Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Dénominations calice
Aire d'étude et canton Meurthe-et-Moselle - Badonviller
Adresse Commune : Pierre-Percée
Adresse : place de la Mairie
Emplacement dans l'édifice sacristie

Calice réalisé au cours du 3e quart du 19e siècle par l'orfèvre lyonnais Louis Guillat dont le poinçon fut insculpé entre juillet 1877 et avril 1878. Le vase sacré fut offert à l'église le jeudi 10 mai 1888 à l'occasion de la fête de l'Ascension par la famille Cartier dont seulement quatre enfants sur cinq avaient vu le jour à cette date. Charles-Bernard Cartier-Bresson (17 juillet 1852 à Paris - 19 mai 1921 à Nancy) est le fils de l'industriel Claude-Marie Cartier-Bresson fondateur des usines textiles de Pantin (93). Claude-Marie achète le 10 avril 1873 la filature de Celles-sur-Plaine, en 1874, il y envoie son fils Charles-Bernard, âgé alors de 20 ans, pour y assurer la direction et l'extension des ateliers afin d'approvisionner l'entreprise parisienne. Le 6 septembre 1875, Charles-Bernard épouse Marie-Louise Chenut (1857-1935), fille d'un juge de paix à Nancy. De cette union naîtront cinq enfants : Gabrielle (1877-1946), Madeleine (1879-1982), Jacques (1881-1969), Bernard (1885-1920) et Lucie (1890-1913). Vivant en Lorraine, il est élu maire de la commune de Celles-sur-Plaines de 1885 à 1921. Son attitude ''calme et digne'' fut remarquée lors de la Grande Guerre. Le 24 août 1914, l'armée allemande entra dans la commune de Celles-sur-Plaines, Cartier-Bresson ne déserta pas son poste et accueillit les troupes allemandes afin de protéger sa ville et la population. Le village a été occupé jusqu'au 12 septembre. Après la guerre, il fut décoré de la croix de Guerre et de la Légion d'Honneur.

Faisant suite à l'audience publique du 26 juillet 1898 et en exécution de jugement du Tribunal Civil de 1ère instance de Paris, Charles-Bernard Cartier est autorisé à prendre le nom de Cartier-Bresson, Bresson correspondant au nom de jeune fille de sa mère. Charles-Bernard Cartier-Bresson est aussi connu pour être un grand collectionneur d'art de l'Extrême-Orient et plus particulièrement de l'art japonais. Il légua une partie de sa collection au musée des Beaux-Arts de Nancy.

Ce calice est à relier à la statue en plâtre de saint Antoine ermite (h = 61) qui aurait été offerte à l'occasion de la naissance d'Antoine Cartier-Bresson au début du 20e siècle (témoignage oral, juillet 2013).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1888, porte la date
Lieu d'exécution Commune : Lyon
Auteur(s) Auteur : Guillat Louis ,
Louis Guillat

Louis Guillat, orfèvre lyonnais. Il insculpe son poinçon entre juillet 1877 et avril 1878. Il est installé 15 quai Fulchiron, puis 12 rue des Prêtres et en 1900, 23, rue du Doyenné.

poinçon de maître : les initiales L.G. séparées par une croix dans un losange horizontal.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre

Calice en argent doré, monté sur tige d'enfilage. Les décors sont gravés et poinçonnés, le nœud porte des cabochons soudés en fort relief, la fausse-coupe est ajourée.

Catégories orfèvrerie
Matériaux argent, en plusieurs éléments, fondu, moulé, décor poinçonné, gravé, décor en relief, doré
Mesures h : 23.0
l : 15.2
Iconographies croix latine
rinceau
feuille
raisin
lys
pomme de pin
fleur
palmette
quintefeuille
Précision représentations

Le pied polylobé est gravé de rinceaux, feuilles et grappes de raisin, un des lobes porte une croix tréflée. Le nœud à cabochons est orné de frises de quintefeuilles sous arceaux brisés, de part et d'autre un rinceau perlé ceinture la tige. La fausse-coupe porte un décor de rinceaux, pommes de pin et fleurs.

Inscriptions & marques poinçon de maître
garantie gros ouvrages 1er titre départements 1838-1973
poinçon de contremarque
inscription, gravé, français
date, gravé
Précision inscriptions

poinçon de maître : les initiales L.G. séparées par une croix dans un losange horizontal ; poinçons insculpés sur le pied, la tige et la coupe ; date : 10 MAI 1888 ; transcription : CHARLES ET MARIE CARTIER GABRIELLE MADELEINE JACQUES ET BERNARD ; inscription et date gravées sur la tranche du pied

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • Markezana, Yves. "Poinçons d'or, d'argent et de platine de 1275 à nos jours." [Dourdan] : H. Vial, 2005. 239 p., ill.

    p. 102 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : G ORFE
  • Inventaire général des monuments et des richesse artistiques de la France. Région Rhône-Alpes. ''Poinçons de fabricants d'ouvrages d'or et d'argent. Lyon 1798-1940''. Paris : Imprimerie nationale, 1993. 325 p., ill. (Cahiers du patrimoine ; 31 / Dictionnaire des poinçons de l'orfèvrerie française).

    p. 197 ; réf. 961 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : G ORFE
Périodiques
  • Fourchy, Pierre."Souvenirs d'un maire de la frontière, Charles Cartier-Bresson, Celles-sur-Plaine, Vosges, août 1914". "Le pays lorrain", octobre-décembre 1978, n°4, p. 163-177, ill., carte.

    p. 163-177 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : RL PL 1978 4
  • Poncet, Pierre. "Les hommes du textile dans la vallée de La Plaine". "Bulletin de la société philomatique vosgienne", 1995-96, 121e année, vol. 98, p. 157-167, ill.121e année, vol. 98, p. 157-167, ill.121e année, vol. 98, p. 157-167, ill.

    p. 157-167 Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy : RL BSPV 1996 121
(c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle ; (c) Région Lorraine - Inventaire général - Chrétien Anne - Laumon Annette