Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture rurale de la commune de Sauville

Dossier IA88030860 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Bulgnéville
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Sauville

La carte archéologique mentionne la présence de plusieurs tumuli, dont le mobilier identifiable date du Hallstatt final et de La Tène ancienne. La commune est traversée par la voie romaine Damblain vers la Haute-Marne et l'embranchement de La-Neuveville-Nijon de la voie Langres-Moselle, et au moins une grande villa y est attestée. La nécropole de Rouge Parrey, constitue aussi un important site de 143 tombes mérovingiennes. La première mention remonte à 1044. Le village est entièrement incendié en 1684, au moment du siège de La Mothe. Ce qui implique qu'il n'existe pas d'élément architectural antérieur au 17e siècle visible. Hormis le bâtiment de la mairie, seules deux portes charretières possèdent un encadrement chanfreiné qui laissent à penser que ces deux fermes peuvent avoir une structure antérieure à cette période. Au milieu du 19e siècle, il existait une tuilerie au sud du village, qui est aujourd'hui une ferme en écart. La maison des tailleurs de pierre Génion y est également à relever (IA88030205).

Une seule ferme du village affiche une date (1798), les autres fermes sont datables des 18e, 19e et 20e siècles (critères morphologiques et architecturaux, cadastre ancien). Deux édifices agricoles ont été établis par l'entreprise de construction métallique Waltefaugle (Haute-Saône) au cours du 3e quart du 20e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle , porte la date, daté par travaux historiques

Sauville comprend 109 bâtiments (source INSEE), dont 73 repérés et 14 étudiés.

Les fermes sont construites en moellons de grès. Elles sont le plus souvent couvertes d'une charpente à longs pans sur laquelle reposent des tuiles mécaniques, en remplacement des anciennes tuiles creuses. Les encadrements sont en grès, calcaire, bois, briques de laitier, IPN et ciment. Dans cette commune, le patrimoine bâti est majoritairement composé de fermes à deux ou trois travées de plan (74%). Les autres fermes ont 4 ou plus travées de plan, hormis trois petites maisons de manouvriers. 18 fermes sont à double logis, 9 fermes à pavillon, 18 fermes ont un plan en L, et 8 maisons de manouvriers sont dénombrées. 90% des fermes sont parallèles à la voie, les autres y sont perpendiculaires. Elles sont à 70% mitoyennes, et une seule ferme est isolée en écart. Dans la rue de Vrécourt, les usoirs au-devant des maisons étaient déjà clôturés au début du 20e siècle.

On pénètre dans le logis par une porte piétonne dans 95% des maisons. En l'absence de porte piétonne, on entre dans le logis par la porte charretière. Près des deux tiers des logis ont une seule pièce en façade et sont plus profonds que larges. Leurs cuisines s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Un petit jour (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable dans 19% des cuisines. Le bâti conserve quelques éléments de décors (niches, statues…) et 38% des fermes possèdent une porte piétonne avec un encadrement mouluré surmonté d'une corniche sculptée. Il n'y a pas de baies antérieures au 17e siècle. Quelques portes piétonnes avec imposte et menuiserie intéressantes ont été conservées.

Typologies ferme à double logis, ferme à plan en L, ferme à plan en U, ferme à pavillon, maison de manouvriers
Toits tuile mécanique, tuile creuse, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Murs grès moellon enduit
Décompte des œuvres nombre d'oeuvres reperées 73
nombre d'oeuvres étudiées 14
nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 109
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa