Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

bassin - pédiluve à chevaux

Dossier IA88031185 réalisé en 2016

Fiche

Appellations pédiluve à chevaux, égayoir, gayoir
Parties constituantes non étudiées abreuvoir
Dénominations bassin
Aire d'étude et canton Vosges - Plombières-les-Bains
Hydrographies Augronne
Adresse Commune : Plombières-les-Bains
Adresse : rue Grillot , place Beaumarchais

Le bassin pédiluve à chevaux de Plombières-les-Bains est signalé sur le plan de 1747 publié par Dom Calmet. C'est la plus ancienne mention d'égayoir ou gayoir relevée dans les Vosges. la formulation permet de déterminer qu'il servait aussi d'abreuvoir. Il est probablement lié à l'activité thermale de la ville, et le besoin de baigner les chevaux des attelages des curistes.

Sa présence n'est plus mentionnée sur les plans de la ville du 19e siècle, mais un lavoir se trouve à proximité, réutilisant probablement la source.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Dates 1747, daté par source

Le bassin pédiluve à chevaux de Plombières-les-Bains est située à l'entrée Est de la ville, sur le chemin de Remiremont.

Permettant aux chevaux de pénétrer entièrement dans l'eau afin de se rafraîchir et de se débarrasser des parasites l'effort, il pouvait aussi servir d'abreuvoir et de réserve d’eau en cas d’incendie.

L'eau provenait peut-être d'une source d'eau tempérée et était probablement évacuée vers le ruisseau de l'Agronne.

États conservations détruit

Références documentaires

Bibliographie
  • Augustin Calmet, Traité historique des eaux de Plombières. Nancy. 1748

(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa