Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale n°1 Notre-Dame de L'Assomption (détruite)

chaire à prêcher (détruite)

Dossier IM88030193 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations chaire à prêcher
Aire d'étude et canton Corcieux - Corcieux
Adresse Commune : Corcieux
Adresse : place des Martyres
Cadastre : 2015 AC 6
Emplacement dans l'édifice sacristie

Chaire à prêcher du milieu du 18e siècle, détruite le 15 novembre 1944. Elle a été attribuée par comparaison stylistique à Chassel.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle , daté par travaux historiques
Dates

Chaire à prêcher en chêne, à cuve hexagonale sur culot, dosseret à ailerons, abat-voix amorti par des volutes portant un ange à la trompe et escalier cintré. Les panneaux de la cuve portent en haut relief le Christ et les quatre évangélistes avec leurs attributs. Le rampant de l'escalier est orné de panneaux à motif de volutes rocaille séparés par des chutes de feuilles. Le culot de la cuve est amorti d'un gland.

Catégories ébénisterie
Matériaux chêne, en plusieurs éléments, mouluré
Précision dimensions

Iconographies Evangéliste, figures bibliques
Christ, figure biblique
ange
Précision représentations

Les panneaux de la cuve portent en demi-relief les saints évangélistes avec les attributs et le Christ.

États conservations oeuvre détruite
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé au titre objet, 1905/11/27
déclassé, 1947/12/22

Annexes

  • bibliographie

    In Saint-Dié et ses environs Auguste Stegmuller, 1896 . Réédition 2000, p. 217-218

  • texte complémentaire

    In Saint-Dié et ses environs Auguste Stegmuller, 1896 (d’après Gaston Save) p. 219

    On voit aussi, dans cette église, une très belle chaire, style Louis XV, rocaille, en chênes sculpté, dont l'amortissement de la cuve est d'un profil très heureux. La cuve est formée par cinq panneaux, séparés par d'élégantes consoles, et décorés chacun d'une statuette en haut relief posée sur un cul-de-lampe, représentant le Christ et les quatre Evangélistes. Ces figures rappellent la facture de François Chassel : la date de 1750 environ, que nous attribuons à la chaire de Corcieux, s'accorderait bien avec les travaux de cet artiste.

    La rampe de l'escalier est en bois plein, chef-d’œuvre de précision dans le tracé des moulures en spirale, et de délicatesse gracieuse dans le dessin des ornements rocaillés. Le dossier, l'abat-voix et le dôme, formé de consoles surmontées de l'ange du dernier jugement, sont dignes du reste. Cette œuvre est un splendide spécimen de l'art décoratif du siècle dernier, appliqué, malgré sa grâce légère, à un meuble religieux, sans lui rien enlever de son caractère.

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Commune de Corcieux - Henry Jean-Yves