Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

architecture rurale de la commune de Vrécourt

Dossier IA88030858 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Bulgnéville
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Vrécourt

La carte archéologique mentionne le passage de voies romaines sur la commune de Vrécourt, et de la découverte de quelques objets gallo-romains (urnes, éléments d'architecture, monnaies…). Toutefois, le toponyme en -court indique que Vrécourt est certainement apparu lors de la vague de peuplement entre le 7e et le 9e siècle ap. J.-C. La première mention remonte à 1105.

Sous l’ancien régime, Vrécourt appartient au duché de Bar, suivant la coutume du Bassigny mouvant. Vrécourt dépend du diocèse de Toul, de la Doyenné de Bourmont. La terre seigneuriale de Vrécourt comprenait quatre autres villages voisins. La famille de Lavaux l’a érigée en baronnie en 1512, puis en comté en 1725, et y a édifié un château avec ses dépendances.

Une importante partie de village est détruit en 1634, avant le siège de La Mothe. L'incendie, du 17 août 1858 a également détruit 24 maisons dans la Grande Rue (cf. Lepage et Charton. Le département des Vosges : statistique historique et administrative, 1845). La ferme des Champs, en écart, appartenait aux seigneurs de Vrécourt, et fut vendue comme Bien des Emigrés. Le château de ces seigneurs (Famille de Lavaulx) fut pillé et démoli en 1793, et certains éléments sculptés sont encore visibles dans les maisons du village (bustes, éléments de clôture, vases…). Les fermes datées ont été construites aux 17e, 18e, 19e et 20e siècles, et elles sont assez nombreuses à porter une pierre datée : 1677, 1703, 1712, 1719, 1724, 1729, 1747, 1774, 1808, 1809, 1816, 1827, 1841, 1859, 1864, 1866, 1919. Les autres fermes sont datables des mêmes siècles. Dans le village, il existe quelques rares éléments architecturaux anciens en remploi (linteau à arc infléchi, encadrements moulurés, chanfrein...) qui laissent à penser que plusieurs fermes ont probablement une structure antérieure au 17e siècle.

Au 19e siècle, Vrécourt est un bourg animé par de nombreux commerces et artisans, dont l'usine métallurgique du Fourneau (IA88000310), la fonderie de cloches Rosier (IA88000718), une tuilerie, une fromagerie et deux ateliers de fabrication de charrues, socs et de petits matériels agricoles (Sauvageot, et Mercier).

Période(s) Principale : 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle , porte la date, daté par travaux historiques

Vrécourt comprend 185 bâtiments (source INSEE), dont 93 repérés et 18 étudiés.

Les fermes sont construites en moellons de grès. Elles sont le plus souvent couvertes d'une charpente à longs pans sur laquelle reposent des tuiles mécaniques, en remplacement des anciennes tuiles creuses. Les encadrements sont majoritairement en grès, voire en calcaire, bois, briques de laitier, IPN et ciment. Dans cette commune, le patrimoine bâti est majoritairement composé de fermes à deux ou trois travées de plan (65%). Les autres fermes ont 4 ou plus travées de plan (23%). De plus 12% des bâtiments relevés sont des maisons de manouvriers ou des édifices agricoles avec une seule fonction. 17 fermes sont à double logis, 11 fermes à pavillon, 11 maisons de manouvriers, 8 fermes ont un plan en forme de L et une en U. Toutes les fermes sont parallèles à la voie, et 76% d'entre elles sont mitoyennes.

On pénètre dans le logis par une porte piétonne dans 94% des maisons. En l'absence de porte piétonne, on entre dans le logis par la porte charretière. 60 % des logis ont une seule pièce en façade et sont plus profonds que larges. Leurs cuisines s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Un petit jour (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable dans 35% des cuisines. Le bâti conserve des éléments de décors (niches, statues, corniches, chaînes d'angle…), et 38% des fermes possèdent une ou plusieurs ouvertures garnies de garde-corps ou de grilles métalliques ouvragés. 27% des fermes présentent des chaînes d'angles en pierre de taille, ou peintes sur l'enduit, ce qui indiquent un effort d'ornement des habitations. Peu d'ouvertures anciennes sont visibles (linteau à arc infléchi, encadrements moulurés, chanfrein...). Quelques portes piétonnes avec imposte vitrée et menuiserie intéressantes ont été conservées. On peut relever la présence de seuils métalliques pour certaines portes piétonnes, dont l'un porte la signature de la fonderie locale "Poulet". Quelques autres machines sont visibles dans le village : machine à égrainer (IM88030048), coupe-racine (IM88030047).

Typologies maisons de manouvriers , ferme à double logis, femre à pavillon, ferme à plan en L, ferme à plan en U
Toits tuile mécanique, tuile creuse, tuile plate, tuile en écaille, tôle ondulée
Murs grès moellon enduit
Décompte des œuvres nombre d'oeuvres reperées 93
nombre d'oeuvres étudiées 18
nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 185
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa