Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

bassin - pédiluve à chevaux

Dossier IA88030851 réalisé en 2016

Fiche

Appellations pédiluve à chevaux , égayoir, gué
Parties constituantes non étudiées vanne
Dénominations réservoir, bassin
Aire d'étude et canton Vosges - Coussey
Adresse Commune : Harmonville
Adresse : V.C. n°6 du patis , rue Favières (de)
Cadastre : 2015 ZC 3
Précisions

En 1838, un courrier de l’Evéché de St Dié mentionnant la volonté de construire un guévoir entre le lavoir et l’église, ce qui pose problème de salubrité : les eaux stagnantes devant la porte de l’église sont néfastes. La décision est alors prise de déplacer l'égayoir à la sortie Est du village à coté du pont. Il est bâti en 1855 selon les plans d'Abel Mathey (architecte à Neufchâteau), réalisé par Augustin Evrard (entrepreneur à Harmonville) pour 8222,25frs. (source AD88 - 2O242/9).

L'ouvrage est rénové en 2015.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1855, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mathey Abel Antoine, dit(e) Mathey fils,
Abel Antoine Mathey , dit(e) Mathey fils (1802 - 1869)

Abel Antoine Mathey, dit Mathey fils (1802 - Neufchâteau 1869) est le fils de Abel Pierre Mathey (architecte) et le père de Numa Charles Nicolas Mathey (architecte).

Abel Antoine Mathey est ingénieur, puis architecte départemental de l'arrondissement de Neufchâteau (1825-1869) ; inspecteur des écoles primaires de l'arrondissement de Neufchâteau (1838-1845) ; membre du service des travaux communaux pour la ville de Neufchâteau (1859-1869), du service des travaux départementaux (1860-1869), de la commission de surveillance de la prison de Neufchâteau (1860-1869).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, architecte départemental, ingénieur, attribution par source
Auteur : Evrard Augustin,
Augustin Evrard

Augustin Evrard est entrepreneur à Harmonville au milieu du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

Les chevaux pénétraient entièrement dans l'eau du pédiluve afin de se rafraîchir et de se débarrasser des parasites après leur labeur dans les champs. L'égayoir de Harmonville est établi à la sortie Est du village, et il est alimenté par un acqueduc dont la tête d’eau est en amont du ruisseau de Gros. La conduite débute près du lavoir situé à l'extrémité de la rue du Bas, et va jusqu’à l'égayoir près du pont.

Le projet de Mathey (1855) précise que "le gué est constitué d'un bassin en hémicycle avec terreplein central pour faire circuler l’eau lors du passage des animaux et pour renouveler l’eau dans la partie profonde" (AD88 - 2O242/9). Lors d'une rénovation postérieure, ce terreplein central a disparu, et l'égayoir présente aujourd'hui une forme de fer à cheval, dont l'entrée est légèrement évasée et fermée par un remblai de terre et béton. Un système de vannes permet d'évacuer l'eau qui rejoint le cours du ruisseau de Gros sous le pont.

Murs calcaire pierre de taille
Typologies égayoir en fer à cheval
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa