Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

chapelle anglicane puis temple de protestants de Vittel

Dossier IA88031864 réalisé en 2018

Fiche

Genre d'anglicans, de calvinistes
Dénominations chapelle, temple
Adresse Commune : Vittel
Lieu-dit : Adresse : rue du Docteur Fournier

L’érection d’une chapelle anglicane à Vittel est le résultat d’une politique volontariste de la famille Bouloumié, propriétaire et promotrice de la station thermale. En effet, à partir de 1890, la station voulut élargir son public et commença à prospecter vers les pays anglo-saxon. En France, plusieurs autres villes thermales offraientcette possibilité aux curistes anglicans : Aix-les-Bains, Biarritz,Contrexéville, Le Mont-Dore, Royat, Vernet-les-Bains ... permettant ainsi de concurrencer le thermalisme étranger, belge notamment (2 édifices anglicans à Spa à partir de 1876 par exemple). Selon "l’histoire de Vittel, création d’une ville thermale" rédigée par le Dr P. Bouloumié, la chapelle anglicane de Vittel dédiée à Saint-Paul aurait été érigée dès 1901-1902. Pourtant c'est en 1903, qu'une première demande d’autorisation de l’exercice du culte est adressée à l’administration préfectorale, ce qui n’est pas sans poser des difficultés car le culte anglican n’est pas concerné par les articles du Concordat (AD 88 7 V15) mais les premiers services sont attestés dès juin 1903. L'édifice est situé sur un terrain offert par la SGEMV (société générale des eaux minérales de Vittel) dans le lotissement de Magdelon, une cité jardin fondée à partir de 1884 et composée de villas pour les curistes et les médecins, dépourvues de clôture. Le temple y marque la perspective de la rue axiale. En1904, un médecin anglais qui passait l’hiver à Beaulieu (Alpes-Maritimes), le Dr. Johnston-Lavis s’installa l’été à Vittel où il exerça régulièrement jusqu’à sa mort en 1918 en tant que «consulting physician to the establishment» mais où il œuvre aussi comme «Churchwarden».

Attribuée parfois à l’architecte Fernand César(celui-ci ne travailla à Vittel qu’à partir de 1923), elle est progressivement meublée grâce aux dons des curistes et chapelains anglais. La chapelle n’est pas réservée exclusivement à la communauté anglicane mais sert aussi au culte réformé et le pasteur F. Braesch de Thaon-les-Vosges l’a dessert, en alternance avec celle de Contrexéville, une vingtaine de fois durant la saison à partir de 1911 (source : archives paroissiales de Thaon-les-Vosges). De cette époque dataient probablement les inscriptions sur les portes des sacristies spécialisant l’une pour le pasteur français et l’autre pour le chapelain anglican (disparues lors de la restauration de 2008).

De novembre 1917 à avril 1919, les curistes anglais sont remplacés par les soldats américains qui ont établis à Vittel leur quartier général et leur hôpital. Une partie d’entre eux sont aussi de confession anglicane. Jusqu’en 1937, les services anglicans sont régulièrement célébrés dans la chapelle et le chapelain qui accueille son collègue, pasteur français, demande néanmoins à ce que les deux confessions soient clairement distinguées dans les annonces faites aux curistes, insistant sur la distinction faite entre les deux sur l’organisation ecclésiale et sur des points du dogme (la Présence réelle). Le registre anglican s’arrête en 1937, semble-t-il faute de paroissien. La chapelle est désormais affectée uniquement au culte réformé et reçoit, outre les prédications du pasteur de Thaon-les-Vosges (sa paroisse de rattachement) celle de M. Garnier pasteur mennonite (1959, Arch. du conseil presbytéral de Thaon-les-Vosges). Devenu au début du XXIe siècle propriété de la ville de Vittel, le temple a fait l’objet d’une importante restauration en 2008 avec une modification du décor intérieur : au gris-bleu « anglais » des origines a été substitué un orange pâle plus lumineux.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Secondaire : 1er quart 21e siècle , daté par tradition orale
Dates 1903, daté par source
2008, daté par tradition orale

Située à proximité de la ligne de chemin de fer et de la gare, dans le lotissement de Magdelon, la chapelle anglicane constitue le fond de perspective de la rue du Dr Fournier et est entourée d'un espace gazonné non clos.

De plan rectangulaire, elle comprend deux sacristies qui, construites sur un vide sanitaire aéré, viennent enserrer, sur un seul niveau, une abside pentagonale. Elle est couverte d’un toit à longs pans et pignon découvert et essenté, le tout couvert d’ardoise. L’édifice est construit en moellon de calcaire enduit sur un soubassement de pierre de taille en grès de provenance locale.

Le clocher-porche demi-hors-œuvre constitue le principal élément de décor avec sa flèche de plan complexe et partiellement en charpente couverte de métal amortissant des frontons soulignés par des denticules. Lui seul est construit en pierre de taille (grès) soigneusement appareillées. Par son importance, il distingue nettement la chapelle de Vittel de celle de Contrexéville plus modeste dans son élévation. Le porche dont l’arcature est d’inspiration néo-romane offre l’unique concession à la mode du temps avec les ferrures de ses vantaux dessinées en « coup de fouet » évoquant un art nouveau par ailleurs alors bien présent dans la station

Le volume intérieur, une nef unique, est un vaste rectangle s’achevant par une abside pentagonale abritant le chœur. Il est largement éclairé par trois baies en plein cintre percées dans chacun des murs gouttereaux et pourvues d’un verre blanc. La charpente est apparente et les fermes viennent prendre appui sur un corbeau simplement mouluré. Un étrier métallique maintient le poinçon. L'arc triomphal vient marquer la différence entre le chœur, espace plus sacré, accessible par emmarchement, décoré d’une corniche à denticules et couvert d'une fausse voûte nervuré en lambris. C’est ici que sont rassemblés tous les éléments nécessaires au service : table de communion, chaire, crédence et pupitre. Il ne semble pas y avoir eu de clôture de chœur contrairement à Contrexéville.

Murs calcaire moellon enduit
grès moyen appareil
Toit métal en couverture, ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans croupe polygonale
appentis
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations denticule volute
Précision représentations

Une légère frise de denticules souligne l'élévation intérieur du choeur et les modénatures des extérieurs.

Les ferronneries de la porte dessinent un motif de volutes art nouveau

intérêt urbanistique : constitue le coeur d'un lotissement de villas dans la cité thermale

Statut de la propriété propriété de la commune, par acquisition début XXIe siècle

Références documentaires

Documents d'archives
  • archives de la communauté anglicane de Vittel
  • Archives départementales des Vosges, Épinal : 7V15
Bibliographie
  • Construire et aménager un temple en Lorraine aux XIXe et XXe siècle. Actes du colloque « les Protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle). Nancy, 2-4 novembre 2015. Lille, ed. Septentrion, 2018, 718 p.

    p. 451-478 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • BOULOUMIE, Pierre. Histoire de Vittel : création d’une ville thermale, des origine (1851) à 1924, rééd. augm. Mirecourt : impr. de la Plaine des Vosges, 1982, 376 p.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Conservateur régional à l'Inventaire général Lorraine depuis 1995, Grand Est depuis 2018


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Gottscheck Mary