Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent de carmélites, dites petites carmélites

Dossier IA54003331 réalisé en 2015
Genre de carmélites
Appellations de petites carmélites
Dénominations couvent
Aire d'étude et canton Nancy
Adresse Commune : Nancy
Adresse : rue Chanzy , rue Henri Poincaré

Le couvent des petites carmélites est fondé le 19 mai 1655 (d'après Lionnois Jean-Jacques, Histoire des villes vieille et neuve de Nancy, depuis leur fondation jusqu'en 1788, 200 ans après la fondation de la Ville-Neuve : tome 2. Nancy, 1811, p. 273-285) afin d'accueillir des carmélites venues de France et installées à Nancy depuis 1635, le couvent de carmélites installé à Nancy depuis 1618 ne pouvant les recevoir car il comptait alors vingt religieuses, soit le nombre maximum autorisé par la règle. Afin de le différencier de ce dernier (dit couvent des grandes carmélites), il est alors appelé couvent des petites carmélites ou second couvent des religieuses carmélites (d'après Lionnois). Les religieuses achètent un terrain en 1656, avec l'appui financier du maréchal de la Ferté Sénectère, gouverneur de la Lorraine pour le compte de la France, et construisent les premiers bâtiments dans la décennie qui suit (correspondant peut-être à l'aile sur la rue Chanzy). Une période d'interruption du chantier fait suite à des contestations portant sur leur légitimité dans la ville émanant du couvent des grandes carmélites, puis du duc Léopold à son retour en Lorraine (1698). En 1713, le couvent est à nouveau autorisé par le duc (lettres patentes du 30 août 1713) à la condition de faire rebâtir (ou terminer) les bâtiments (on ignore l'état dans lequel ils se trouvaient). Une cérémonie de pose de la 1e pierre a lieu le 12 mars 1714 (pierre posée sous la porte du vestibule entre le grand escalier et le jardin). Le chantier voit l'achèvement du dortoir et du cloître, la construction d'une (nouvelle) église conventuelle en 1715-1716 (IA54003332) et, en 1716, l'achèvement de l'ensemble conventuel (d'après Lionnois). Le couvent est vendu comme bien national à la Révolution. Il comprenait, d'après le compte-rendu de visite du 15 février 1798 et le plan annexé (AD 54 1 Q 593), une église à l'angle des actuelles rues Chanzy et Henri Poincaré, une maison externe pour pensionnaires ou locataires le long de la rue Chanzy, un cloître et un long bâtiment conventuel donnant sur un jardin potager et un verger, ainsi qu'une grange et une basse-cour. L'ensemble était accolé au couvent de prémontrés, la porte du couvent donnant sur l'actuelle rue Chanzy ; un passage ouvrant sur l'actuelle place Maginot donnait accès à la basse-cour. L'ensemble est acheté par Nicolas Poupillier et Florentin Sellière, et revendu rapidement à l'Etat pour agrandir la caserne de cavalerie installée dans l'ancien couvent des prémontrés. La ville de Nancy acquiert l'ensemble vers 1880 en vue d'une opération d'urbanisme (prolongement de la rue Gambetta et percement de nouvelles rues), et fait démolir tous les bâtiments avant 1885.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Dates 1655, daté par travaux historiques
1714, daté par travaux historiques
États conservations détruit

Références documentaires

Bibliographie
  • LIONNOIS, Jean-Jacques. Histoire des villes, vieilles et neuves de Nancy, depuis leur fondation jusqu'en 1788. Nancy : Haener et Delaye, 3 tomes, 1805-1811.

    tome 2, p. 273-285

Liens web

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Communauté urbaine du Grand Nancy ; (c) Ville de Nancy - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Vaxelaire Yann
Yann Vaxelaire

Architecte du patrimoine à la ville de Nancy. A participé à l'étude menée par le Service de l'Inventaire général du Patrimoine sur la ville de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.