Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent de dominicaines, dites dames prêcheresses

Dossier IA54003304 réalisé en 2015
Genre de dominicaines
Appellations de dames prêcheresses
Parties constituantes non étudiées église, jardin
Dénominations couvent
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : 1bis, 3, 5 rue La Fayette , 9 place du Colonel Fabien , 4, 6, 8 rue de la Monnaie , 4, 6 rue de la Source
Cadastre : 2008 AN 76, 77, 79, 80, 81, 82, 83, 84

Le couvent des dominicaines, dites dames prêcheresses est fondé à Nancy en 1298 dans la ville vieille, à l'initiative du duc de Lorraine Ferri III (ca. 1240-1303) qui cède aux religieuses l'ancien palais ducal (construit au 12e siècle) alors en cours de destruction. Les religieuses bénéficient de dons importants notamment de Jean Le Jaloux qui leur cède par testament (juillet 1298) une grande partie de ses biens. Après la mort de son époux Ferri III, en 1303, la duchesse Marguerite de Champagne se retire dans le couvent où elle fut enterrée. A cette date, le couvent compte environ une dizaine de soeurs, une prieure et une sous-prieure, une cellérière. Les nombreuses donations des années 1380-1420 sont, d'après J.L Fray, à mettre en lien avec une réfection importante des bâtiments du cloître et du dortoir et la pose de nouvelles verrières dans l'église. Les religieuses eurent en charge, entre le 14e et le 17e siècle, de la maladrerie (ou léproserie) de Saint-Nicolas de-Port (appellation : Marlinrupt) et de celle de Nancy (appellation : La Madeleine) située en dehors de la ville (actuel boulevard de Strasbourg) dans laquelle elles accueillaient et soignaient les malades. Le plan dit de la Ruelle (1611) donne une représentation du couvent au début du 17e siècle. Il comportait une église dédiée à sainte Catherine, à nef unique accostée de deux sacristies (dont l'une réservée aux moniales) et d'une chapelle (chapelle du Rosaire) au Sud, et d'une autre chapelle (chapelle du Sépulcre) au Nord, du même côté que le cloître, d'un bâtiment conventuel environné d'une vaste cour avec fontaine et d'une basse-cour. L'église était surmontée d'une croix du côté de la rue et d'un clocher du côté de la tribune des religieuses, l'accès se faisait sur le côté par la cour d'entrée du couvent. Les bâtiments ont fait l'objet de travaux importants durant le 18e siècle (AD 54 H 2645). En 1720, le cloître est rétabli sous la direction de l'architecte Guesnon (ou Guenon) ; en 1732-1733, le bâtiment conventuel (réfectoire, dortoir) est rénové par Jennesson qui rétablit également le clocher de l'église. Dans la seconde moitié du 18e siècle l'architecte Jean Gautier et l'entrepreneur Nicolas Genin conduisent une nouvelle série de travaux ; le bâtiment d'entrée comprenant les parloirs et l'appartement du père confesseur (1er étage) est reconstruit en 1746-1747 (cf AD 54 plan H 2646) : rampes en fer forgé de Jean Lamour, peinture intérieure en petit gris par Charles Devarenne ; réfection des couvertures et pavés. Les religieuses possédaient des revenus importants, composés essentiellement de rentes, de cens et de donations. Progressivement, le recrutement des soeurs se fait de plus en plus parmi les familles de la noblesse lorraine, ce qui, d'une certaine manière, rapproche l'établissement des chapitres de dames nobles et explique l'appellation qui leur fut donnée de dames prêcheresses. Dès le 14e siècle, elles achètent ou font construire une série de maisons le long des rues bordant le couvent (actuelle rue de la Source et de la Monnaie). Parmi elles, celle située à droite de l'entrée du couvent est reconstruite dans la première moitié du 18e siècle et louée à vie à Madame de Bouzey (IA54003305) en 1749. Le couvent fut vendu comme bien national en 1796 (AD 54 1 Q 568 1). L'acte de vente imposa le réalignement des bâtiments nécessaire à l'élargissement de l'actuelle rue Lafayette dans le prolongement d'une rue à percer entre la ville neuve et la ville vieille (rue d'Amerval IA54002730). L'acheteur, Jean-Baptiste Elzéard Coriolis, fait démolir rapidement la quasi-totalité du couvent. Il ne subsiste aujourd'hui qu'une petite partie du bâtiment des parloirs (5 rue Lafayette IA54003306).

