Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecole primaire supérieure de garçons et école nationale professionnelle puis lycée technique d'Etat, actuellement lycée professionel Paul-Louis Cyfflé

Dossier IA54002691 réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination lycée professionnel
Appellations Paul-Louis Cyfflé
Destinations école primaire supérieure de garçons et école nationale professionnelle puis lycée technique d'état, actuellement lycée professionel
Parties constituantes non étudiées gymnase, cour, stationnement, amphithéâtre
Dénominations école, lycée
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 1 rue Cyfflé , Charles III , Abbé Didelot
Cadastre : 2008 BW 282

L'actuel lycée professionnel Paul-Louis Cyfflé est construit à partir de 1925 par l'architecte Jean-Frédéric Wielhorski (1874-1942) pour la municipalité de Nancy afin d'y accueillir l'école primaire supérieure de garçons, à l'emplacement du couvent de la Visitation (ancienne abbaye de bénédictins Saint-Léopold IA54003071) acquis en 1922 par la ville. Un premier projet daté 1922 prévoyant la réutilisation d'une partie des bâtiments du couvent est abandonné au profit d'un second projet daté 1926, plus ambitieux, qui consiste à réaliser un ensemble fermé composé de 6 corps englobant tout l'îlot (partiellement réalisé). Le chantier (1925-1934) se déroule en 3 grandes phases. De mai 1925 à fin 1926 : construction de l'atelier (IA54002692). De 1928 à 1930, construction d'un 2e corps de bâtiment (corps A) en bordure de la rue Cyfflé à l'emplacement d'une partie de l'ancienne abbaye (dont la chapelle). La 3ème phase de travaux se limite à la construction du corps central entre 1931 et mars 1934 (corps B), le bâtiment prévu en bordure de la rue Charles III ne sera pas réalisé. L'ensemble des travaux est réalisé par deux entreprises nancéiennes : Dancelme, puis, à partir de 1930, Chambert. Le rez-de-chaussée du corps B donnant sur la cour Charles III (façade postérieure) est un espace ouvert sur piles utilisé comme préau des élèves jusqu'aux années 1960-70 (?), date à laquelle il est fermé pour être transformé en atelier presse (partie droite) et en petit gymnase (partie gauche). A partir de mai 1935, à l'école primaire supérieure de garçons (ouverte en janvier 1934) s'ajoute une école nationale professionnelle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment est utilisé comme dépôt pharmaceutique par l’armée allemande, puis comme centre de tri des prisonniers par l’armée américaine. 1957 : réaménagement des chaufferies (rez-de-chaussée du corps B, côté cour Alexandre). Entre 1991 et 1993, le corps C est restructuré : la partie nord ( salle de restauration) est rénovée, la partie sud est démolie pour faire place à un gymnase, construit par l'architecte nancéien Jacky Montcuit.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1925, daté par source
1928, daté par source
1931, daté par source
1993, daté par source
Auteur(s) Auteur : Wielhorski Jean-Frédéric,
Jean-Frédéric Wielhorski (1874 - 1942)

Originaire de Nancy, Jean Fréderic Wielhorski mène ses études à l’Ecole Municipale des Beaux Arts de Nancy. Il devient ensuite élève de Victor Laloux (1850-1937) et de Schuler à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris (promotion 1891). Ses débuts d’architecte sont peu connus. Il remporte en 1902 le concours pour l’édification à Paris d’un Palais de l’enfance. En 1906, il devient architecte du département de l’Indre et Loire en remplacement d’ Henri Prath ; réalise la gendarmerie de Tours en 1906, et en 1908-1910 un ensemble d’habitation pour les employés du Grand Bazar de Tours (Artur Duthoo, propriétaire). Il est nommé ensuite architecte-adjoint des régions libérées de la Marne, puis architecte des Vosges, avant de devenir, en1923, architecte municipal de Nancy, sa ville natale. A ce titre il construit le monument aux morts du cimetière du Sud et 2 écoles : Alfred Mézières et Fontenoy (actuelle MJC). A partir de mars 1928 il se met à son compte, construit l'église de Saint-Benoît-la-Chipote (88), et meurt en 1942.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature, attribution par source
Auteur : Dancelme Felix, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Chambert Emmanuel, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Montcuit Jacky, architecte, attribution par source

Le bâtiment s'élève sur une parcelle accusant un fort dénivelé (de 3 à 5 mètres environ) d'ouest en est. Il se compose de 3 corps : le corps A sur la rue Cyfflé et deux corps B et C perpendiculaires, situés de part et d'autre de la cour dite Charles III. Devant la façade antérieure du corps B, une seconde cour dite Alexandre s'ouvre sur la place Alexandre 1er et la rue Charles III. L’ensemble est composé d'une structure en béton armé et d'un remplissage en moellons sur un soubassement en pierre de taille. Les corps A et B sont à 4 niveaux d'élévation, le dernier traité en attique avec une galerie de circulation fermée par une balustrade supportant des vases décoratifs en pierre (étudiés dans la base Palissy IM54010245) ; les 2 corps sont marqués par des avant-corps saillants. La façade du corps A sur la rue s'organise selon un rythme ternaire, les baies groupées par 3 alternant avec une travée de baies plus étroites, ornées d'un bossage (niveau 1) et de rudentures rondes (niveaux 2 et 3). L'avant-corps qui marque l'entrée du bâtiment sur la rue Cyfflé est coiffé d'une toiture brisée en pavillon couverte d'ardoises. Il donne accès à un vaste vestibule accosté de 2 escaliers droits qui mènent aux 2 parties (Est et Ouest) du corps de bâtiment. La façade du corps B sur la cour Alexandre est marquée par 3 avant-corps à pans coupés couverts en terrasse ; l'avant-corps central, à ressauts et 2 terrasses, est plus imposant que les 2 situés aux extrémités qui ne s'élèvent que sur 2 niveaux, il est surmonté par un lanternon de plan octogonal. La façade sur la cour Charles III s'ordonne, tout comme le corps A, selon un rythme ternaire, le rez-de-chaussée marqué par de grosses colonnes délimitant une galerie couverte dans laquelle s'ouvre le portail central qui donne accès à un vestibule et un escalier droit encadré de colonnes (semblables à celles de l'extérieur). Le décor reprend le répertoire stylistique du corps A tout en le développant : pilastres cannelées, rudentures sous l'allège des fenêtres, médaillons octogonaux, motifs de chevrons sous corniche et pointes de diamant, vases décoratifs sur les balustrades, l'ensemble puisant ses références dans l'Art déco. Le corps B contient plusieurs escaliers : un permettant l'accès aux étages depuis la cour Charles III (1 volée centrale droite, puis volées divergentes à retours parallèles), un côté cour Alexandre (escalier droit), un escalier central à retours et à jour avec une rampe en ferronnerie de style Art déco. Les 2 corps de bâtiment (A et B) reposent sur des pieux Franki. Le corps B contient un amphithéâtre avec une galerie sur 3 côtés, décor des murs en faux appareil, colonnes octogonales, faux plafond à caissons.

Murs béton
enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile, ardoise
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit brisé en pavillon
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Techniques sculpture
sculpture
ferronnerie
Représentations cartouche chevron pointe de diamant

A_GESTION

GESTION {import cindoc=NancyArc}{lot=0208-3}{publication MCC=versé 2014/09/17 EP}{BIBLIO=}{ARCHIV=Archives municipales de Nancy : 4 M 192 à 212}{TODO=}{SECTEUR=BW ilôt G}{PSMV=PSMV ext}
Statut de la propriété propriété publique
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Chaumont Mathieu - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.