ceux du canton de Fénétrange, la commune de Schalbach exceptée. Niederstinzel est annexe d’Hellering AD 54 25 J 16

    1851 Hellering : 450 protestants, 12 baptême, 16 catéchumènes, 3 mariages, 6 décès AD 54 25 J 16

    1853 Hellering : 12 baptême, 11 catéchumènes, 5 mariages, 10 décès AD 54 25 J 16

    1855 Hellering : 1 0 baptême, 11 confirmations, 2 mariages, 9 décès AD 54 25 J 16

    1852 le pasteur de Fénétrange dessert Hellering (7 V 5)

    1857 Hellering : on [la sous-préfecture] voudrait que l’argent destiné à l’église soit employé à la construction d’un temple et obliger les protestants à renoncer à l’église qui est mixte (26 J 16)

Références documentaires

Bibliographie
  • Architecture protestante, Moselle, XVIIe-XXe siècle / Christiane Pignon-Feller ; photogr. Nicolas Pinier. - Metz : Ed. Serpenoise, 2006. - 238 p. : ill., plans, carte ; 26 cm. Chronologie des constructions p. 230-231. Bibliographie p. 232-233. Index des acteurs p. 234-235.

    p. 136-137 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Girardin Albert, Helleringen im ehemaligen Fürstentum Lixheim, Bad Neustadt an der Saale, 1983

Liens web

(c) Région Lorraine - Inventaire général - Pignon-Feller Christiane
Christiane Pignon-Feller

Historienne de l'art, auteur

- d'une thèse sur l'architecture de l'époque de l'Annexion à Metz

- d'une étude confiée par le département de la Moselle sur l'architecture protestante en Moselle en 2005-2006


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Gottscheck Mary