Période(s) Principale : 4e quart 13e siècle
Secondaire : limite 14e siècle 15e siècle
Secondaire : 18e siècle
Dates 1298, daté par travaux historiques
1720, daté par travaux historiques
1732, daté par travaux historiques
1746, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Guesnon Louis,
Louis Guesnon

Architecte à Nancy dans la 1ère moitié du 18e siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Jennesson Jean-Nicolas,
Jean-Nicolas Jennesson (1686 - 1755)

Architecte lorrain de la 1ère moitié du 18e siècle. Travaille en 1709 avec Betto et Guesnon sur le chantier de la primatiale de Nancy, puis à la chartreuse de Bosserville (1713) ; auteur de l’église Saint-Sébastien de Nancy (1720-1731), construit sa propre maison à Nancy (1731). Travaille sur le chantier du château de Lunéville,notamment pour la modification des toitures en 1730. On peut lui attribuer, selon des critères stylistiques semblables à Saint Sébastien de Nancy, l’abbatiale Saint-Remy de Lunéville (église Saint-Jacques actuelle, 1730-vers1737). En 1737, il est nommé premier ingénieur et architecte des bâtiments,jardins, parcs et jets d’eau du duc de Lorraine, en remplacement de Boffrand. Il semble avoir eu des différends avec Stanislas, qui le remplace par Emmanuel Héré en 1738 comme 1er architecte du duc. On le retrouve au service des abbesses de Remiremont où il construit le palais abbatial (1752). Architecte peu et mal connu, en dépit de la bonne appréciation de Dom Calmet dans sa « Bibliothèque lorraine » (col. 543), Jennesson a essentiellement travaillé autour de Nancy et Lunéville, à l’exception de Remiremont où il est demandé par Anne-Charlotte de Lorraine,fille de la famille ducale.

(cf Isabelle Astic-Rechiniac, Jean-Nicolas Jennesson (1686-1755), un architecte dans son temps, mémoire de master 2, université de Nancy 2, 2007


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Gautier Jean,
Jean Gautier

Architecte à Nancy au milieu du 18e siècle ; nommé en 1733 ingénieur et architecte des bâtiments de la ville (Archives municipales BB 25)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Genin Nicolas,
Nicolas Genin

Entrepreneur de bâtiments à Nancy au milieu du 18e siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Lamour Jean, serrurier, attribution par travaux historiques
Auteur : Devarenne Charles,
Charles Devarenne

Peintre en bâtiment à Nancy milieu 18e siècle


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par travaux historiques
Personnalité : Le Jaloux Jean,
Jean Le Jaloux

Riche bourgeois de Nancy à la fin du 13e siècle, possède nombreux biens à Nancy et Saint-Nicolas-de-Port, il en cède une partie aux dominicains pour la construction d'un monastère de soeurs dominicaines à St-Nicolas-de-Port (1293) et à Nancy (1298)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par travaux historiques
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée
Sites de protection secteur sauvegardé, site inscrit
Précisions sur la protection

site urbain inscrit (DIREN 17/09/1947) : place du Colonel Fabien

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy. Cote : H 2646

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : H 2646
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy. Cote : H 2645

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : H 2645
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy. Cote : 1 Q 568

    Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 1 Q 568
Bibliographie
  • FRAY, Jean-Luc. Nancy-le-Duc : essor d'une capitale princière dans les deux derniers siècles du Moyen âge. Nancy : Société Thierry Alix, 1986. 344 p., plans.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : C NAN
  • Pfister Christian, Histoire de Nancy, 3 tomes, 1902-1909.

    - tome 1. Nancy : Berger-Levrault, 1902.XXIV-750 p., ill., plans.

    - tome 2. Nancy : Berger-Levrault, 1909. VIII-1099 p., ill., plans.

    - tome 3. Nancy : Berger-Levrault, 1908. VIII-914 p., ill., plans.

    tome 1, p. 133-148
  • COLLIN, Jean-Marie. Nancy avant la Révolution / préf. André Rossinot. [S.l.] : [s.n.], 2002. 300 p., ill., plans.

    p. 48-55 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : C NAN
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Communauté urbaine du Grand Nancy ; (c) Ville de Nancy - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Vaxelaire Yann
Yann Vaxelaire

Architecte du patrimoine à la ville de Nancy. A participé à l'étude menée par le Service de l'Inventaire général du Patrimoine sur la ville de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.